Un thriller psychologique dans une maison d’architecte

Pour ce #VendrediLecture, je vous emmène à Londres visiter une maison hantée glaçante et minimaliste. Je vais vous parler d’un thriller psychologique que certains rangent dans la catégorie « tuniraspastecoucher » avec raison.

37 La fille d'avantLa fille d’avant, de J.P. Delaney
Éditions : Fayard/Mazarine, mars 2017

C’est l’histoire de deux femmes qui ont loué successivement une maison d’architecte suite à un traumatisme. La première, Emma, en couple avec Simon, un journaliste sportif fan de nouvelles technologies a subi une effraction de domicile. La seconde, Jane est une célibataire qui fait le deuil d’un enfant mort-né.

Toutes les deux sont tombées amoureuses d’une maison à l’architecture ultra minimaliste, sophistiquée, quasi vide. Cette maison est à la pointe de la domotique : elle gère seule la luminosité, la température, envoie des ondes positives, vous dit quoi porter, quoi manger, comment et elle produit de l’énergie. Il n’y a pas de serrure, pour rentrer il vous suffit d’un bracelet ou d’un smartphone avec un identifiant. Pour louer cette maison, il faut répondre à un questionnaire psychométrique très intrusif sur votre vie et vos habitudes et signer un contrat à la Cinquante nuances de Grey. Ce contrat stipule qu’une femme de ménage et qu’un jardinier viendra régulièrement s’occuper du « jardin » (un tas de gravier devant la maison),  que l’occupant n’a pas le droit d’avoir de plante verte, de tapis, de meubles Ikéa, de livres, de rideaux, de laisser trainer ses affaires partout, que la maison doit être visitée tous les 6 ans par des étudiants en architectures… Bref une prison VIP en location dans un quartier calme. Une maison dans laquelle une personne est morte.

Une maison hantée

Je ne sais pas vous mais pour moi cette maison ne me semble ni sûre ni confortable. Enfin bon,  nous noterons que tous les goûts sont dans la nature et nous admettons que le poids d’un traumatisme et l’ignorance de la sécurité informatique sont à l’origine de choix étranges.

La structure de l’ouvrage est particulière, des chapitres très courts se succèdent entre les « Avant Emma » et les « Maintenant Jane« . C’est un peu gênant au début, mais on s’y fait rapidement. L’écriture est très dynamique et fluide. Il y a eu un passage qui m’a un peu fait peur, une vingtaine de pages de mommy porn avec des descriptions lourdes au sujet des relations intimes entre Edward l’architecte imbu de lui même et accroc du contrôle et les habitantes de la maisons. Heureusement ce passage n’est pas long et on retourne rapidement dans l’ambiance angoissante du thriller. Nous menons l’enquête au côté de Jane sur les circonstances troubles de la mort d’Emma. Enfin, je pensais avoir résolu l’affaire dès le début, mais je me suis laissée totalement manipuler par l’auteur !

Pour conclure, si vous êtes à la recherche d’un thriller psychologique stressant, si vous avez envie de passer une nuit blanche, si vous aimez les histoires de maisons hantées et de Barbe Bleue, ce livre est fait pour vous !

Bonne lecture !

Publicités

Une réflexion sur “Un thriller psychologique dans une maison d’architecte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s