Skyscraper

Cette nuit, j’ai rêvé que j’étais une réalisatrice renommée, un peu comme Noémie Lvovsky (Camille Redouble). Lors d’une séance d’autographe, je vois un type baraqué, caché sous un sweat à capuche m’approcher. C’est Dwayne Johnson ! Il voudrait que je lui propose un rôle avec des dialogues à la Prévert (Les enfants du Paradis), histoire de montrer à tous qu’il a une palette de personnages bien plus grande que ce que les mauvaises langues de twitter ne l’écrivent ! Ce type a joué une fée, les gars, une fée ! Et il chante vraiment bien dans Vaiana : la légende du bout du monde ! Qu’est ce que vous voulez de plus ? Et puis, vous n’avez jamais reproché à Stalone de ne faire que de films de mecs musclés ? Parce que lui au moins a fait des pornos avant, c’est ça ?
Bref, pour Dwayne Johnson, ça tombait bien, je m’apprêtais à réaliser un film, un genre de Roméo et Juliette aux dialogues léchés mais avec une vraie originalité. Je trouvais que Dwayne Johnson ferait un parfait Prince de Vérone, vous voyez, le type, qui à la fin vient rappeler à tous les habitants que s’ils avaient été moins cons, personne ne serait mort ! L’originalité de ma version de Roméo et Juliette ?
C’est très simple : Moins d’amour, Plus de guerre !
Mon inconscient est très farceur !

Bref, ce rêve est pour moi l’occasion rêvée ^^ de vous évoquer un film encore en salle ! Un film avec, bien évidemment : Dwayne « The Rock » Johnson !

Skyscraper

de Rawson Marshall Thurber
Avec Dwayne Johnson, Neve Campbell (Sydney dans la série des Scream)

De quoi ça parle ?

Suite à une explosion, Will Sawyer, chef d’un commando de libération des otages du FBI, perd son tibia et le pied qui y était rattaché. Il décide alors de se reconvertir en responsable de la sécurité des gratte-ciels. Un jour, un de ses amis le pistonne à la sécurité du plus grand gratte-ciel du monde à Hong Kong. Alors qu’il vérifie la sécurité du bâtiment, un incendie se déclenche. Tout l’accuse ! Seulement, il y a un hic ! Sa famille est coincée dans le bâtiment en feu ! Parviendra-t-il à les sauver ? Et si cet incendie cachait quelque chose de plus sérieux ?

Mon avis :

Quand j’ai vu la Bande Annonce, je me suis dit : Ok, c’est une nouvelle version de Piège de Cristal ! Et à vrai dire, on en est pas loin !
Il y a un gentil qui se trouve hors de la tour et qui doit tout faire pour y rentrer et sauver sa famille, des méchants dont un est allemand, une histoire d’argent blanchi, des scènes mathématiquement improbables, une liste de noms et un gratte-ciel magnifique !

skyscraper
Mathématiquement improbable (source)

Mais cette version est un peu plus moderne, un peu plus geek et un peu plus féministe. Ici, aucune femme n’attend en se tournant les pouces d’être libérée ! Après tout, Madame a survécu à 4 Scream ! Et pour le côté geek ? C’est une question de Chatterton, bien sûr ! Mais je ne vous en dirais pas plus

C’est un film très bien rythmé qui promet de ne pas vous ennuyer une seconde ! Nous l’avons vu en Imax 3D et je dois avouer que ce film est juste parfait en Imax 3D !

Si vous cherchez un très bon film d’action, pas prise de tête, pour passer 1h43 au frais avec vos popcorns, allez-y ! 😉

popcorn-155602_640

Et parce que nous sommes très généreux sur TeaTime in Bloomsbury, on vous laisse avec la chanson Skyscraper de Demi Lovato :

Publicités

Agatha Raisin : de la quiche mortelle à l’île Robinson

Voici un #VendrediLecture très attendu !
Il ne s’agit pas d’évoquer 1 roman mais 12. Et oui, cette histoire ressemble un peu aux 12 travaux d’Hercule Poirot …
Dans les deux, cas, il y a une Agatha derrière tout ça !

Hé oui, mes chers lecteurs ! Vous me l’aviez demandé lors de ma dernière Summer Reading List : Voici le moment de découvrir mon avis sur les 12 premiers tomes d’Agatha Raisin et aussi sur la série télé !

Agatha Raisin enquête

20180713_094301.jpg

De M.C. Beaton
Aux éditions : Albin Michel

Le concept :

Si vous avez un malheur dans votre vie, si vous venez de lire un terrible thriller, une dystopie épique, un drame dramatique … Bref, si vous sentez au plus profond de vos tripes un besoin de changer d’air, une aspiration à la liberté et à la légèreté, entrez donc dans le monde d’Agatha Raisin !

Agatha Raisin est une londonienne chargée de relation publique avisée mais frustrée qui a décidé à 53 ans de prendre sa retraite anticipée. Elle a donc décidé de tout quitter pour venir s’installer dans un cottage à Carsely dans les Cotswold. C’est assez farfelu mais pas plus qu’élever des chèvres dans le Larzac.
Et puis, c’est un rêve d’une gosse qui a grandi dans le quartier difficile de Birmingham et qui un jour sur un malentendu lors de vacances en famille, s’est retrouvée face à la beauté et la quiétude des Cotswolds.

Bien évidemment notre dynamique célibataire a du mal à trouver ses marques et à se camoufler dans le décor. Elle est une londonienne en talon aiguille, sophistiquée, pour qui cuisiner revient à mettre au micro-onde un plat au curry Mark&Spencer. Elle a un réseau professionnel d’enfer mais aucun ami. Bref, c’est l’ennui total à Carsely.
Mais Agatha décide de prendre le taureau par les cornes : elle rejoint la Société des Dames de Carsely et s’inscrit à un concours de quiches. Malheureusement, après avoir goûté sa quiche aux épinards, le juge meurt.
C’est à ce moment là que naît sa passion pour …. mais non pas pour la cuisine … non, non, pas pour le meurtre … mais pour les résoudre, voyons !

Après cet état des lieux, j’ajouterais que nous sommes avec les Agatha Raisin dans le registre du « cosy mystery« . L’enquête policière sert de prétexte pour suivre les déboires  amoureux, les gaffes, l’évolution d’Agatha Raisin. Ce sont des romans feelgood où l’on rit beaucoup et où l’on ne se prend jamais la tête. Ils ne se valent pas tous mais il vaut mieux les lire dans l’ordre pour repousser les risques de crise cardiaque !

