La playlist de l’automne

Vous l’attendiez avec impatience, voici enfin notre playlist aux couleurs de l’automne !
Vous y trouverez de la douceur, un soupçon de folie, une pointe de sirop d’érable et beaucoup d’amour !

Bonne écoute !

 

N’hésitez pas à nous dire en commentaire si vous seriez intéressé par le plus grand des hasards par une playlist très spooky pour Halloween concoctée par nos soins ! 😉

Publicités

Ok Go ou comment réaliser un clip WTF

Vous vous intéressez à la musique, vous avez monté votre petit groupe et vous cherchez un moyen de marquer votre image durablement sur la rétine de vos futurs fans et non fans ? Aujourd’hui nous vous proposons la méthode Ok Go pour y parvenir !

Vous ne correspondez pas à cette image mais vous ne dites pas non à l’idée de voir quelque chose de fun et d’écouter de la musique. Soyez les bienvenu-e-s !

Nous nous sommes découverts récemment une fascination pour le groupe de rock américain Ok Go qui se définit sur son site officiel ainsi : « OK Go is a band. They like to make stuff. »

Ce n’est pas tant leur musique que leurs clips complètement dingues qui nous ont attiré. Si vous ne les connaissez pas, c’est le moment de les découvrir et si vous les connaissez déjà, voici notre top 5 des clips d’OK Go les plus WTF :

OK Go – Upside Down & Inside Out

Proposition n°1 : nager en apesanteur comme Kate Upton lors d’un vol parabolique

OK Go – The One Moment

Proposition n°2 : transformer une prise de 10 secondes en un clip fascinant de 4 minutes.

OK Go – Obsession

Proposition n°3 : investir des sommes folles en encre et en imprimantes !

OK Go – I Won’t Let You Down

Proposition n°4 : inviter des copines pour faire tournoyer des parapluies alors qu’il ne pleut pas.

OK Go – Needing/Getting

Proposition n°5 : transformer votre vieille voiture en instrument de musique !

Maintenant vous avez tous les outils en main pour créer un clip complètement barré et/ou des clips marrants à montrer à vos proches !

Si vous connaissez des groupes dont les clips sont tout aussi barrés, n’hésitez pas à les partager !

A bientôt pour une nouvelle aventure ! 😉

La playlist de l’été

Je ne sais pas pour vous mais tout ce soleil me donne envie de danser pieds nus sur la plage. Si vous partagez aussi ce sentiment, alors nous avons une playlist rien que pour vous :

Il manque quelque chose à cette playlist, vous ne trouvez pas ?

Je vois que vous nous connaissez bien !
Nous avons un cocktail sans alcool parfait pour l’occasion !

2018-23-06-08-45-18Le Grenadier 

Pour un verre, il vous faudra :

10 cl de jus d’orange,
8 cl de nectar de pêche
et 2 cl de sirop de framboise !
Vous mélangez le tout au shaker ou dans votre verre,
Ajoutez quelques glaçons et c’est prêt !

Passez un bel été, hydratez vous bien et surtout restez couvert !

crimea-1436446_640

Source Image à la Une 

La playlist du printemps

Ce matin, je vous propose de vous installer avec une petite tasse de thé et d’allumer votre radio préférée :  TeaTime in Bloomsbury !

Nous vous proposons une sélection musicale douce, joyeuse et pleine de magie :

 

J’espère que notre petite playlist du printemps vous a plu.
A très vite pour un nouvel article !
En attendant, je vous laisse avec une drôle de question :

Et vous, vous écoutez quoi en ce moment ?

flower-2485019_640

B comme Brassens

Chouette comme titre, n’est-ce pas ? Si vous l’aimez, j’en ai 25 autres dans le genre !(1)

Savez-vous quelle radio j’écoute, lorsque je ne trouve pas mon bonheur sur les ondes habituelles ?

Radio Libertaire (fréquence 89.4). La radio de la fédération  anarchiste française !

nounou d'enger

Sans forcément partager leurs points de vue sur le monde, et loin de vous faire un prosélytisme quelconque, j’ai beaucoup d’affection pour cette radio. Elle a le mérite d’avoir quelques émissions réellement dignes d’intérêt(2) et surtout de passer des musiques parfois tellement uniques que je ne les retrouve pas forcément sur la toile.

C’est ainsi que très régulièrement, je tombe sur des chansons de Brassens. Non pas l’Auvergnat, ni Les Copains d’Abord, au demeurant superbes mais des chansons beaucoup moins connues.

