Qu’est ce que c’est que la « Charge mentale » ?

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une petite BD qui m’a beaucoup touché et qui est pas mal relayée sur les réseaux sociaux, dans les journaux et les magazines féminins. Mais ce n’est pas parce qu’on en a déjà beaucoup parlé que je vais me taire !

18403209_441158849553665_6528533177490104538_n

©emmaclit.com, Fallait demander

La charge mentale, c’est le sujet de cette BD dessinée par Emma, Fallait demander.
-> Vous pourrez la consulter intégralement en cliquant ICI

Il n’y a pas de définition universelle de ce qu’est la « charge mentale ». D’ailleurs, je pense que sans cette BD, la question de la « charge mentale » resterait une vague et obscure notion qui circule dans les travaux de recherches universitaires.

La chercheuse canadienne Nicole Brais le définit comme  « ce travail de gestion, d’organisation et de planification, qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectifs la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence ».
En d’autre terme, c’est le fait pour une femme de devoir toujours penser à tout, à la préparation des repas, aux taches ménagères, aux rendez-vous, aux itinéraires, à la liste des courses, etc … toutes ces tâches invisibles mais nécessaires pour le bon fonctionnement du foyer.

Hé oui ! Je vous parle d’un monde où les hommes voient les femmes comme les gestionnaires naturelles du foyer et eux se conçoivent comme les simples exécutants.

Moi-même, je ne me suis pas totalement libérée de cette mauvaise éducation. Mais j’ai appris à la réduire en communiquant dessus avec mon cher et tendre (n’oubliez pas qu’enseigner, c’est l’art de se répéter), en lâchant prise, en faisant grève, etc … Et stopper la chaîne (ne pas innoculer le virus aux enfants).

Je vous invite à aller voir le travail d’Emma. Elle fait une bonne analyse de la situation et de ses origines. Elle dénonce l’inégalité qui persiste face au congé parental ou encore les stéréotypes inculqués depuis le plus jeune âge. Elle propose aussi quelques chemins de réflexions pour remédier à ça.

En guise de conclusion, je vous dirais simplement que je suis ravie qu’Emma ait popularisé à ce point la notion de « charge mentale ». Figurez vous que sa BD a eu un effet boule de neige. En effet, depuis, une pétition a été lancée sur Change.org.

 

Publicités

4 réflexions sur “Qu’est ce que c’est que la « Charge mentale » ?

  1. Maned Wolf dit :

    Je suis tombée sur cette BD aussi ! C’est fou, même en pensant qu’on est au courant du mouvement féministe et des choses à rééquilibrer, on se laisse encore surprendre dans des habitudes du quotidien… Super intéressant en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  2. Petite Plume dit :

    J’ai aussi découvert cette BD il y a quelques jours et je me suis juste dit « mais c’est exactement ça !!!! ». Parce que même si maintenant, les hommes participent beaucoup plus aux tâches ménagères-cuisine-enfants qu’avant, il faut la plupart du temps leur dire quoi faire ou leur demander de l’aide pour qu’il pense à le faire. Et pareil pour tout ce qui est papiers, rendez-vous,… Petite anecdote : je faisais du baby-sitting il y a quelques temps et je me suis rendue compte, pour avoir été là en sa présence à plusieurs reprises, que le père était incapable de prévoir les repas pour lui ou pour son fils quand la mère n’était pas là ! Au point de dire des trucs du coup « ah mince, maman n’a rien prévu aujourd’hui !’. Et ça m’a vraiment frappé de voir que c’était encore le cas dans beaucoup de foyers.
    PS : J’aime beaucoup le ton de tes/vos (parce que du coup je ne sais plus qui écrit ^^) articles !

    Aimé par 1 personne

  3. Paillettes et Catastrophes dit :

    Moi aussi j’ai eu une véritable révélation en lisant cette bd. Je ne travaille plus (parce que je suis handicapée et assez malade) et pourtant j’ai l’impression d’être constamment débordée ! Chéri ne comprend pas qu’il doit anticiper, aller plus loin que de répondre à mes demandes… J’ai été presque soulagée de ne pas être la seule victime de ce phénomène mais le devrais-je ? J’ai appris à lâcher un peu prise et j’espère que si on devient parents un jour, je ne transmettrai pas ce fardeau.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s