Maintenant pour les fans de la série, les petits curieux et tous ceux qui ont envie de connaitre mon avis sur chacun des 12 tomes, accrochez vous, ça va allez vite et il y aura du spoiler. Je vous conseille de ne pas aller au delà du tome que vous lisez !
Je vais aborder cette rubrique à la manière des Youtubeurs qui réagissent à des clips musicaux, à des bandes annonces de films ou à des réactions de Youtubeurs. LEAVE BRITNEY ALONE !

Tome 1 La quiche fatale

C’était notre première rencontre. Je trouvais Agatha aussi froide que ses préparations culinaires et j’avais un peu peur pour la suite. Mais heureusement, elle s’est progressivement décongelée s’en pour autant se dégivrée. Elle s’est lié d’amitié avec l’agent de police Bill Wong, la femme du pasteur Mrs Bloxby, son ancien poulain Roy Silver, sa femme de ménage Doris Simpson. Et évidemment est tombée amoureuse comme une ado de James Lacey, son voisin de cottage, un écrivain célibataire au long court amateur d’histoire militaire. Les personnages ne sont pas trop creusés mais on s’attache et cette quiche a un goût de reviens-y !
On trouve deux éléments qui reviennent régulièrement dans les tomes d’Agatha Raisin : la voisine espionne relou (Madame Kravitz dans ma Sorcière bien aimée) et la décision formidable de prendre le thé avec une personne que l’on suspecte de meurtre. C’est une coutume anglaise ou bien ?

Tome 2 Remède de cheval

Il y a un nouveau vétérinaire en ville, célibataire et plutôt mignon. Comme toutes les femmes de Carsely et des environs, Agatha est sur l’affaire ! Ça tombe bien : Bill Wong lui a offert un chat dans le précédent épisode et puis elle en a adopté un second qu’elle avait pris pour le premier ! Le vétérinaire est assassiné. Agatha mène alors l’enquête avec son voisin James Lacey qu’elle tente de séduire en même temps (j’ai adoré la scène où elle détruit les toilettes des femmes du pub). C’est avec ce tome que vous deviendrez addicts à la série.

Tome 3 Pas de pot pour la jardinière

Au retour de ses vacances Agatha apprend une terrible nouvelle : Y’a une nouvelle au village. Elle est mignonne et c’est une pro du jardinage contrairement à Agatha. Bien sûr elle a des vues sur James. ET évidemment, elle est retrouvée morte plantée comme un arbre ! On en apprend un peu plus sur le côté opportuniste de Roy dans cet épisode. On se rend compte qu’Agatha n’a tiré aucune leçon de sa quiche fatale puisqu’elle récidive avec son jardin. On adore encore plus ses chats. Et on rit beaucoup!
J’adore cette tendance d’Agatha à partir en vacances dès que ça ne va plus dans sa vie !

Tome 4 Randonnée mortelle

Je n’ai pas des masses appréciée ce tome. Agatha revient de 6 mois passées à Londres pour le travail puisque comme je ne vous l’ai pas dit. Grâce à Roy et pour se changer les idées, de temps à autres elle reprend son ancienne activité en freelance. Ici la présidente d’une association de randonneurs qui militait pour passer à travers un champ est retrouvée morte. C’est un épisode qui a été gâché par la série télé (mais on en reparlera plus tard) et pour lequel je n’ai pas eu d’atomes crochus. Toutefois j’ai adoré le dernier chapitre !

Tome 5 Pour le meilleur et pour le pire

James Lacey s’est enfin décidé à demander en mariage Agatha Raisin ! Le jour J, Jimmy Raisin refait surface. Il s’agit du mari d’Agatha. Elle l’avait perdu de vue et pensait qu’il était mort ivre quelque part. Le mariage est annulé et Jimmy est retrouvé mort le lendemain dans un fossé. Dans cet épisode, on découvre un peu mieux la personnalité de James Lacey et on fait face au passé pas tout rose d’Agatha Raisin. C’est un tome un peu plus sombre et plus touchant que les autres. On en sort avec le coeur brisé.

Tome 6 :Vacances tous risques

James Lacey a disparu. Agatha décide de partir à Chypre, là où aurait du se passer leur lune de miel et là où elle pense le retrouver. Ici, on rencontre des touristes charmants, un policier moins charmant et sir Charles Fraith, un aristocrate anglais avec un trou dans la poche qui s’avère être un audacieux sex friend. Une touriste est assassinée. Agatha retrouve James. Un triangle amoureux se profile. Etes vous plutôt dans le camp de James ou dans celui de Charles ?

Tome 7 A la clairefontaine

Dans le petit village d’Ancombe, il y a une source d’eau douce réputée pour ses bienfaits. Un jour, une société décide de mettre la main dessus. Suite à cette annonce, les villageois se divisent en deux camps et le président du conseil municipal est retrouvé mort. Pour mener son enquête au plus prêt, Agatha décide d’offrir ses services de communicante à la société en question. C’est un épisode drôle et marquant ! J’ai adoré la scène des festivités qui prend l’eau !

Tome 8 Coiffeur pour dames

Il n’est pas évident de trouver un bon coiffeur. Et quand on en trouve un bien, on le garde ! Et bien, figurez vous, que lorsqu’Agatha Raisin met enfin la main sur un coiffeur aux doigts d’argent, celui ci se retrouve assassiné ! Il n’y a pas à se couper les cheveux en quatre, c’est un des épisodes les plus marrants de la série et la fin est juste épique !
Ce que l’on retient : toujours être sympa avec un coiffeur !

Tome 9 Sale temps pour les sorcières

L’ambiance de ce tome est délicieuse ! Rendue chauve par une coiffeuse psychopathe, Agatha décide de s’éloigner de Carsely le temps que ses cheveux repoussent. Elle se rend donc dans un vieil hôtel de la côte aux allures de maisons de retraite. Les habitués ont des allures de personnages de Cluedo. Une des résidentes l’invite à aller voir la sorcière locale qui vend de merveilleuses potions d’amour et une lotion pour la pousse des cheveux. Agatha désespérée fonce rencontrer la sorcière, obtient d’elle ce qu’elle voulait. Plus tard, la sorcière est retrouvée morte ! Dans cet épisode, Agatha trouve l’amour auprès d’un membre des forces de l’ordre du coin. Malheureusement pour elle, sir Charles Fraith décide de lui rendre visite. C’est drôle, c’est croustillant !
Et Agatha a un nouveau chat !

Tome 10 Panique au manoir

J’ai trouvé que ce tome traînait en longueur. Et j’ai passé les 2/3 du roman avec une seule question en tête : où est passé le 3ème chat ?
Après qu’une diseuse de bonne aventure ait dit à Agatha qu’elle trouverait l’amour dans le Northfolk, Agatha décide d’y louer un cottage. Elle rencontre les gens du coin, qui sont froids, austères, crédules, arriérés, les fées du coin et le châtelain du coin. Le châtelain est retrouvé assassiné. Sir Charles Fraith débarque et mène l’enquête avec Agatha. Et si c’était lui son vrai amour ?
Oh attendez, James l’a demande en mariage !

