Hong Kong Noir

look at my Oo
Le petit pervers du musée Guimet

Il y a peu de temps, je me suis rendue avec @zeliezazou à une exposition de cartes au musée Guimet.

Ce que j’ai préféré dans ce musée :
– les expo permanentes,
– la statue du lion pervers,
– le touriste chinois qui décoche son smartphone à la vitesse de l’éclair pour prendre des photos en un clin d’œil et disparaître aussi vite qu’il est venu de la salle d’expo
et bien sûr
–  la boutique souvenir dans laquelle j’ai trouvé un livre qui m’a tout de suite tapé dans l’œil :

Hong Kong Noir

de Chan Ho-Kei
traduit du chinois par Alexis Brossollet
Editions : Folio Policier (2016)

4ème de couverture :

« Hong Kong, 2013. L’inspecteur Kwan Chun-dok dit « Le Divin Détective », est mourant. Des années durant, il a traqué les criminels sans relâche, au gré des bouleversements qui ont secoué la colonie. Aujourd’hui, son partenaire vient lui demander une dernière fois son aide pour une enquête particulièrement délicate. Une enquête qui le ramène des années en arrière, en 1967, à l’époque où il cherchait à mettre un des plus dangereux membres des triades sous les verrous …
Thriller audacieux et envoûtant, Hong Kong Noir couvre un demi-siècle d’histoire, de rivalités, de jalousie et de vengeance, et dessine le portrait fascinant d’une ville en mutation permanente.

Chan Ho-Kei
Né à Hong Kong, Chan Ho-Kei est développeur, scénariste, concepteur de jeux vidéo et éditeur. Son premier roman a remporté le  Soji Shimada Mystery Award, récompensant le meilleur polar chinois de l’année. »

Cette 4ème de couverture m’a totalement convaincue !
Je n’ai pas lu beaucoup d’auteurs chinois et ceux et celles que j’ai lu jusqu’à présent étaient plutôt dans un registre biographique centré sur la fin de l’empire et la révolution culturelle : Mémoire d’un eunuque dans la cité interdite de Shi Dan, Mémoire d’une dame de cours dans la cité interdite, de Jin Yi et Les cygnes sauvages de Jung Chang. Honk Kong Noir est l’occasion parfaite de découvrir un autre pan de la culture chinoise à travers un genre que j’affectionne : le roman policier. J’ajoute que le fait que l’auteur soit également un concepteur de jeux vidéos et que le nom même de ce roman me fasse penser à un jeu vidéo génialissime L.A. Noire laisse entrevoir un univers particulièrement vivant et bien décrit.

Je ne sais pas pour vous mais quand je pense à un policier chinois, je revois immédiatement dans ma tête des images de la série Le flic de Shanghai (Sammo Law For Ever <3), de Jackie Chan, de Bruce Lee et des films Detective Dee. Je vois des flics au grand cœur, rusés et toujours super doués en arts martiaux qui affrontent de dangereuses triades.

Concernant la ville de Honk Kong, tout ce que j’en savais c’est que c’est une ancienne colonie anglaise qui a été rétrocédée à la Chine en 1997 et qui a gardé quelques spécificités. En effet, la Chine a promis que Hong Kong garderait une relative autonomie jusqu’à 2047, soit 50 ans après le transfert de la souveraineté.

Maintenant que vous disposez du même bagage que moi d’avant lecture, c’est à dire pas grand chose, il est temps que je vous dise ce que j’ai pensé de ce roman !

Hong Kong Noir, c’est 750 pages en format poche d’enquêtes policières !
Aux côtés de l’inspecteur Kwan aka le « Divin détective » et de son padawan l’inspecteur Lok, on découvre au fil des enquêtes les différentes facettes de Hong Kong et leur évolution aux cours de ces 50 dernières années. L’auteur nous annonce qu’avant que la ville soit rétrocédée à la Chine, les forces policières étaient plus efficaces, plus attachées à protéger leurs concitoyens. Alors qu’aujourd’hui, la police hongkongaise est plus bureaucratique et individualiste. Chacun cherche à gravir les échelons. Ceci dit, la corruption est présente en tout temps.