C’est ainsi que j’ai découvert aujourd’hui même :

La Guerre 14-18
Le Cocu
L’Épave

C’est étonnant, on est tellement habitué aux mêmes chansons de Brassens qu’on finit par un peu perdre le sens de ses paroles. J’en avais même oublié le poète qu’il était. Mais tomber sur ces titres, parfaitement au hasard, entre un punk et un opéra(3) transforme complètement ses textes.
Ils deviennent ainsi des tranches de vie, des petits bouts de conversations, ou de grandes réflexions sur le monde. J’ai carrément l’impression d’être dans un de ses concerts, ou encore de boire un verre avec lui et de l’écouter me conter une histoire, vécue ou non. Et ses paroles, sa poésie, prennent toute leur puissance.

Enfin, j’ai eu l’impression de découvrir tout un pan de la personnalité de Brassens. On le sait tous antimilitariste, grivois, iconoclaste. Pourtant, c’est en écoutant ses chansons dans ces conditions particulières, sans les attendre, que j’en ai réellement pris conscience.

C’est un peu comme cotoyer quelqu’un, un voisin, un collègue, ou encore simplement un passant dans la rue que l’on croise toujours sur le même trottoir le matin et de ne découvrir chez lui une personnalité riche et unique qu’au bout de plusieurs années comme ça, par hasard.

PS : Vous avez certainement remarqué que nous ne postons plus avec la même fréquence qu’avant, depuis deux ou trois semaines. Cela vient simplement du fait que Teatime et moi-même avons tous deux, en même temps, commencé un nouveau métier. Nous sommes donc en ce  moment très fatigués, mais dès que nous retrouverons notre équilibre, les choses devraient revenir à la normale.

(1)Au diable les chiffres et les caractères spéciaux, la vie est suffisamment compliquée comme ça.
(2)Emission de critique psychiatrique FTW. J’aime aussi beaucoup leurs retransmissions de thèses étudiantes.
(3)Si, si. Les 3 peuvent être mis bout à bout. Il suffit d’être anarchiste.

 

About last night … with Inna Modja & cie

En réalité, j’aurais du appeler cet article, « About the night before last night … with Inna Modja & cie« . Ça fait longtemps, qu’on ne vous a pas emmené en soirée avec nous …

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’été et de ses nombreux festivals musicaux qui l’accompagnent partout en France. Et pourquoi pas d’un seul en particulier, qui a lieu en ce moment dans la ville balnéaire d’Enghien-les-Bains, située en banlieue parisienne.

Dans le cadre de la réunion des villes créatives de l’Unesco, la ville propose différentes activités gratuites : expositions, concerts (certains gratuits d’autres payants). Avant d’enchaîner sur le Enghien Jazz festival et ses concerts gratuits sur la jetée du lac (On se souviendra des concerts de Tiken Jah Fakoly, de Voca Peaople, d’Âge Tendre ou encore de Jimmy Cliff ) !
Bon plan si vous passez le mois de juillet dans ou autour de la capitale !

Nous en avons donc profité pour nous rendre samedi sur la jetée du lac et y découvrir un double concert. D’un côté, l’artiste engagée Inna Modja, de l’autre un groupe peu engageant les Naive New Beaters. Le tout conclu par un bon gros feux d’artifices !

Inna Modja

C’était le dernier concert de Inna Modja suite à une tournée de deux ans. Si son nom ne vous dit rien, vous la connaissez certainement pour ça :

Ce soir là, elle nous a présenté une facette d’elle plus engagée au travers des titres de son album Motel Bamako. Elle y chante en anglais, en français et en bambara (une des langues nationales du Mali). Ce soir là, elle est revenu en chantant ou en rappant sur les problèmes d’accès à l’eau potable, l’image de la femme, la lutte contre le terrorisme ou encore la guerre au Mali sur des rythmes électro-pop.

Sur un ton plus léger, elle a aussi fait quelques reprises comme Caroline de MC Solar et est revenue sur des chansons un peu plus connues du public.

Naive New Beaters

Ce que j’ai retenu de ce groupe, c’est que sa musique n’est audible, appréciable, uniquement quand le chanteur ne chante pas. Leur chorégraphie est plutôt marrante, bien que centrée sur l’entrejambe du chanteur, et leurs tenues sont kitchs au possible. Apparemment, ils sont plus mauvais en concert que sur youtube …

Ça a été l’occasion pour nous de visiter un peu plus le lieu du concert et son unique stand qui ne propose que des bières à 3 euros et de l’eau à 2 euros … Faut il rendre le prix de la bière acceptable pour faire apprécier ce groupe ?