Tome 11 L’enfer de l’amour

Agatha est enfin mariée avec James Lacey. Malheureusement, il s’avère qu’en fait James Lacey est un gros con ! Apparemment il a cru qu’en épousant Agatha, elle allait mystérieusement se transformer en parfaite femme au foyer qui sait cuisiner, jardiner, faire le ménage et s’habiller casual. Oh et puis ils font cottage à part ! C’est moderne … Oui, je sais, il faut le comprendre , le pauvre, il est célibataire depuis si longtemps. James est jaloux de Charles Fraith et ordonne a Agatha de ne plus le voir. Pendant ce temps là, il fricote avec la nouvelle venue en ville, si séduisante avec ses talons aiguilles. Cette charmante personne est retrouvée morte. James disparaît de la surface de la terre. A-t-il tué son amante avant de prendre la fuite ? A-t-il pris la fuite d’un tueur ? Est-il mort ?
Avec l’aide de Charles Fraith, Agatha va à la fois rechercher désespérément son mari et blanchir son nom en mettant la main sur le tueur ! Finalement sir Charles aurait pu faire un bon parti pour Agatha, vous ne trouvez pas ?

Tome 12 Crime et Déluge

James Lacey est entré dans les ordres en France, Charles s’est marié avec une parisienne et Agatha se sent seule et au bout de sa vie. Il lui faut un voyage pour se remettre de tout ça : direction l’île de Robinson Crusoé !
C’est mon épisode préféré ! Les voyages sur l’île étaient magiques, épiques, dignes d’un roman d’aventure. Le retour au pays avait des allures de roman d’apprentissage : Agatha se reprend en main, découvre le Pilate et retrouve peu à peu sa bonne mine. Et sur sa route, tombe sur une mariée emportée par les flots. Une nouvelle enquête pour Agatha Raisin qui m’a fait penser au premier épisode et pas uniquement pour son penchant à prendre le thé avec l’ennemi ! En plus, il y a un nouveau voisin, auteur de roman policier avec qui mener des enquêtes. C’est un épisode joyeux et magique !

Voici pour mes 12 travaux ! Si vous avez envie d’échanger davantage sur les personnages, sur votre ressenti, faire des pronostiques, n’hésitez pas à lâcher vos commentaires ! #expressionsdésuètesbonjour

Et la série on en parle ? 

Pour moi, la série est une pure déception. Les personnages sont mélangés. Mrs Sims et Doris Simpsons ne font plus qu’une, Charles et James idem, les voisines relou aussi, les parents de Bill Wong ne sont plus la cause de tous ses soucis, Roy devient gay alors que pour moi il est bi/métro/millenials sans étiquette/arrêtez de nous appeler Millenials ! Les enquêtes sont totalement mélangées. Bref, ça vous gâche totalement la lecture des romans !
Alors si vous ne comptez pas les lire, allez y. Sinon regardez la plus tard et dites vous que c’est juste inspiré par un mec qui n’a jamais lu les livres mais vu que l’entreprise semblait super rentable, il a foncé.

 

J’avais décidé de garder les Agatha Raisins comme une petite lecture rien qu’à moi, comme on garde un paquet de bonbons trop bons par bonne conscience. Il ne faudrait pas vous faire grossir ! 😉
Mais à la réflexion et vue votre enthousiasme, j’a décidé de partager mes bonbons. Ils ne sont pas tous bons, il y a peut-être un ou deux chocolats dégueulasses à l’alcool, mais dans l’ensemble, ils valent le coup. Et j’ai très envie que nous partagions nos impressions !
Alors, c’est promis ! Désormais, je ne vous cacherais plus mes avis sur les Agatha Raisin à venir !

Clipart, Clipart Gâteau, Cupcake, Gâteau

A vendredi prochain, pour une nouvelle aventure !

Le retour du feuilleton de l’été

Sur la plage ou au bureau, il y a une chose que nous suivons tous en été, volontairement ou non. Ce sont les feuilletons !

Si vous étiez déjà avec nous l’année dernière, vous avez déjà une petite idée de notre sujet du jour. Pour les autres, il y a le replay > Cliquez ICI < et sinon, ne vous en fait pas, on vous explique tout, maintenant !

Aujourd’hui, nous allons parlé de :

ÉTÉ 2

35026286_10156994900326756_4035103426491711488_n

Le grand feuilleton que nous suivions l’année dernière a enfin sa suite sur intagram !

Cette BD écrite par Thomas Cadène et Joseph Saffiedine, d’après tif de Camille Duvelleroy, illustrée par Erwan Surcouff et mise en musique par Santoré sera la brise de fraîcheur de votre été.

L’année dernière, nous suivions  l’histoire d’Adel, 28 ans, et Olivia, 29 ans, en couple depuis un an. Il s’apprêtait à emménager ensemble. Avant de faire le grand saut, ils choisissent de se séparer 2 mois afin de ne rien regretter. En totale liberté, sans contact. Ils ont réalisé chacun de leur côté leur Bucket list, une liste des choses à faire (avant de mourir dans une relation de couple ?).

A la fin de l’été dernier, /alerte spoiler de la saison1, nous avions découvert que été, le mot comme la BD était un palindrome. Cette BD peut se lire dans les deux sens. Le soucis, c’est qu’en fonction du sens que vous choisissez. A la fin, Adel et Olivia ne finissent pas forcément ensemble. Je ne sais pas pour vous mais la coexistence de ces deux fins m’avaient rendu aussi dingue que le chat de Schrödinger dans sa boîte !  /Fin de l’alerte Spoiler

Nous avions eu la joie de découvrir les histoires de cœurs et de culs de futurs trentenaires attachants. L’idée de suivre une BD sur instagram est vraiment sympa.

C’est donc avec impatience que j’attend la suite des aventures d’Abel et Olivia !
La saison 2 débarque fin juin ! Vous pouvez y accéder en cliquant ICI.

Si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir la première saison d’été, vous pouvez la retrouver sur instagram été_arte ou en librairie aux éditions Delcourt (Cliquez Ici pour plus d’informations).

Quoi qu’il arrive, passez un bel été et restez couverts ! 😉

Mercredi Websérie : AREL3

Nos petits Rendez-vous Mercredi, on joue et Cinéma du Mercredi vous ont manqué ?
Rassurez vous, nous sommes de retour pour vous jouer de mauvais tours !

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’une Websérie qui comme toutes les webséries m’a été présentée via le bouche à oreille. Je sais, ce n’est pas très hygiénique comme méthode mais c’est la meilleure manière d’en découvrir.