La 4ème de couverture donne à croire que nous allons suivre une enquête qui va amener l’inspecteur Kwan à revivre des enquêtes passées à travers des flashs back. En réalité, on peut découper le roman en 6 nouvelles indépendantes les unes des autres, 6 enquêtes qui se déroulent à des époques différentes : la première en 2013 et la dernière en 1967. On remonte le temps !

C’est une approche assez originale qui permet de suivre l’évolution de l’inspecteur Kwan à l’envers, de sa fin de vie à son entrée dans les forces de police. Il y a un petit côté Benjamin Button dans l’approche ! 😉

La personnalité de l’inspecteur Kwan est franchement étonnante. C’est un savoureux mélange de Sherlock Homes en tongs et d’Oncle Picsou. C’est le type le plus radin de la galaxie et le plus intelligent, capable d’élaborer des plans sur des années pour capturer les coupables. Son assistant me fait penser à Watson de la série Elementary, un disciple capable de se débrouiller tout seul pour résoudre ses enquêtes mais qui revient toujours vers Sherlock. Ah une information importante, contrairement à Elementary, nos enquêteurs ne sont pas maîtres en arts martiaux. Ils ne disposent que de leur flair et de leur intelligence.

Ma vision d’Hong Kong a changé avec ce roman, je vois désormais une mégalopole pleine de possibilités, un peu chinoise, un peu britannique, ancien terrain de jeux des triades, une ville pleine de croyances, une ville de cinéma.

C’est un récit captivant et ingénieux. L’écriture est magnifique (merci au traducteur Alexis Brossolet).

J’ai adoré ce roman. Il a toutes les qualités pour faire un bon film ou une série !
Que vous soyez curieux de découvrir Hong Kong ou que vous nourrissez une passion pour les policiers qui ont du flair, Hong Kong Noir est fait pour vous !

Pour aller plus loin avec ce roman, j’ai demandé à @zeliezazou, notre expatriée en Chine qui a déjà eu l’occasion d’aller plusieurs fois à Hong Kong, de me parler de cette ville.

Voici son témoignage :

 » J’ai adoré la ville de Hong Kong ! C’est une ville chinoise mais sans être vraiment chinoise, c’est assez marrant. Ils ont notamment une british touch très marquée, vu qu’ils ont appartenu à la Grande Bretagne jusqu’à la fin des années 90.
Ils roulent à gauche par exemple, alors qu’en Chine les gens roulent à droite. Leur métro ressemble énormément au métro londonien et bien sûr les hongkongais sont bien plus civiques que les chinois ! 😉
Et puis quand tu vas à Hong Kong, t’as vraiment l’impression que les hongkongais se sentent hongkongais, pas chinois.

Il y a une autre chose qui m’a surprise à Hong Kong. C’est que Hong Kong ne se résume pas à une grande mégalopole, il y a aussi beaucoup de campagne avec de très beaux paysages.

Ah et aussi, tu vois que le communisme n’est pas passé par là, les différentes croyances chinoises sont beaucoup plus présentes qu’en Chine. Je me souviens notamment d’un village de pêcheurs où chaque maison avait de petits autels dédiés à des divinités, notamment un petit autel devant chez eux, généralement contre le mur à côté de la porte d’entrée, au niveau du sol, et qui était dédié au dieu de la terre.
Et à l’intérieur des maisons, manifestement il y avait aussi au moins un autel. J’ai aussi vu des gens principalement âgés partir de très bonne heure avec de l’encens et des offrandes pour aller dans un temple bouddhiste.