Cette soirée s’est conclue par un joyeux feux d’artifices sur le lac ! De quoi faire oublier le déhanché et la voix du chanteur des Naive New Beaters !

feux d'artifice

Apprendre à jouer du Ukulele avant l’été ?

Vous avez envie de vous mettre à jouer d’un instrument, petit prix, pas encombrant, toujours joyeux et qui sent bon le monoï de façon autodidacte ? Et si vous essayez le Ukulélé ?
Voici mes astuces pour apprendre à jouer chez vous à votre rythme et avec de bons conseils.

La méthode

Avant de choisir votre instrument, je vous conseillerais d’acheter l’ouvrage de référence Ukulélé, la méthode de Cyril Lefèbvre de 2008.

methode-ukulele-cyril-lefebvre-cdDans ce petit guide, très bien illustré, vous trouverez toutes les infos sur le Ukulélé, son histoire, ses différentes formes, ses différents sons. C’est une méthode pratique et progressive. Il est accessible à toute personne n’ayant jamais fait de solfège de sa vie et ne possédant pas les termes techniques. Une fois que vous aurez fait le tour des bases, vous pourrez vous faire plaisir en essayant différents morceaux de différents niveaux avec différents rythmes avec les partitions agrémentées de tablatures proposées (1) !

Des profs sur youtube ?

11289369_10153489150891756_7213806429471598179_o
Uke, The Duke (mon ukulélé)

Parfois, il faut d’autres supports pour apprendre à jouer du ukulélé. On a besoin de voir pour croire. C’est là qu’interviennent les profs d’internet ! Je n’ai pas trouvé de bons profs francophones sur youtube. Si vous en connaissez, n’hésitez pas à les mentionner en commentaire.

Pour ma part, j’ai deux coups de cœur anglophone (même avec un petit niveau d’anglais, vous les comprendrez sans souci) :

Bernadette teaches music : cliquez ICI pour accéder à son blog.

Ce qui est bien avec Bernadette, c’est qu’enseigner la musique est un métier qu’elle exerce dans la vraie vie. Par conséquent, quand elle vous explique les bases du Ukulélé dans ses petites vidéos, elle sait déjà quelles sont les erreurs que vous allez commettre ! Il y a un petit côté Minority Report, dit comme ça !
Au bout de 15 minutes avec elle, vous saurez jouer Le lion est mort ce soir. Ce sera aussi à cet instant précis que vous réaliserez que le gros des chansons populaires sont faites à bases de 3 ou 4 accords. Et qu’elles sont déjà à votre portée !

Ukulélé Mike : vous pouvez accéder à son blog ICI et à sa chaîne Youtube ICI.

Comment ne pas aimer Ukulélé Mike ? Déjà c’est le sosie de Richard Attenborough, le professeur John Hammond dans Jurassic Park ! Ensuite, il y a sa collection de chemises à fleurs !
Bref, Mike, c’est mon papi idéal qui élève des raptors quelque part dans le Pacifique. Il vous montrera où placer vos doigts et comment maîtriser différents rythmes. Ce qui est sympa avec Mike, c’est qu’il joue des chansons populaires, des airs hawaïens ou des chansons de chez Disney. Il est pas monomaniaque !

Si vous avez du mal avec les rythmes du ukulélé (parce que même avec Mike, c’est pas toujours évident). Je vous conseille de jeter un œil ICI.

Enfin, si je ne suis pas parvenue à vous donner envie de  jouer du Ukulélé, j’espère au moins vous avoir mis dans un mood tiki pop. Vous ne sentez pas le soleil sur votre peau, un petit vent frais, le bruit des glaçons dans votre Mai Tai ? 😉

(1) Les tablatures, ce sont des petits dessins qui montrent où placer ses doigts pour jouer un accord (2).

(2) un accord, c’est un ensemble de notes formant un tout, une harmonie.

Back to the 90’s : les films d’animation oubliés (6)

Pour ce mercredi  à la recherche des trésors oubliés, je vais vous parler d’une princesse et d’un ballet. Vous voyez déjà où je vais en venir ?