Voici comment elle m’a été présentée par @zeliezazou :
« Au fait, ça n’a rien à voir, mais Bruce d’e-penser sort une web série sur sa chaîne.
Les 2 premiers épisodes sont en ligne, les suivants sortiront au rythme d’un par semaine. Il y en aura 7 en tout.
Les épisodes sont courts, aux alentours de 5-7 min chacun.
Pour vous décrire brièvement le truc sans rien vous spoiler, des personnages se retrouvent coincés dans une situation bizarre. L’objectif est d’essayer de comprendre ce qui leur arrive. »

Cette Websérie, c’est AREL3.
En guise de mise en bouche je vous invite à voir ce premier épisode :

Actuellement, il y a 6 épisodes disponible sur la chaîne de e-penser sur Youtube
(Cliquez ICI pour y accéder). Le 7ème sort vendredi.
Il m’a fallu 3 épisodes pour accrocher à cette série et commencer à établir mes propres hypothèses. Il vous en faudra peut-être moins que moi.
En tout cas, ça fait longtemps que ça ne m’était pas arrivé !

Ah au fait, pour ceux et celles qui ne connaissent pas Bruce de E-Penser :

C’est un type un peu dégarni mais avec un prénom vraiment cool qui tient une chaîne de vulgarisation scientifique. Il parle par exemple de la théorie des cordes mais pas comme dans 50 nuances de Grey.  Inutile d’aller piquer tout le stock de cordes de Décathlon après avoir vu ses vidéos. Il parle aussi d’illusions, de phénomènes psychologiques et répond plus efficacement que WikiHow aux grands pourquoi de la vie : Pourquoi les anglais roulent ils du mauvais côté de la route ? Pourquoi la musique c’était mieux avant ? Pourquoi internet est le royaume des chats ?
Il a aussi à son actif deux ouvrages de vulgarisation scientifiques disponibles dans toutes les bonnes librairies et sur Amazon : Prenez le temps d’e-penser tome 1 et 2.
Pour ceux et celles qui ont pu voir L’Exoconférence d’Alexandre ASTIER. Bruce d’E-Penser était sa première partie : Cliquez ICI pour la (re)voir.
AREL3 est la première fiction format série qu’il réalise. Il a prévu plusieurs saisons. J’espère qu’il en aura les moyens.

Si la websérie vous plaît, n’hésitez pas à vous abonnez à sa chaîne Youtube !
Et si vous avez des hypothèses, partagez les avec nous, on a hâte de les connaître ! 😉

Source image à la une  : Ici

 

Pop corn, cocktail et fête des mères

S’il y a une chose que j’adore faire avec ma mère, c’est regarder des films. Avec elle, on n’a jamais l’impression d’avoir regarder le même film. Elle a tendance à me raconter une histoire qui non seulement est à mille lieux du scénario du film mais qui aurait pu faire un très bon film.
Alors en cette fête des mères(1), je vous ai sélectionné trois films disponibles en DVD et un cocktail pour un moment sensationnel !

Mamma Mia! pour une fête en-chant-ée

Réalisé par Phyllida Lloyd
Avec Meryl STREEP, Pierce BROSNAN, Colin FIRTH, Amanda SEYFRIED

Synopsis :
« Sophie (Amanda Seyfried), future mariée se lance dans la quête de son père avant le grand jour, mais rencontre un petit problème … elle n’est pas sûre de savoir de qui il s’agit. Après avoir lu en secret le journal intime de sa mère Donna (Meryl Streep), elle repère trois pères potentiels parmi les amants de celle-ci.
En cachette de sa mère, elle les invite tous les trois. Sophie essaye tant bien que mal de cacher leur présence, mais il en faut peu pour que le secret soit dévoilé et que la fête commence ! »

Pourquoi ?

C’est frais, c’est léger, c’est la promesse d’un bon moment ! Et puis c’est un bon rappel ! Après tout, Mamma Mia 2 sort bientôt !
L’histoire est sympa et met bien en avant les chansons d’ABBA. Le casting chante super bien et il y a une version karaoke dans le DVD !

Bad Moms la comédie Feel Good qui déculpabilise

de Jon LUCAS et Scott MOORE
Avec Mila KUNIS, Kristen BELL, Kathryn HAHN

Synopsis :

« En apparence, Amy a une vie parfaite : un mariage heureux, de beaux enfants et une carrière qui décolle. En réalité, elle se met tellement de pression pour être au top, qu’elle est sur le point de craquer. Au bout du rouleau, elle trouve comme alliée deux autres mères épuisées elles aussi par les règles imposées par Gwendoline, la tyrannique présidente des parents d’élèves. Ces trois nouvelles meilleures amies se lancent alors dans une folle virée en quête de fun et de détente, loin de leurs responsabilités. »

Pourquoi ?

C’est un film drôle et attachant qui parle de la charge mentale, de la conception sociétale de ce que doit être une mère et de l’incapacité à tout être de rentrer dans ce moule, de frustration, de la quête de soi, de l’acceptation de ses défauts qui sont en fait des forces. C’est la comédie feel good parfaite pour l’occasion !
Je n’ai pas sélectionné Bad Moms 2, tout simplement parce que ce n’est pas la saison !

Larguées
ou Snatched en V.O. : Quand vous avez une relation privilégiée avec elle

de Jonathan LEVINE
avec Amy SCHUMER, Goldie HAWN

Synopsis :
« Après s’être fait larguer par son petit ami la veille de leur départ en vacances vers une destination de rêve, l’impétueuse Emily Middleton (Amy SCHUMER) persuade sa mère, l’ultra prudente Linda (Goldie HAWN) de l’accompagner dans ce lieu paradisiaque. Quand le séjour vire au cauchemar, mère et fille réalisent qu’elles doivent mettre leurs différences de côté et travailler ensemble pour s’évader de la dangereuse aventure dans laquelle elles se sont embarquées. »

Pourquoi ?

Parce que le casting est génial. Parce qu’on a adoré Goldie Hawn dans Le club des ex. Parce que Amy Schumer est drôle et culottée. Parce qu’ensemble, elles forment à l’écran une famille dysfonctionnelle et déjantée typiquement américaine et totalement adorable !
Je vous le conseille en V.O. parce que les voix françaises sont franchement bof.
C’est un film potache et charmant. Comme quoi c’est possible !
Je ne l’ai pas encore vu avec ma mère mais franchement j’ai hâte qu’elle me raconte sa version à elle. Ça risque d’être encore plus déjanté que la V.O. à moins que ce ne soit encore plus mignon.

Et comme promis, voici le cocktail !

Sans alcool pour éviter qu’elle ne s’endorme pendant le film !
C’est un petit cocktail(2) tout simple que j’ai trouvé dans les rubriques cadeaux pour la fête des mères d’une enseigne un peu chelou. Bref, merci aux créateurs de la Love Box pour cette recette :

RIO

Avec tout ça, on vous souhaite une jolie fête des mères réelles ou fictives !