Sinon y a une histoire de grand banditisme dans la ville, de mafia et autres trucs de ce genre-là. Y a même un quartier entier qui a été réhabilité, mais qui avait une sale réputation par le passé et qui était très pauvre. Dans mes souvenirs, c’était un quartier avec de hauts immeubles et de petites ruelles. Alors, il faisait très sombre dans ces ruelles, et tout ça n’était pas salubre…

Hong Kong a aussi un petit côté Hollywood visible avec son walk of fame. Mais si je me souviens bien, la plupart des acteurs dont le nom figure là-bas sont hongkongais, taïwanais ou chinois. Il y a Jackie Chan notamment et Bruce Lee !

Et finalement la ville de Hong Kong fait plus européenne (plus particulièrement britannique) qu’asiatique par beaucoup de côtés. En plus de ce que j’ai déjà mentionné, il y a aussi beaucoup plus d’étrangers que dans les grandes villes chinoises, c’est très cosmopolite. Le coup de la vie est aussi beaucoup plus cher et il y a moins d’espace disponible. Par exemple, les chambres d’hôtel sont bien plus petites qu’en Chine, ça ressemble bien plus à nos hôtels. »

C’est tout pour nous !
Je vous dis à Vendredi prochain pour un nouveau Rendez-Vous Lecture !
Et à dimanche pour une surprise 😉

chat lunettes

TAG : Les Blogueurs Littéraires

Aujourd’hui, nous allons vous dévoiler un peu plus de nous même grâce à un TAG. Trouvé sur le blog Le monde de Tiphaine, ce TAG parle de livres, de pratiques, de cinéma et de cadeaux. Il est un peu long mais il a une ambiance très Thé ou Café avec Catherine Ceylac. Et puisqu’ici nous aimons le thé et le café, nous nous sommes dit que c’était l’endroit rêvé pour un tel TAG !
Vamos !

Plutôt corne ou marque-page ?

Cro : Marque-Page espèce de sauvage ! En tant que personnes civilisées, on en a même un par livre !
TeaTime : En plus, les cornes ne restent jamais. (Vous ne pouvez pas être cocu toute votre vie).

As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?

Cro : un million de fois, oui !
TeaTime : Il faut dire qu’on s’en offre beaucoup aussi !
Cro : Le premier dont je me souvienne, c’est l’Année du Mistouflon, un super livre jeunesse ! Lorsque j’ai pris des cours de poterie, j’ai reproduit le Mistouflon !
Quand je regarde ma vie, parfois, je me vois comme ces héros qui ont tout fait, tout connu … « Quand j’apprenais la poterie » ou encore « j’ai appris ça au tir à l’arc », « quand j’étais au théâtre » ou bien « à l’époque ou je fréquentais des punks »…
TeaTime : Ok, on s’arrête là !
Cro : Nan, mais c’est vrai, ce sont des débuts d’histoires chez moi … Je sais plus comment je me suis retrouvé dans ce festival …
TeaTime : Ok. Et donc scribe, c’est un bon métier ?

Lis tu dans ton bain ?

TeaTime : Question malheureuse !
Cro : Nous n’avons malheureusement plus de baignoire ! Mais nous avons un livre rêvé pour lire dans son bain (offert par des amis) qui date de l’époque douce heureuse où nous avions une baignoire  :

DSC04533

As-tu déjà pensé à écrire un livre ? 

Cro : Biensûr, plus d’une fois et sur milles sujets ! Peut être qu’un jour je franchirai le pas.
TeaTime
: J’ai un petit cahier dans lequel je note des anecdotes, des détails qui feraient de bonnes histoires. Il me manque juste une étincelle !
Hey mais attends ! J’ai déjà écrit un bouquin. Il est relié, il fait plus de 400 pages, format A4, existe en 5 exemplaires et même en pdf, est dispo dans une bibliothèque …. C’est mon mémoire !

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ? 

