Un Dimanche au Quai Branly

Aujourd’hui, je vous entraine au Musée du Quay Branly Jacques Chirac pour trois expositions qui valent le coup d’œil !

Picasso Primitif (du 28 mars au 23 juillet 2017) – Attention dernier jour !

C’est une exposition qui se divise en deux parties. Tout d’abord, une approche chronologique de l’arrivée de Picasso à Paris en 1900 à sa mort. Puis une approche thématique : l’intérêt de Picasso pour les formes élémentaires, sa manière de jouer avec les métamorphoses et une interprétation freudienne d’une partie de son œuvre.

Vous découvrirez au cours de cette exposition la taille impressionnante de la collection privée d’art primitif de Picasso, des lettres écrites à des amis artistes pour avoir des bons plans en matière de vente d’objets d’art, des cartes postales ou des témoignages. Vous découvrirez aussi des objets qui ne lui appartenaient pas mais dont il a pu s’inspirer pour pas mal d’œuvre, mais aussi des esquisses, des travaux de recherches, une scène avec un pénis qui ferait pâlir d’envie Jeff Koons, des photos de son logement, etc …

L’approche proposée dans cette exposition des œuvres de Picasso vis à vis de l’art primitif est franchement intéressante. Elle vous donnera une autre vision de l’artiste.

Ce que j’ai trouvé rigolo (en plus de la collection de pénis et la partie métamorphose), c’est entendre des gens (qui pour la plupart on fait la queue pour cette exposition) dire qu’ils n’aiment pas Picasso, que l’art kanak c’est trop moche et que c’est grave raciste de parler d’Art nègre (sur les cartes postales d’époque).

Bref, vous ne ferez pas la queue si vous arrivez autour de midi un dimanche.

La pierre sacrée des Maori (du 23 mai au 1 octobre 2017)

csm_La_pierre_sacree_des_Maoris_BD_VF_0643c78f73

Exemple de Hei Tiki (SourceImage)

L’exposition qui vous conduit en Nouvelle-Zélande sans passer 24h coincé dans un avion ! Vous pourrez palper le trésor des maoris, non pas les All-Blacks, mais le Pounamu (aussi appelé Jade de Nouvelle-Zélande).

L’exposition retrace les origines géologique de cette pierre sacrée avant d’aborder les mythes qui l’entourent et son utilisation.
Vous découvrirez deux types d’objets particulièrement marquants :

Hei Tiki : Ce sont des figures, taillées dans le Pounamu, que les Maoris portent en pendentif. Puisque Hei signifie le cou et Tiki désigne le premier homme venu sur terre par la grâce des dieux. Les Hei Tiki témoignent de la connexion des Maoris à leurs ancêtres. Ils sont portés aussi bien par les hommes que par les femmes (d’ailleurs, l’exposition montre des Hei Tiki de femmes célébrées pour leur immense courage). Ils sont le signe d’un certain statut social, d’un prestige.

Mere : Ce sont des armes courtes, réalisées à partir de la pierre sacrée, qui elles aussi, sont transmises de génération en génération (whakapapa). Ces objets possèdent la Mana, la force transmise par le premier des Dieux à l’humanité, particulièrement aux chefs et aux dignitaires de hauts rangs.

Certes cette exposition peut paraitre superficielle pour certains (je pense notamment à la jeune fille qui déambulait dans cette expo avec un type qu’elle pensait pouvoir pécho en insultant l’oeuvre de Picasso …). Comme dirait Cabrel, ce ne sont que des cailloux. Oui, mais ce sont aussi de jolis objets. Et puis, de ce que j’ai vu, si vous placez un bébé de 16 mois sur un de ces gros cailloux, vous aurez l’impression de le voir gravir une montagne !

Aztec Hôtel (20 juin au 8 octobre 2017)

De toutes les expositions, celles ci est la plus petite et la plus amusante (malheureusement, je n’ai pas vu de cahier d’exposition quand j’y suis allée, et c’est fort dommage). Elle vous entrainera dans la frénésie Maya de la fin du XIXème et du début du XXème siècle !

Entre les dessins et les interprétations des pseudo archéologues ou de types lambdas fascinés par les découvertes archéologiques précolombiennes, comme l’architecte britannique Frederick Catherwood (1799-1854), on mélange tout : Aztèques et Mayas, continents perdus et autres joyeusetés à la recherche d’un mythe originel, d’une histoire commune ancienne, d’une citée athénienne. On reproduit les motifs trouvés dans les fouilles, on en fait des carrelages, des objets en tout genre, des hôtels, des casinos, des salles de spectacles (un peu comme pour la culture Tiki Pop). On raconte cette civilisation au cinéma, on s’en inspire en danse contemporaine, on cherche son chant originel, ou encore, on donne des explications hasardeuses aux sacrifices. La maya-mania est sans limite !

Bref, vous verrez et entendrez des choses vraiment drôle  dans cette exposition et vous découvrirez même d’où viennent les fantasmes d’ufologie, de continents disparus et de tous les trucs bizarres qu’on accroche aux civilisations précolombiennes.

En Bonus : La chanteuse Yma Sumac — descendante autoproclamée des rois incas :

 

Cette fascination s’est quelque peut estompée après la Seconde Guerre Mondiale, même si des films comme Apocalyptico tendent à nous prouver le contraire.

Si vous passez du temps sur la Capitale cet été, passez-y, vous ne le regretterez pas ! 😉
En plus, il y a pleins d’activités pensées pour les enfants (comme des chasses au trésor).

Publicités

7 réflexions sur “Un Dimanche au Quai Branly

    • teatimeinbloomsbury dit :

      Depuis leur découverte par James Cook, les îles du Pacifique ont été un objet de fantasme dans l’imaginaire occidental. Dans les années 50/60, la culture américaine s’approprie l’histoire et les légendes de ces îles et les transforment. Les divinités, les Tikis deviennent les dieux du divertissement. On recrée les décors des îles jusque dans son jardin, on installe des figures Tiki partout, on crée des tas de cocktails sympa (Maï Tiki, etc…), C’est ce que Sven Kirsten, archéologue urbain, appelle la culture Tiki Pop. (Y’a eu une expo sur le sujet au Musée du Quai Branly, il y a deux ou trois ans : http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/details-de-levenement/e/tiki-pop-35369/
      L’appropriation des cultures anciennes ou voisines par les américains est toujours haute en couleurs ! 😉

      J'aime

  1. Green Smooth dit :

    Quel dommage de ne pas habité Paris pour toutes ces expositions, une amie était allé voir celle de Frida Kahlo il y un moment et m’en avait dit que du bien. Celle de Picasso semble génial également ! Merci en tout cas pour cet article. xx

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s