Bien sûr, si vous êtes dans un coin de pays où aucun orage violent ne menace, n’hésitez pas à vous faire une toile et pourquoi pas vous hasarder sur le film La fête des mère 😉

flower-2485019_640

(1) Je n’ouvrirai pas le débat sur cette fête. Je sais c’est déprimant entre le marketing sexiste, les bonbons Vichy, les colliers de nouilles, la fête des pères, des mamies …. Pourquoi on ne célèbre pas les oncles et les tantes, tant qu’on y est ? Pourquoi la fête des grand-père tombe en octobre quand tout le monde pense à fleurir des tombes ou à creuser des citrouilles plutôt qu’à offrir des cendriers en poterie à des non fumeurs ? Pourquoi il n’y a pas de journée international du hamster ?
(2) Dans la vraie vie le cocktail tire plus sur l’orange que sur le rose semi transparent (voire l’image à la une). Sinon, c’est une pure merveille, très rafraîchissante et acidulée !

Envie d’une Saint Valentin pas comme les autres ?

Nous sommes Mercredi, c’est la Saint Valentin et votre poste de télévision a prévu de vous noyer sous une tonne de comédies romantiques. Or vous avez décidé d’oser la rupture avec les traditions pour le pire ou pour le meilleur. Et puisque nous vous aimons bien, quelles que soient vos décisions, nous vous avons préparé une petite sélection de films pour passer une soirée de Saint Valentin pas tout à fait comme les autres !

Pour la Saint Valentin : J’ai décidé de fêter mon célibat !

Avant tout, je voudrais partager avec vous une recette de cocktail d’un de mes livres préférés Eat Like a Gilmore Girl de Kristi Carlson. Que vous soyez seul(e) ou accompagné(e) ce soir, ce cocktail comblera votre soif tout en fournissant un bon apéritif (ce qui n’est pas inintéressant si vos ami(e)s sont comme les miens et que vous n’arrivez jamais à mettre la main sur la moindre pistache lorsque vous les invitez(1)) !
Pour préparer un bon Manhattan il vous faudra :
de la glace,
5 cl de Rye Whisky/ whisky de Seigle/ whisky canadien
2 cl de vin de xérés,
5 ml de bitters
et une ou plusieurs cerises au marasquin (tout dépend de la Lorelai qui est en vous).
Mettez tous les ingrédients liquides dans le shaker, musclez vos avant bras et servez le tout dans un verre à Martini (n’oubliez pas d’ajouter la cerise) !

Et pour le film alors ?

Je vous propose  Célibataire : mode d’emploi (2016)!

De quoi ça parle :

Synopsis by Allociné (c’est pas le meilleur mais si je devais faire le synopsis moi même vous en sauriez trop et on devrait vous abattre …) :
« Il y a toutes sortes de manières de vivre en célibataire. Il y a ceux qui s’y prennent bien, ceux qui s’y prennent mal… Et puis, il y a Alice. Robin. Lucy. Meg. Tom. David… À New York, on ne compte plus les âmes en peine à la recherche du partenaire idéal, que ce soit pour une histoire d’amour, un plan drague… ou un mélange des deux ! Entre les flirts par SMS et les aventures d’une nuit, ces réfractaires au mariage ont tous un point commun : le besoin de redécouvrir le sens du mot célibataire dans un monde où l’amour est en constante mutation. Un vent de libertinage souffle de nouveau sur la ville qui ne dort jamais ! « 

Pourquoi je l’ai sélectionné pour vous ?

Dans cette comédie, il y a quelque chose de beau et de profond, comme un hymne « aime toi toi-même d’abord, comme tu es, avant tout et ensuite tu verras ». Certes il y a quelques clichés et il aurait pu être un peu plus pétillant, je vous l’accorde … mais vous passerez un super bon moment devant.
Et puis, il y a aussi tout un tas d’astuces pour survivre seul dans un monde qui peut se montrer violent pour les cœurs solitaires. Alors si vous voulez savoir comment mettre une robe qui a une fermeture éclair dans le dos sans l’aide de personne, n’hésitez pas à y jeter un œil ou deux. En plus la fin n’a rien de plan plan contrairement à Sex in the City (2)

Pour la Saint Valentin : Je veux être sûr que mes draps s’en souviennent !

Même si 1/3 des rédacteurs de ce blog les détestent, il parait que les films d’horreurs sont bons pour la santé et le meilleur moyen pour conclure joyeusement un rendez vous amoureux (3). Sortez vos pop-corns, pour l’occasion, je vous propose le film February (2015)!

De quoi ça parle ?
Synopsis by Allociné (On ne s’en passe plus 😉 )
« Parce qu’étrangement leurs parents ne sont pas venus les chercher pour les vacances d’hiver, Rose et Kat sont retenues dans la prestigieuse institution pour jeunes filles où elles suivent leurs études. Dans un pèlerinage sanglant à travers les paysages gelés, Joan décide de s’y rendre. Au fur et à mesure qu’elle s’en rapproche, Kat est assaillie de visions terrifiantes et Rose voit avec horreur sa camarade devenir possédée par une force invisible et maléfique « 

Pourquoi je l’ai sélectionné pour vous ?
De la neige qui handicape le pays en février et des ados enfermées dans un internat … si ce n’est pas le film idéal pour faire frissonner votre date ce soir, je ne sais pas ce qu’il lui faut !
Certains reprocheront à ce film de ne pas être gore ou de ne pas répondre aux quotas des films d’horreurs classiques. Mais il y a une tension dans ce film qui est sublime. De plus, vous arriverez plus facilement à atteindre votre but avec l’horreur suggestive de February ou l’aspect comique d’un Loup Garou de Londres qu’avec un film bourré d’hémoglobine et de viscères comme Cannibal holocaust. D’ailleurs si la personne avec qui vous êtes, est émoustillée à la fin de Cannibal holocaust, je ne saurais que trop vous conseiller de vous tirer de là fissa !

Pour la Saint Valentin : On m’a dit que 50 nuances est le film à voir mais …

Si vous vous sentez l’obligation de regarder un film de la saga 50 nuances  de Grey mais que vous n’aimez pas les histoires de princes charmants, que vous avez un trop gros respect pour tout ce qui est consentement mutuel ou BDSM ou si vous aimez l’humour potache, j’ai le film pour vous !