Cro : Ma PAL n’est que dans ma tête mais son épaisseur m’effraie. Si je doit rajouter une saga plus épaisse qu’Harry Potter, ça va juste devenir angoissant !
TeaTime : C’est rare qu’une série de plusieurs tome m’accroche. Il faut qu’elle soit vraiment bonne comme Harry Potter ou alors que je la découvre au moment où elle commence comme les Agatha Raisins. C’est vrai imaginez vous suivre la série Fable qui a un nombre hallucinant de tome aujourd’hui. Il y a quelque chose d’angoissant dans cette affaire ! Ce serait comme ouvrir une pléiade !

As-tu un livre culte ? 

Cro : Les Cerfs Volants de Romain Gari, c’est tellement loin … Je dirais les Dinosaures.
TeaTime : C’est pas évident de se limiter à un livre culte !
Cro (avec un air profond) : Chaque livre que j’apprécie est une amitié qui se crée et qui est brisé à la dernière page. Parler d’un éventuel livre préféré est une douleur !
TeaTime : Waoh ! Maintenant si j’ose en choisir un seul, je me sentirais criminel !

Aimes-tu relire ?

Cro : Non !
TeaTime : Pourtant me lit à haute voix les Harry Potter, que tu as déjà lu ! Bim ! Piégé !
Cro : Qu’ai-je à redire à ça ! L’ambiance coin du feu des Harry Potter m’aide, je crois … Et puis, c’est la seule manière de te les faire lire !
TeaTime : C’est vrai. Moi, j’aime relire à l’occasion. J’aime relire les livres qui sont merveilleusement bien construit, comme Orgueil et Préjugé de Jane Austen.

Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu’on a aimés ? 

Cro : C’est optionnel. Ensuite, pour moi, c’est la question d’aimer un artiste ou son oeuvre !
TeaTime : Trop timide. Trop peur de me taper l’affiche.

Aimes-tu parler de tes lectures ?

Cro : Paradoxalement, si je n’aime pas en parler à l’oral, je construis mes articles comme des conversations.
TeaTime : Moi, j’en parle tout le temps. Surtout lorsque je vis de merveilleuses aventures ou lorsque je suis super choquée/navrée par un auteur!

Comment choisis-tu tes livres ?

TeaTime : je rode pendant des heures dans une librairie ou en ligne pour les ebooks. Je passe et repasse dans tous les rayons. Je suis le spectre des librairies qui fonce sur les nouveautés, les couvertures funs et quatrième de couverture alléchant !
Cro : J’ai tendance à aller piocher dans les classiques de toutes les époques et de tous les thèmes.
TeaTime : En même temps, tu es un peu le Monsieur Classique de ce Blog !
Cro : C’est un peu notre répartition des tâches, en effet ! En ce moment, j’avais plutôt envie de récit de piraterie. Dernièrement ça a été un cheminement. Après avoir lu Don Quichotte, j’ai voulu lire les 3 Mousquetaires, ayant aimé dumas, ça ma fait lire monte cristo et ensuite la façon dont les thèmes de la mort de la mer son abordés par ces auteurs, ces lectures m’ont laissé une envie dévorante d’essayer les romans de piratrie du XIXème siècle. En ce moment, je suis sur le Pirate de Sir Walter Scott, un vrai bijoux !
Humour, philosophie, témoignage d’une époque … (regard dans le vague/smoldering intensity)

smoldering intensity

Une lecture inavouable ?

Cro : Un lecture inavouable ?
TeaTime : Oui, comme la biographie d’Annie Cordy, ce genre de trucs !
Cro : Ah oui ! L’intégral des Odile Weulersse quand j’étais petit !
Teatime : C’est quoi ?
Cro : Des romans historiques. Tous, mais TOUS construit sur le même schéma : un héros, un ami, un ennemi et une meuf !
TeaTime : Oh la vache ! On sent le traumatisme !
Cro : Je viens de réaliser qu’on vient de me communiquer la version pour adulte : Les Jean-Paul Tapie ! Même si là, c’est plus gay !

Tes endroits préférés pour lire ?