1211067148158d744de5d2b451fdc3f3Le cygne et la princesse, de Richard Rich (1994)

L’histoire

Il était une fois un couple royal qui se désespérait d’avoir un jour un enfant. Lorsqu’ils eurent enfin ce bébé, ils le nommèrent Juliette (Odette en V.O.) et l’emmenèrent visiter les royaumes voisins. Une de ses visites fit germer dans l’esprit étroit de son paternel et d’une reine voisine une idée : et si on mariait nos enfants lorsqu’ils seront majeurs ! Pour assouvir leur plan, ils décidèrent de faire se rencontrer leurs enfants tous les étés (ils ne veulent pas d’un mariage forcé après tout). Un jour, la belle Juliette et le prince Arthur (Dereck en V.O.) finissent par tomber amoureux. Seulement, le prince est un gros nigaud, il s’y prend mal et la princesse s’enfuit avec son père. Durant le voyage retour, ils se font attaquer par un méchant magicien qui abuse un peu trop du polynectar, si vous voulez mon avis. Zoom, le père meurt, Juliette est condamnée à rester un cygne en journée et pour la suite, je vous invite à regarder le film ! 😉

Mon avis :

Par le dessin et l’animation, on ne s’étonnera pas de savoir que Richard Rich est un ancien directeur de l’animation chez Disney. Il s’agit d’une énième interprétation du Lac des cygnes de Tchaïkovski où tout finit bien pour une fois.

Les chansons sont sympas et restent bien dans la tête. Les personnages secondaires sont tous magiques et rendent ce film d’animation inoubliable. Certes c’est une histoire de princesse en détresse, qui avait les moyens depuis le début de se sauver toute seule mais il y a tout de même des petits passages révolutionnaires si on compare à un Cendrillon, autre histoire de princesse et de balais.

Prince Derek: What? You’re all I ever wanted. You’re beautiful!
Odette: Thank you. But what else?
Prince Derek: What else?
Odette: Is beauty all that matters to you?
Queen Uberta: Derek, what else?
Prince Derek: [stammers; to Odette] What else is there?
Rogers: What else is there?! She says, « Is beauty all that matters? », and you say, « What else is there? »!
Prince Derek: It was dumb. I know!
Rogers: You should write a book: How To Offend Women In Five Syllables or Less.

C’est un film d’animation qui n’est pas si « cul-cul » que ça contrairement aux avis que j’ai pu lire. Ça reste un bon souvenir d’enfance et toujours une référence (contrairement aux nombreuses suites qui ont suivi qui comme pour les suites Disney de la même époque sont affreuses, effrayantes et sans rapport avec le premier).

Bref, je décernerais une mention spéciale à la chanson du méchant que je rechante volontiers quand j’ai été trop gentille/naïve à mes dépens et que je cherche à me motiver à être moins souple (ce qui arrive plus souvent que je ne le voudrais) :

A mercredi prochain !

About last night … with China Moses

C’est un de ces soirs, où l’on descend dans la Capitale avec l’enthousiasme d’Audrey Hepburn dans Drôle de Frimousse. Un de ces soirs, où l’on se sent pousser des ailes à l’idée de rentrer dans un des lieux les plus mythiques de Paris, le New Morning.

De l’extérieur, le club de jazz ne paye pas de mine. A la sortie du Métro, Château d’eau, prenez à droite après le vendeur de maïs itinérants et vous y serez. N’hésitez pas à pousser ses portes froides, car il se cache à l’intérieur la plus chaleureuse, la plus douillette, la plus intime scène de Paris, avec une acoustique parfaite. En plus de 35 ans, elle en a vu passer des légendes du jazz, du reggae, de la musique cubaine, du funk ou du rock … Pat Metheny, Prince, George Clinton, Manu Dibango …

Ce soir là, nous nous y sommes rendus pour voir China Moses. Vous la connaissez certainement soit comme fille de Dee Dee Bridgewater, soit comme la voix française de Tiana dans la Princesse et la Grenouille ou encore comme animatrice à la radio ou à la télé (MTV, Canal+, etc…).

« Un verre de vin rouge à la main, éblouissante sur ses haut-talons au chic parisien, elle contrôle la scène dès son entrée »
The Times UK

Ce soir là, elle nous a envoûtés par sa voix et par ses contes de la nuit. Après s’être cherchée sur différents styles, après ses albums de reprises, elle trace enfin son propre sillon, nous livrant en concert les compositions qu’elle a écrite avec Anthony Marshall. Ce sont des textes frais, drôles, actuels qu’elle chante avec une énergie folle accompagnée d’artistes incroyables.