50 nuances de Black (2017)

De quoi ça parle :

Il vous avait manqué, voici le synopsis d’allociné :
« Le comique Marlon Wayans met la fessée à « Cinquante nuances de Grey » dans cette parodie. Wayans incarne le séduisant Christian Black qui va tomber sous le charme de l’innocence Hannah jusqu’à lui proposer un pacte d’amour placé sous le signe du S.M. « S.M. » comme Super Marrant ! « 

Pourquoi ?
Parce que vous allez avoir honte d’aimer ce film ! Il est fait dans le même bois que les Scary Movie ou un Dance Movie. Pour le supporter et pour l’aimer, il faut avoir le cœur bien accroché et aimer l’humour gras, grossier, bête, politiquement incorrect. Et à ce moment là, vous pourrez profiter d’une super soirée pop-corns !
Et en plus, il y a Dr Queen dedans !

Et n’oubliez pas, notre Grand Concours TeaTime in Bloomsbury a 1 an fini ce soir à minuit ! Vous n’avez plus que quelques heures pour participer !
Rendez-vous dimanche pour le tirage au sort !

En attendant, bonne fête à tous nos amoureux ! 😉

(1) Y’aurait-il un lien avec la disparition des pistaches dans le documentaire sur la vie de Milo Murphy ? Si vous voulez en savoir plus sur ce documentaire, cliquez ICI !
(2) On ne peut pas parler de célibataires à New-York sans parler de Sex in the City … et non, je ne comprendrais jamais pourquoi Carrie finit dans tous les sens du terme avec Mr Big. Je sais New-York + célibataires = aussi Girls mais le vrai sujet de Girls n’est pas le célibat, mais la recherche et la construction de son moi profond dans un monde qui vous traite comme un Kleenex.
(3) Si vous voulez en savoir plus sur les bienfaits des films d’horreur sur votre santé (il parait qu’un bon film d’horreur permet de brûler autant de calories que 40 minutes de marche), n’hésitez pas à consulter cet article du Time Magazine en anglais : Cliquez ICI !
Et si j’en crois Cro, il n’y a rien de tel qu’un bon film d’horreur pour les rapprochements physiques ! Est-ce que c’est pour ça que lors de notre 3ème rendez-vous/première séance de cinéma ensemble, il m’a emmené voir Pirates des Caraïbes 3 ?

Mercredi Série animée ! (1)

Chaque lundi matin, Teatime et moi-même avons un nouveau rendez-vous (en replay) pour nous aider à supporter la fin d’un week end nécessairement trop court. Il nous est proposé par Disney Chanel, la même chaîne qui diffuse Camp Rock et son pendant maléfique sur les Hitler Jugend, Heil School Musical(1)

La loi de Milo Murphy,
série animée créée par
Dan Povenmire et Jeff « Swampy » Marsh

Connaissez-vous Edward A. Murphy ? C’est l’ingénieur qui a développé cette loi selon laquelle « tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera mal »(2). La loi de Murphy, tout simplement. Et bien, Milo, c’est son descendant. Et rien qu’au premier épisode, on comprend que ce n’est pas du chiqué.

Milo est un gosse adorable et insouciant. Pourtant, sa simple présence crée des catastrophes aussi terribles qu’improbables. Accidents, incendies, effondrements, chutes de météores et tant d’autres choses.

Certains diront qu’il a la scoumoune.

Cependant, cette poisse lui vaut la meilleure des copines, une sœur extraordinaire, et un nouvel ami qui, semble-t-il, a très vite pris goût aux cataclysmes.

Teatime s’est évidemment très vite reconnue en lui(3) et m’a donc très vite présenté cette série documentaire. J’ai adhéré tout de suite. Certes, l’humour est plus téléphoné que Bouygues, SFR et Orange réunis(4). Pourtant, quelque chose fait qu’on se sent bien, à la fin de chaque épisode. Il faut dire qu’à part un camarade de classe jaloux, tout le reste n’est que gentillesse. A vrai dire, la vitesse des épisodes et leur fin dont le dénouement est prédictible dès les premières secondes me font penser à de vieux dessins animés comme Albert le 5e Mousquetaire ou Les Entrechats.

En replay au moins, Disney Chanel les propose au rythme de un épisode par semaine (chaque épisode comptant en réalité deux épisodes). Teatime connait l’intégralité de la série pour l’avoir vue diffusée en un seul morceau (un peu comme les primes de Kaamelott) et apparemment, je n’ai encore rien vu. Si vous avez accès au replay de Disney Chanel, on serait vraiment heureux de pouvoir partager ce dessin animé avec vous et d’avoir vos retours. Sinon, à défaut, y a-t-il des gens qui regardent Les As de la Jungle ? #grandsenfants.

(1)Le point Godwin n’aura pas traîné, cette fois-ci.
(2)Anything that can go wrong, will go wrong
(3)Vous voyez la scène de la réaction en chaîne à base de couteau et d’incendie dans le premier Destination Finale ? Vous me croirez, si je vous disais que je l’ai vue me reproduire la scène, une fois ? Qu’on est passé à très peu de l’incendie, et qu’elle se souvient très bien du contact de la pointe du couteau ? Non ? et pourtant, ça nous est arrivé pour de vrai. Encore heureux que les principes physiques du cinéma ne s’appliquent pas dans la réalité…
(4)Mais pas Sosh, je les boude. Ils avaient qu’à pas changer leurs pubs.

Source Image à la Une : Cliquez ICI.

Last night with … Dwanta Claus !

Oui, nous avons longtemps hésité sur le titre de cet article (un peu plus de 30 secondes). Cro avait pensé à « Mon coup d’un soir : Dwayne « The Rock » Johnson« . Or, il n’y avait pas que Dwayne Johnson à cette soirée, mais aussi Kévin Hart, Nick Jonas (AAAaaaaaaahhhhhh!) et des centaines d’inconnu(e)s !

Là, vous vous arrachez les cheveux parce que vous ne voyez pas où on va en venir ou simplement pour ressembler un peu plus à un ex catcheur devenu acteur qui rêve de la présidence des États-Unis (et qui joue les Santa/Dwanta Claus pour Noël parce que … et pourquoi pas !).

DSC03612

Lâchez vos altères, on vous emmène à l’avant première de Jumanji : Bienvenue dans la jungle au Grand Rex !

jumanji-welcome-to-the-jungle-Jumanji : Bienvenu dans la Jungle
de Jack Kasdan
avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kévin Hart

Synopsis by allociné :
« Le destin de quatre lycéens en retenue bascule lorsqu’ils sont aspirés dans le monde de Jumanji. Après avoir découvert une vieille console contenant un jeu vidéo dont ils n’avaient jamais entendu parler, les quatre jeunes se retrouvent mystérieusement propulsés au cœur de la jungle de Jumanji, dans le corps de leurs avatars. Ils vont rapidement découvrir que l’on ne joue pas à Jumanji, c’est le jeu qui joue avec vous… Pour revenir dans le monde réel, il va leur falloir affronter les pires dangers et triompher de l’ultime aventure. Sinon, ils resteront à jamais prisonniers de Jumanji… « 

Je ne sais pas pour vous, mais la première fois que j’ai entendu parler d’une suite à Jumnaji, j’étais un poil refroidi. En même temps je m’attendais soit à un remake soit à une suite basique, où on reprend les bases, le jeu de société, la cheminé, les singes dans la ville, avec pourquoi pas une participation des anciens acteurs mais sans Robin Williams.

