Un poilar pour cet été ?

Aujourd’hui, je vous emmène aux États-Unis. Nous allons arpenter les rues de la foudroyante New-York, dans l’État du … Colorado !

Inutile de la chercher sur vos cartes ou dans votre mémoire de fan du Docteur Queen, elle n’a jamais été cartographiée ou repérée par les satellites. Pourtant elle n’a pas échappée à l’administration policière qui a décidée d’y envoyer sa meilleure recrue !

Tout un été sans facebookTout un été sans facebook, de Romain Puértolas
Éditions : Le Dilettante (2017)

C’est l’histoire d’Agatha Crispies, comme les céréales, une flic de New-York, New-York mutée à New-York, Colorado après s’être emmêlé les crayons dans une affaire de stylos bleus. Elle passe d’une ville où il y a tout, où les crimes peuvent se résoudre tout seul grâce à facebook  (les criminels qui se taguent entre eux en postant des photos de scène de crime), à un coin paumé, non cartographié, sans internet. Il ne se passe jamais rien à New-York Colorado. Si bien que le commissariat ressemble plus à un centre aéré pour adulte avec ses clubs de joueur de fléchettes, de tricots, de sudoku ou de lecture.
Un jour, Agatha entend parler d’un meurtre commis hors de sa juridiction. Elle se précipite sur l’affaire et fait croire au policier local qu’elle a une dérogation. Résoudre cette enquête lui permettra, avec un peu de chance, de retourner à New-York, New-York avec les honneurs.

Je sais, la couverture est moche et le titre franchement racoleur. Mais si vous décidez de passer ce mur de préjugés, je vous garanti que vous ne serez pas déçus !
Ce petit livre bleu est bien plus intelligent qu’il ne le laisse paraître. Et si vous connaissez Romain Puértolas, (L’extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa) vous savez très bien que c’est un habitué des couvertures moches et des titres racoleurs. Pourtant, on passe toujours un bon moment avec lui !

Une parodie de roman noir complétement déjantée !

Ma première impression, après lecture des 5 premières pages a été : « Waho on dirait le film d’Eric Lartigau Qui a tué Pamela Rose ?« ! En plus intelligent peut-être.
Notre héroïne est atypique, pour un polar. C’est une jeune femme noire, obèse, confiante, cultivée et pleine d’humour. Autant vous dire, qu’elle détonne sur tout les points dans ce coin reculé du Colorado. Elle tombe régulièrement dans des situations rocambolesques, analyse les scènes de crimes en interprétant curieusement le manuel officiel du bon flic et colle des miettes de donuts au chocolat partout où elle passe. Vous allez l’adorer !

Une critique de l’Amérique profonde

Malbouffe (avec un détective qui s’appelle McDo, des policiers accros aux donuts, vous allez en voir passer des kilocalories dans ce roman !), racisme (notre héroïne à la peau d’ébène et son supérieur y sont confrontés en permanence), obésité, manque de culture, libéralisme destructeur (payer des ouvriers 3$ la journée et trouver ça normal), climatoscepticisme (ce livre est bourré d’écureuils radioactifs) …
Le rêve américain … de Trump.

Une déclaration d’amour à la littérature.

Agatha est la présidente du prestigieux club de lecture de New-York, Colorado. Elle analyse tout ce qui se passe dans sa vie à la lumière des romans qu’elle a lu. Elle est capable de citer de tête des auteurs très différents : Agatha Christie, Harper Lee, Gaston Leroux, Alexandre Dumas, Stefan Zweig, Hemingway ou bien encore Edgar Allan Poe.

« Était-ce éthique, supportable, moral de ne pas finir un bouquin même si on le trouvait mauvais ? Elle répondait sans hésiter par la négative. La lecture, c’était comme les mecs, un moment de plaisir, jamais une obligation ou une torture. La lecture, c’était fait pour passer un bon moment, accessoirement pour apprendre des choses. Et puis, il y avait tellement de bons livres à découvrir que ç’aurait été un crime de gâcher son temps, le bien le plus précieux, pour finir un roman dont on comprenait à peine le titre. »

Tout un été sans facebook, de Romain Puértolas

N.B. : Cette citation me fait penser à un article du magazine ELLE, On sait combien de livres il vous reste à lire avant de mourir ! > Cliquez Ici pour le consulter.

To conclude, je vous dirais que ce livre est une vraie pochette surprise, drôle et mystérieux.  Il se dévore comme une glace à la framboise. Bref, c’est compagnon parfait pour cet été sur la plage ou au bord de la piscine. Jetez vous dessus

Publicités

14 réflexions sur “Un poilar pour cet été ?

  1. labiblidonee dit :

    Pour tout dire j’ai adoré la 4eme de couv à sa sortie chez mon libraire, mais je ne l’ai pas acheté parce que je n’avais pas été emballée par la petite fille qui avait avalé un nuage (ou quelque chose comme ça.
    Mais la semaine dernière je l’ai quand même offert à ma belle-mère qui adore ce genre littéraire, parce que celui-ci je le sentait bien malgré tout.
    Ton article me tente encore plus, je lui piquerai très certainement pour cet été 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Guenièvre dit :

    J’ai commencé à lire le voyage du fakir, mais j’ai abandonné en cours de route… Comme le personnage le dit, il y a trop de lectures qui font envie pour finir celles qui ne nous plaisent pas! Le caractère déjanté n’était pas assez pour qu’il vaille le coup à mes yeux, donc malgré ce que tu en dis, je crois que je passerai mon tours aussi avec celui-ci…

    J'aime

  3. Maria Wagarowa dit :

    Ca à l’air super! Ca fait du bien d’être un peu plus proche de la littérature, et si pas Française, traduite en Français!

    Et Londres… O Londres…. Comme je t’aime.

    Merci pour ce blog!

    Aimé par 1 personne

    • teatimeinbloomsbury dit :

      Ce type est totalement abonné aux couvertures moches et aux titres racoleurs. Je sais pas pourquoi il s’inflige ça à chaque fois. Peur de la réussite ou juste mauvais goût?
      En tout cas, je t’assure que tu passeras un bon moment !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s