« China Moses nous met en garde, il faut se méfier des aventures de la nuit… Watch out, car il va falloir de l’énergie… Running, pour vivre ses passions… Put it on The line, sans perdre le fil… Disconnected, on succombe au swing de l’adultère… Blame Jerry,  aux addictions diverses… Nicotine, y compris à l’intoxication amoureuse… Hungover, vécue jusqu’à sa fin amère… Whatever, avec toujours en ligne de mire le risque de craquer… Breaking Point, pour finir par se retrouver et repartir pour une autre nuit et… Running de nouveau. »
Nicole Videmann, Latins de Jazz

En concert, China Moses et ses musiciens se montrent d’une générosité folle. Ils improvisent, font des variations, nous offrent des instants d’émotions rares et forts (comme lorsqu’elle a invité son frère à jouer et chanter seul sur scène) et nous proposent des chansons inédites.

Parmi ses chansons, il y en a une qui m’a particulièrement marquée. Peut être parce que moi aussi, quand je suis seule je crée dans ma tête des comédies musicales. C’est une chanson qu’elle a imaginée sur Gabrielle Solis de Desperate Housewive, qui doit cacher son amant en vitesse sous le lit avant l’arrivée de Carlos. Sa version est si drôle et si vivante !

Et à la fin du concert, si vous n’avez pas peur de rater votre dernier train, vous pouvez même vous attarder au bar et discuter avec les artistes !

J’espère vous avoir donné envie de rencontrer un jour cette personnalité électrisante ou d’entrer un jour au New Morning. Et si vous connaissez déjà, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager avec nous vos souvenirs du New Morning ou d’un concert de China Moses.

Pour connaitre les dates des concerts de China Moses : Cliquez ICI !

Bonne écoute ! 😉

 

Adaptations improbables : quelques reprises asiatiques de chansons françaises

Des pépites se cachent à chaque détour d’internet, et aujourd’hui je vais vous en présenter quelques-unes, trouvées par hasards lors de mes pérégrinations en lignes. Il s’agit de 3 reprises asiatiques de chansons françaises, dont vous n’auriez jamais pu imaginer qu’elles existaient !

1. Je m’appelle Hélène, de Joi Chua (蔡淳佳)

42be3b587e3968c0a051a67b71077313.jpg

Non, vous ne rêvez pas ! Le tube Je m’appelle Hélène, interprété par Hélène Rollès et sorti fin 1993 en France, a bien été repris environ une décennie plus tard par une chanteuse originaire de Singapour. Bien que l’adaptation en chinois n’ait pas été aussi populaire dans l’Empire du Milieu que l’original en France, elle a quand même eu suffisamment de succès pour qu’une chaine de télévision chinoise finisse par inviter Hélène Rollès sur son plateau ! Cette dernière y a interprété le titre en VO.

Clip : https://www.youtube.com/watch?v=I58lzn5PBF4

Hélène sur BTV : https://www.youtube.com/watch?v=EDRSO9U4-m8

2. Le lundi au soleil, de Kenzo Saeki (サエキ)

510gt3wcglL._SL500_AA280_.jpg

Cette fois, dirigeons-nous vers le Pays du Soleil levant pour une adaptation haute en couleur du célèbre titre de Claude François, Le lundi au soleil. Kenzo Saeki, le chanteur ayant repris ce tube en 2008 pour la compilation Cloclo made in Japan, a également interprété une version japonaise de Magnolias for ever pour cette même compilation. 5 ans plus tôt, il sortait un album en hommage à Serge Gainsbourg : L’homme à la tête de Sushi.

Clip : https://www.youtube.com/watch?v=SG16fQcZzaY

3. Nuit de folie (숑크숑크숑), de Jo Hye Ryun (조혜련)

Last but not least! Le titre Nuit de folie ne vous évoque peut-être rien, mais l’air, je suis sûre que vous le connaissez ! « Et tu chantes, chantes, chantes ce refrain qui te plait, et tu tapes, tapes, tapes, c’est ta façon d’aimer… » Ça y est, ça vous revient ? Cette chanson kitsch typique des années 80 a fait un carton à la fin de la décennie. Et aussi étrange que cela puisse paraître, elle a été adaptée par une chanteuse coréenne qui ne s’est pas trop foulée niveau paroles, puisqu’elle s’est contentée de retranscrire phonétiquement celles de la chanson française originale. Les paroles coréennes n’ont donc strictement aucun sens ! Et c’est sur ce clip vraiment très drôle à écouter, avec un fort accent — et un peu flippant à regarder —  que je vous laisse 😉 Bon visionnage !

Jo-Hye-Ryun-Nuit-de-folie.jpg

Clip : https://www.youtube.com/watch?v=9lPqJGLRpdA

Sources :