Or, je pense que les films, comme les livres qui nous ont marqué lorsque nous étions enfants, construisent  notre personnalité bien plus que les autres lectures et films que nous verrons plus tard. Alors j’avais un peu peur de voir une horde de rhinocéros balayer un bout de ma jeunesse. Or la peur tue l’esprit … et puis …

Robin Williams m’a appris une chose :

« Prendre des risques, continuer à explorer pour repousser les limites, voir ce qu’il y a au delà »
– extrait des propos de Robin Williams dans le documentaire Robin Williams, un génie de la comédie (Visible sur Arte Replay jusqu’au 10/12 en Cliquant ICI)

En plus, cette fois-ci, il n’est plus question d’un jeu de société/plateau mais d’un jeu vidéo old school, alors repoussons nos limites !

Et en fait, Jack Kasdan a réussi l’impossible ! Il a su redonner vie à Jumanji avec intelligence, l’adapter à notre époque. Et c’est juste fantastique !
Ce film est chaleureux, plein d’humour et il redonne foi en l’humanité (Et, ce n’est pas rien en cette période de guerre civile dans les magasins).  Je ne vais pas vous spoiler pour une fois. Mais notez que certaines répliques sont déjà cultes dans notre foyer !
Alors tout ce que je vous dirais c’est que ça fait super longtemps que je n’ai pas vu un film aussi bon. Le jeu d’acteur est de qualité, même si Kévin Hart est plus petit que mon chat !
Alors oui, des gens tristes vous diront que c’est un blockbuster/Le MAL, que c’est pas du Kant … Mais de toute manière, ils n’ont jamais lu Kant. Et ils me traiteront sans avoir vu le film d’imbécile heureuse. Allez-y les gars, moi je me suis jamais interdite de vivre pleinement ma vie avec ses joies et ses peines. Et là, bah, je suis super heureuse d’avoir vu ce film !
Et vous aussi vous avez le droit au bonheur !

Aucun rhinocéros n’a piétiné mon enfance durant cette séance. Ce film est aussi bien réussi qu’un Jurassic World. Et il est encore plus Badass !

Prendre des risques, parfois ça a du bon. Alors, tout ce que je vous dirais, c’est :
Tentez votre chance, allez le voir sans préjugé et éclatez vous !

Bonne séance  à venir !
Et restez sage sinon Dwanta Claus viendra dévaster tout votre stock de tequila !

ew Dwanta Claus

Talking as Fast as I Can

Pour ce #VendrediLecture, j’ai envie de vous emmener dans un endroit chaleureux, sympathique, cozy, réconfortant … chez vous !
Bah dis donc ! C’est fou ce qu’on voyage !

Je vous propose quelque chose qui ressemble plus à un recueil de pensées diverses et variées (sur l’entrée dans le monde du travail, hollywood, la vie …) d’une actrice que j’aime beaucoup : Lauren Graham !
Ahah ! Mais je le savais, je l’ai lu dans le dernier Sunshine Blogger Award !

Après vous avoir dévoilé la recette secrète des cookies de Gilmore Girls (retrouvez la recette en cliquant ICI), je ne pouvais que vous présenter cette petite lecture en V.O. :

Talking as fast I can, Lauren GrahamTalking as fast as I can,
from Gilmore Girls to Gilmore Girls (and everything between)
de Lauren Graham
Éditions : virago (2017)

4ème de couverture :
From the star of the much-loved television shows Gilmore Girls and Parenthood and the author of the New York Times bestselling novel Someday, Someday, Maybe comes a collection of candid and hilarious essays.

In Talking as Fast as I Can, Lauren Graham hits pause for a moment and looks back on her life, sharing stories about growing up, dating and starting out as an actress. Some things you’ll learn about Lauren : she once tried to go vegan just to bond with Ellen DeGeneres, she’s aware that being set up with guys at awards shows has its pitfalls (« if you’re meeting someone for the first time after three hours of hair, makeup and styling, you’ve already set the bar too high »), and she’s a card-carrying REI shopper (« My bungee cords now earn points! »).

Lauren also sits down for an epic Gilmore Girls marathon and reflects howit felt to pick up the role nine years after the first series conclueded. Complete with photos and excerpts from the diary Lauren kept during the filming of Gilmore Girls: A Year in the Life, this book is like a cozy nigth in, catching up with your best friend, laughing and swapping stories, and – of course – talking as fast as you can.

Le problème de cette quatrième de couverture, c’est que comme pour la plupart des bandes annonces actuelles, elle en dévoile trop. C’est pourquoi je ne vous traduirais pas cette quatrième de couverture ! Je vous dirais simplement ceci :

C’est une lecture qui ne plaira pas uniquement aux fans de Gilmore Girls. Toutefois, aux vues de certaines critiques que j’ai pu lire sur le net, je dois vous avertir. Lauren Graham est du genre très dynamique, fine, drôle, passionnée de cinéma et un poil geekette. Et si vous cherchez à l’écouter en audiobook, notez qu’elle parle vite et qu’elle adore chanter.
Personnellement, je me suis contentée de la version papier et  j’ai passé 3 jours avec cette chanson dans la tête :

J’ai passé de très bons moments avec ce livre. Il ne s’agit pas d’une autobiographie classique. Ça ressemble plus à une conversation que vous auriez avec une bonne copine en prenant le thé, ou à la lecture d’un blog drôle et plein de punch.

De quoi ça parle ? (attention spoilers)

Vous y retrouverez bien-sûr quelques anecdotes de tournage concernant Gilmore Girls et Parenthood. Ça doit représenter un peu moins d’un tiers du lire.
Mais ce qui fait tout l’intérêt de ce petit livre, ce sont les petits chapitres autour pleins d’humour. Ils sont remplis de ces petites choses importantes que l’on apprend en se confrontant à la vie, en grandissant :

  • La vie ne suit pas toujours vos plans :

« So don’t let your plan have the last laugh, but laugh last when your plan laughs, and when your plan has the last laugh, laugh back, laughing! »
Talking as Fast as I Can, Lauren Graham

Que l’on peut traduire comme ça : Alors ne laissez pas votre plan rire en dernier, mais riez en dernier quand votre plan rit, et quand votre plan est le dernier à rire, riez en retour, en riant!

Ou comme ceci :

  • Parfois quand on parle trop vite, on prononce mal certains mots et un instrument de musique peut devenir un poisson.

