Les secrets de la famille Stanfield

Pour ce #VendrediLecture, je vous emmène aux États-Unis, à Baltimore, dans le fief des Stanfield résoudre un mystérieux secret de famille.

CVT_La-derniere-des-Stanfield_2743La dernière des Stanfield, de Marc Levy
Éditions : Robert Laffont

Une journaliste londonienne, Eleonor-Rigby, qui bosse pour le magazine National geographic, reçoit un jour la lettre d’un corbeau. Il lui divulgue une autre facette de feu sa mère, celle d’une criminelle. De l’autre côté de l’Atlantique, l’ébéniste George-Harisson reçoit la même lettre. Le Corbeau leur a fixé à tous les deux rendez-vous dans un restaurant de Baltimore. Hélas, le corbeau étant d’humeur chafouine, on découvre qu’il leur a posé un lapin. Ces deux inconnus, se rendant compte qu’ils avaient tous deux le nez en l’air à la recherche de quelqu’un, font alors connaissance et décident de mener leur petite enquête afin de démasquer le secret de leurs mères.

Une valse à trois temps

L’histoire se déroule dans trois espaces temps : aujourd’hui, avec nos deux héros, dans les années 80 avec leurs mères jeunes et fringantes et pendant la Seconde Guerre Mondiale, avec mamie. Elle est écrite sous différents points de vue : celui d’Eleonor, de son frère, de sa mère, de sa grand-mère, de George et de sa mère.

Concernant les personnages, je suis assez divisée. Donner des noms composés en références aux Beatles , c’est une torture pour le lectorat et pour les personnages !
On sent une volonté de mettre en avant des personnages féminins forts : des journalistes indépendantes, une sexualité libérée, des Résistantes, des femmes d’affaires qui luttent contre le patriarcat à leur manière. Cependant, j’ai un peu de mal avec Eleonor que je trouve franchement faible, mal dans sa peau et dépendante, contrairement à ce que sa fonction laisse imaginer. Et le moment où l’auteur lui met dans la bouche la phrase suivante : « Oedipe quand tu nous tiens, surtout ne nous lâche jamais ou le plus tard possible« . Quelle jeune femme saine de corps et d’esprit peut clamer ce genre de choses ?
Je trouve qu’on sent plus la marque d’un père attendri et encore.

A côté de cela, certains personnages secondaires sont passionnant comme Hanna, la grand-mère; les mères cambrioleuses ou plus encore ce petit flic qui rêve d’être un jour le héros d’un roman policier. Il a été un vrai bol d’air fais dans ma lecture !

Le récit est fluide. Même si le roman manque furieusement de suspense et de légèreté, on ne peut pas nier que Marc Levy est un très bon conteur. Avec lui vous allez passer un moment sympa sans plus.

Dernière remarque … C’est quoi cette illustration de première de couverture à la San-Antonio? Des talons de 18cm pour conduire une moto, sérieux ?

Pour conclure, si vous avez besoin de résoudre une enquête pas trop difficile, si vous avez aimé The Monuments Men, si vous avez une passion secrète pour les Beatles ou si vous avez trois heures à perdre dans les transports, ce livre est pour vous !

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s