TeaTime : La cuisine quand ma tablette me fait la lecture et sinon mon lit. J’aimerais avoir un coin lecture comme Cro. Mais je ne suis pas fan des sièges de bureaux !
Cro
: Je n’ai qu’un seul endroit rêvé pour lire, c’est mon fauteuil dans mon coin lecture. Malheureusement, aujourd’hui, je n’ai plus que des lieux de lecture de fortune.
TeaTime : le métro ?
Cro : Même pas. Je pense plus à la table de repas du lieu de travail ou la courette qui sent la clope avec en permanence des fragments de cigarettes en suspension dans l’air.

Lire par-dessus l’épaule ?

TeaTime : Tout le temps, partout !
Cro : J’adore le faire, j’adore qu’on me le fasse ! Ma grande passion étant de deviner le titre des livres lus dans le train !
TeaTime : Je crois que c’est la passion secrète de tout le monde !

Télé, jeux-vidéos ou livres ?

TeaTime : Aucun des trois, d’où le blog :p
Cro : Avant j’étais beaucoup plus branché jeux vidéos. Des jeux comme Fable ou Max Payne racontent des histoires incroyables. J’ai dû diminuer ma consommation de jeux vidéos pour pouvoir passer plus de temps avec ma moitié.

Que deviendrais-tu sans livres ? 

TeaTime : Je ne peux pas dormir sans une bonne histoire. Je serais encore plus cinéphile  ou podcast …
Cro : J’aurais passé 5 années de ma vie vraiment affreuses.

Tu achètes un livre sur le Net et tu le reçois un peu abîmé. Que fais-tu ?

Cro : Si j’achetais un livre sur internet, ce serait un livre d’occasion. Donc je ne serais pas des masses surpris.
TeaTime : On a dit un peu abîmé. Ce qui signifie qu’il est lisible et pas dégueulasse. Donc je le garde tel qu’il est. C’est son histoire.
Cro : Mais si tu l’as payé au prix fort ?
TeaTime : Les légumes moches aussi ont le droit de vivre !
Cro : Et c’est toi qui me dit que je regarde trop de pubs !

Quel est l’élément qui t’a donné le goût de la lecture ?

TeaTime : La terre le feu, la pluie, tous les éléments sont complémentaires !
Cro : Je ne saurais pas dire, j’ai toujours aimé lire.
TeaTime : Un jour, je suis arrivé sur Paris pour un travail sous payé. J’avais deux heures de trains par jour à tuer. Alors j’ai ouvert Mange, Prie, Aime. Et j’ai commencé à lire pour le plaisir.

Que penses-tu de toutes ces adaptations cinématographiques ?

Cro :  Plus de 20h de lectures à compacter en deux heures … Cependant quand on voit qu’énormément de classiques du cinéma américain sont des adaptations d’œuvres littéraires.
TeaTime : Moi, je trouve ça beau, à condition que le réalisateur ait lu le livre. Il donne sa vision d’un livre, son interprétation, son regard.

Si tu ne pouvais plus lire qu’un seul type de livre, lequel ce serait ?

Cro : Oo ! Toi ce serait policier, c’est ça ?
TeaTime : Il manquerait quelque chose !
Cro : Moi, si on considère les classiques comme un genre à part entière, je suis déjà dedans. Mais les classiques ne sont que des livres qui ont fait passer à la postérité un certain genre. Et chaque genre littéraire connaît le meilleur autant que le pire. C’est vrai j’adorerais dire SF, mais je lis tellement de daube en SF, pareil pour la fantaisie !
TeaTime : Je ne pourrais pas vivre dans un monde qui n’est pas multiple, divers et varié.
Cro : Si, le documentaire !

Si tu ne devais retenir qu’un seul personnage rencontré dans tes lectures, ce serait lequel ? 

Cro : Ambroise dans Les Cerfs Volants de Romain Gary.
TeaTime : Pourquoi ?
Cro : L’évolution du personnage et sa philosophie tant au début du bouquin qu’à la fin !
TeaTime : Je refuse de répondre à cette question. Ce serait comme trahir les autres !