  • Un acteur ne peut pas tout jouer.
  • Régime : Vous pouvez épargner une fortune en programme de régime, en livres de diet, en magasine féminin, etc …. en suivant ce simple conseil.

 » I’m going to tell you some of the Top-Secret Hollywood Secret I’ve learned, and save you a ton of money instead!
Here’s one: diet books are worthless. Don’t spend one penny more on them. Not one more. I’m serious. They all tell you a version of the exact same thing: eat less, work out more. »
Talking as Fast as I Can, Lauren Graham

Elle revient sur toutes les névroses planétaires sur la nourriture saine et réalise un magnifique plan sur ce qu’il est bon de manger selon ces mêmes névroses. Je crois que c’est la Hollywood Food Chart la plus drôle que j’ai pu voir !

  • Hollywood est un monde plutôt sexiste

Elle réalise une typologie drôle et réaliste des rôles proposés aux femmes selon leurs âges à Holywood (la jeune fille qui débarque en ville, la mère et si vous avez de la chance, Betty White). Elle explique cette typologie avec une analogie magnifique (à base de papier toilette) mais je vous invite à lire son livre pour ça.

  • Avoir les pieds gelés quand il fait froid n’est pas une fatalité.
  • Ce n’est pas parce qu’on adore regarder une émission sur la mode qu’on est un bon critique de mode.
  • On pense souvent qu’il est plus facile pour un artiste d’avoir plusieurs casquettes aux États-Unis qu’en France : c’est faux.

C’est un des chapitres les plus passionnant et agaçant de ce livre. Lorsque Lauren Graham revient sur l’écriture et la publication de son premier roman, une fiction et sur les commentaires qui en ont résulté de la part de certains médias et de grands journalistes. Pour eux elle devait soit avoir un ghost writer soit avoir produit une autobiographie.

  • Le secret quand on a une panne d’écriture : le Kitchen Timer !

C’est un secret que Lauren tient de Don Roos, le réalisateur de Sexe et autres complications ou d’Un hiver à Central Park et le scénariste de Marley et moi. C’est un secret pas mal du tout, qui nécessite peu de moyen. Je vous invite à lire son livre pour le connaitre ! 😉

Retour à la normal, loin des spoilers !

J’espère vous avoir transmis un peu de l’énergie qu’il contient ainsi que l’envie de le lire. Je passe mon exemplaire à Cro et je vous dis :
A vendredi prochain pour découvrir un nouveau livre !
En attendant …

Back to the 90’s : Witchcraft (3)

Tadadadam *snap* *snap*, tadadadam *snap* *snap*
Tadadadam, tadadadam, tadadadam *snap* *snap*

Mes talents de musicien me disent que vous ne pouvez pas ne pas avoir reconnu le thème mythique de La Famille Addams. Et quelle coïncidence ! C’est justement le sujet de cet article ! La nature est bien faite !

La-Famille-AddamsLa famille Addams (1991)
de Barry Sonnefeld

Synopsis d’Allociné :

« Rififi chez les Addams, célèbre famille macabre qui vit dans un manoir hanté, lorsque débarque l’oncle Fétide, sosie d’un des membres de la famille disparu vingt-cinq ans plus tôt… Ne serait-il pas un usurpateur qui cherche à les doubler pour faire main basse sur leur trésor caché ? »

C’est toujours un plaisir de voir et de revoir ces deux films. Teatime et moi-même ne les loupons jamais lorsqu’ils passent à la télé, alors que nous les avons en DVD, c’est dire !

La famille Addams (pour les 3 zigottos qui ne connaissent pas) est une adaptation de la BD des années 30 de Charles Addams dans le New Yorker et surtout de la  la série télé des années 60, diffusé à la fin des années 80 en France. Il existe également une série animée des année 90. Un OVNI télé, une anti sitcom, dialogue de qualité, élève un lion dépressif et des plantes carnivores, une salle de torture dans la cave, une famille sadique et aimante, attachante dans tous les sens du terme.

Charles Addams
Source Image

Dans cette version de Barry Sonnefeld, on retrouve l’humour noir et les dialogues parfois salaces si caractéristiques de cette drôle de famille gothique. A travers leurs découvertes des abysses du monde extérieur, c’est toute une critique de la normalité qui apparaît.

Vous y retrouverez un casting magique avec Anjelica Huston  (The Witches) en Morticia ou encore Christopher Lloyd (Prof dans Retour vers le futur) dans le rôle de l’oncle Fétide. Vous aurez envie d’apprendre à danser la mamushka avec un couteau entre les dents. Bref, c’est un véritable bijou, bourré de scènes cultes, de répliques cultes, d’effets spéciaux honorables. Et comme mimerait la Chose : Attention à la tarte au cinq doigts si tu dis le contraire !

les-valeurs-de-la-famille-addams-jaquette8Les valeurs de la famille Addams (1993), de Barry Stonnefeld

Synopsys by Allociné :
« L’arrivée de Puberté, troisième rejeton de Morticia et Gomez, va semer la zizanie dans le clan Addams. Les soins dont on l’entoure excitent la jalousie de Mercredi et Pugsley qui vont tout tenter pour l’éliminer. Quant à sa nurse, Debbie, appétissante blonde, elle va faire tourner la tête de l’oncle Fétide… »

Cette suite est tout aussi drôle (peut-être même plus), ses répliques font mouche. Vous aussi vous éprouverez beaucoup de sympathie envers une tueuse en série incomprise, qui a eu une Malibu Barbie à 12 ans alors qu’elle a toujours été une ballerine ! Si, si !
La scène du dindon est magique. Enfin vous ne verrez plus le film La mélodie du Bonheur comme avant.

Je ne vous parlerais ni du 3ème volet, La famille Addams : les retrouvailles avec Tim Curry en Gomez Addams qui est un peu moins bon ni de la rumeur de reprise par Tim Burton en stop-motion qui célèbrera ses 10 ans en 2021 !

Si Internet a sa règle 34, les classiques hollywoodiens populaires se retrouvent métamorphosés en comédie musicale. La famille Addams n’y a pas échappé puisqu’elle existe en comédie musicale à Broadway :

visible actuellement à Paris au théâtre du Palace :
http://www.theatrelepalace.fr/spectacle-la-famille-addams/

Enfin, à l’approche d’Halloween, je rajouterais simplement que La famille Addams est un thème idéal pour vos costumes et qu’en tout cas ça change du thème Scooby Doo !
Bisous à toutes celles et ceux qui ont eu de l’urticaire après avoir porté le pull de Véra et celles et ceux qui sont revenus pleins de puces habillés en chien savant (attention, j’ai pas dis en latex, bande de petits pervers)!


Source : image à la une