Comment classes-tu tes livres dans ta bibliothèque ?

Cro : Par Kiff. Les plus accessibles sont ceux que j’ai préféré ou que je compte lire prochainement !
TeaTime : Par taille, en fonction de la place … comme un tétris géant.

Es-tu livre papier ou ebook ?

Ensemble : Les deux, mon capitaine !
TeaTime : Tu seras cocu avant moi !
Cro : Huuun !

Que fais-tu de tes livres une fois lus ? 

Cro : Ils sont archivés. Clear History. Comprendras qui pourra.
TeaTime : Ranger dans la bibliothèque pardi.

Connais-tu la règle de la page 99 ? Et si oui, est ce que tu l’appliques parfois à tes lectures ?

Cro : Hmmm Non …

TeaTime : Let me Google that for you !
Il était une fois dans un pays magique nommé les Etats-Unis d’Amérique un petit être taquin qui se nommait Ford Madox Ford (1873-1939). Il exerçait les professions d’écrivains, de poète, de critique littéraire et d’éditeur lorsqu’un jour, il eut une révélation : la page 99 !
Selon lui, il y avait un moyen irréfutable de juger la qualité d’un livre. C’est vrai qui n’a jamais été déçu d’un livre alors qu’il avait un démarrage de folie ?
Alors qu’à la page 99, pour la plupart des romans, l’intrigue est déjà lancée, vous vous situez alors au tiers ou au quart du roman. Le rythme et les personnages sont posés. Toutes les clés du roman sont théoriquement là.
Voilà pourquoi Ford Madox Ford recommandait de lire la page 99 d’un livre pour se forger une opinion. Le magasine L’Express décrypte certains romans à la lueur de cette règle de la page 99, si vous voulez voir ce que ça donne dans la vraie vie, cliquez ICI !

Comme on ne juge pas un livre sur sa couverture, je n’aurais pas tendance à faire confiance en une règle qui a été établie par un type dont le nom fait penser à un vendeur de voiture héros de romance New Adult 2 fois ! La page 99 est aussi trompeuse que la 4ème de couverture peut être ternie d’odieux mensonges. Alors comment savoir si un livre est bon ou non ?

Je dirais l’instinct, Catherine ! Si en feuilletant le livre, le style est trop pompeux, trop alambiqué, vous le verrez très vite. Ensuite il y a la confiance que l’on accorde à certains auteurs. On a tous nos chouchous. Et enfin, il y a les oui-dire. Les avis de vos proches, les critiques des journaux ou les avis de vos blogueurs littéraires favoris peuvent vous conduire à lire un livre auquel vous n’auriez jamais accordé la moindre attention.
Parfois, on plonge aveuglément dans un livre. Parfois il arrive que nous ayons de bonnes surprises !

Quel est, parmi toutes tes lectures, ton « méchant » préféré ? 

TeaTime : Il se trouve dans Tout un été sans Facebook, mais dire qui c’est, c’est spoiler la fin !
Cro : Le mec de Milady de Winter !
ouvre le livre Les trois Mousquetaires
Cro : Rochefort ! Le comte de Rochefort pour être très précis !

Quel est le livre que tu as le plus détesté ? 

Cro : Les Enfants de la Terre !
Teatime : Le dernier en date est ICI !

Voilà, c’est tout pour nous !
Félicitation à tous nos lecteurs courageux qui ont lu jusqu’au bout le TAG le plus long du monde spécial lecture ! Ce fut un plaisir d’y répondre.
ET on vous dit à Dimanche Prochain pour un nouveau TAG ! 😉

M’enfin !

Si ce TAG vous plait, si comme nous, la première fois que nous l’avons croisé sur un blog, vous étiez déjà en train de répondre à ses questions dans votre tête, n’hésitez pas à le reprendre !
Et si vous n’avez pas de blog mais que vous aimeriez répondre à ces questions, lâchez vos réponses dans nos comm’ 😉

Enfers et Fantômes d’Asie

Aujourd’hui, nous vous proposons un #VendrediLecture un peu spécial. Nous partons pour un voyage culturel fantastique, curieux, beau et effrayant avec le catalogue de l’exposition la plus courue de Paris :

DSC04485Catalogue de l’exposition :
« Enfers et fantômes d’Asie »
Ouvrage collectif sous la direction de Stéphane Du Mesnildot et de  Julien Rousseau
Coédition Flammarion / Musée du quai Branly

4ème couverture :

« Fantômes  vengeurs et affamés, spectres de la jungle et vampires sauteurs… Le  monde asiatique de l’horreur est peuplé de créatures fantastiques. Les  supplices et les revenants des enfers ont traditionnellement inspiré la  peinture bouddhique, cependant, c’est à travers des récits populaires,  adaptés au théâtre puis au cinéma, que les spectres d’Asie sont  apparus. Souvent, ces esprits se manifestent pour réparer une injustice,  accomplir un destin interrompu ou, tout simplement, raconter leur  histoire.
Enfers et fantômes d’Asie propose une anthologie de  récits richement illustrée d’œuvres phares, des premiers siècles à la  «pop culture», et montre qu’au-delà de l’horreur, les arts ont permis  aux vivants de construire une relation avec les défunts. »

Âme sensibles s’abstenir. 

Il y a des fantômes amusants, de la série B marrante, de jeux vidéos chouettes, mais il y a aussi du gore dans cette expo.

Ce petit catalogue a réussi l’exploit d’être encore plus fascinant que l’exposition qu’il présente. Vous retrouverez dans ce grand ouvrage des estampes de fantômes réalisées par Hokusai, des costumes de théâtre nô, des statues incroyables, des décors de théâtre, des propositions cinématographiques amusantes et horrifiques, des masques et des costumes, etc….

Il se découpe en 3 parties, classique : Visions des Enfers, Fantômes errants et vengeurs et la chasse aux fantômes. Son contenu est vraiment sympa. Je vous invite à le feuilleter !

DSC04487

A travers ses pages, vous aurez l’occasion de retrouver les sensations étranges que procure cette exposition. Et puisque c’est une des expositions les plus populaires du moment , grâce au catalogue, vous pourrez enfin comprendre toutes les subtilités entre les différents types de fantômes et visions des enfers. Bonne chance pour se frayer un chemin à travers la foule pour lire les panneaux !

pacman-149704_640

C’est une exposition qui évoque les mythes et légendes liés aux royaumes des morts et à la manière dont ils ont été transmis jusqu’à aujourd’hui dans la culture pop, dans les mangas, les films ou encore les jeux vidéos. La scénographie de l’exposition est brillante. Vous vous retrouverez immergé dans les différentes visions des enfers et des fantômes de l’Asie d Sud-Est. Et en plus c’est interactif ! D’ailleurs, à la fin de votre visite vous aurez l’opportunité de jouer à 3 jeux vidéos sympas (et oui, il y a pac-man parmi eux).

Pour en savoir plus, je vous invite à regarder cette interview du chef d’exposition par les Inrock :

Pourquoi je vous en le aujourd’hui alors que ça fait presque deux mois que nous l’avons vu ?

> Alerte Bon Plan Sortie du Week-End ! <

Parce que ce Week-End au musée du Quai Branly vous attend un Week-End d’Enfers.

Vous pourrez chasser les fantômes dans ses jardins, écouter des musiciens, apprécier le Bûto, la danse des ténèbres, vous faire une toile, éveiller vos papilles gustatives aux saveurs asiatiques dans son restaurant etc ….

Si vous êtes sur Paris ce Week-End, n’hésitez pas !

L’événement est gratuit. Pour en savoir plus, Cliquez ICI !

L’exposition dure jusqu’au 15 juillet.

En attendant, à Vendredi Prochain pour une nouvelle aventure !