Parler ne fait pas cuire le riz

C’est une vérité universellement reconnue que si vous faites vos courses le ventre vide, vous en ressortirez avec un caddie qui ne ressemblera en rien à ce qu’indiquait votre liste de courses. Mais que se passerait-il si au lieu de franchir les portes d’un supermarché, vous entriez dans une librairie, la faim au ventre ?

Comme des Jackass des temps modernes nous avons tenté l’expérience pour vos beaux yeux et nous sommes ressortis d’une librairie avec deux livres poches qui contenaient chacun dans leur titre le nom d’un plat !

Pour ce #VendrediLecture, que nous dédions à tou(te)s les affamé(e)s des centres commerciaux, voici notre première gourmandise :

20180705_125232.jpgParler ne fait pas cuire le riz
de Cécile KRUG,
Editions :  J’ai lu (2018)

De quoi ça parle  ?

C’est l’histoire de Jeanne qui a bientôt 40 ans est insatisfaite de sa vie. Et pour cause !
Son futur-ex est un parasite notoire, sa mère possessive la tient responsable de la mort de son père, sa sœur est une grenouille de bénitier, son job d’illustratrice marche au ralenti et enfin ses rêves ont été soigneusement rangés sur un bureau sous une couche de poussière.
Bref, quand sa sœur lui propose de lui payer des vacances en cure de jeûne dans le pays basque, elle ne peut refuser !
C’est comme ça qu’elle se retrouve à suivre un régime alimentaire draconien à base de bouillons, de randonnées et de yoga mis en place par un couple d’hippies complètement hallucinants !

Voici tout ce que je peux vous dire sans vous spoiler le livre !

Mon avis :

Il n’y a rien de plus cruel que de suivre une cure de diète au pays basque ! Qui pourrait dire non à un poulet basquaise, un gâteau basque aux cerises ou à un thon marmitako ?
Oui, je sais, des végans ! Mais quand même ?

Je n’attendais pas grand chose de ce petit livre, qui s’est révélé être une explosion de saveurs à la fois gourmand et croquant ! Derrière cette petite lecture légère et rafraîchissante se cache une comédie romantique au rythme effréné !
Ça se lit très vite, les chapitres sont courts mais intenses !

Jeanne est une héroïne créative, drôle et attachante, un poil cynique et totalement tarée sur les bords (mais quand on a faim, on est capable de tout). Ses réflexions auront des effets positifs sur vos zygomatiques ! Flexion ! Extension !
Son côté gaffeuse vous fera certainement penser à Bridget Jones, mais Jeanne est beaucoup plus piquante !

Pour vous montrer le degré d’humour, je vous propose un petit extrait :

« Après le repas, j’improvise une partie de Scrabble sur la table de la salle à manger et convaincs les deux garçons de jouer avec moi, une façon de faire la paix en s’amusant, l’air de rien.
– J’ai changé les règles pour ce soir. On doit inventer des mots qui n’existent pas et en donner une définition plausible et drôle à voix haute. Ca vous va ?
– Top.
– Et toi, Gustave ?
S’il est emballé, il le cache bien.
– Allez, s’il te plaît, on joue tous les trois ou pas du tout.
Il s’assoit et pioche sept lettres dans le sac en tissu.
– Franck, tu commences ?
– Ok. Sept lettres, TARMULE.
– Ok et c’est quoi, une tarmule ?
– Un horrible insecte qui se niche dans les chaussures et provoque des démangeaisons atroces toujours au moment où il est impossible d’enlever ses pompes pour se gratter la plante des pieds. Quand tu conduis, par exemple.
– Pas mal, à toi, Gustave.
– Moi, j’ai WIRNEKY en sept lettres aussi, mais, mais, mais … en mot compte triple !
Je n’ai toujours pas fini de trier mes lettres sur leur socle que je suis déjà battue à plate couture. »
Parler ne fait pas cuire le riz, Cécile Krug

Si vous souhaitez savoir ce qu’est un Wirneky, il vous faudra lire ce roman !
Vous me trouvez cruelle ? 🙂

Laissez donc travailler votre imagination et nous verrons bien si vous arrivez à deviner ce dont il s’agit !

Pour en revenir à nos brebis …

Nous sommes en présence d’un roman à cheval entre chick-litt et roman d’apprentissage. Vous y trouverez quelques info sur la gestion du stress, la respiration et le yoga. Durant son périple, Jeanne s’ouvre à une nouvelle manière de concevoir la vie, un peu comme Liz Gilbert dans Mange, Prie, Aime : elle apprend à sourire avec le ventre !
Et nous, on s’amuse à la voir se métamorphoser sous nos yeux.

Bref, c’est une lecture rafraîchissante, amusante, moderne, touchante et apaisante. L’idéal pour cet été, non ?

J’espère vous avoir ouvert l’appétit avec tout ça !
Et je vous dis :

Bonne Lecture à tous et à toutes !
Et à Vendredi prochain pour une nouvelle aventure !

cups-2792581_640

Oh! Vous êtes encore là ! Et vous vous demandez quel livre cadeau j’ai pu choisir avec l’achat de deux livres poches ?
C’est que vous êtes durs en affaires ! Et bien voilà, parmi toute cette offre de livres poches cadeaux, j’en ai choisi un que j’ai déjà mais qui, au vu sa couverture et l’inspiration que me procuraient ses confrères, m’a totalement tapé dans l’œil !
Quelles papilles gustatives résisteraient deux secondes à l’appel d’une couverture meringuée qui sent bon les macarons et la chantilly ?

20180705_125802.jpg

 

Que me jette la brioche, celui qui n’a jamais eu faim !

 

Source Image à la Une : ICI.

Talking as Fast as I Can

Pour ce #VendrediLecture, j’ai envie de vous emmener dans un endroit chaleureux, sympathique, cozy, réconfortant … chez vous !
Bah dis donc ! C’est fou ce qu’on voyage !

Je vous propose quelque chose qui ressemble plus à un recueil de pensées diverses et variées (sur l’entrée dans le monde du travail, hollywood, la vie …) d’une actrice que j’aime beaucoup : Lauren Graham !
Ahah ! Mais je le savais, je l’ai lu dans le dernier Sunshine Blogger Award !

Après vous avoir dévoilé la recette secrète des cookies de Gilmore Girls (retrouvez la recette en cliquant ICI), je ne pouvais que vous présenter cette petite lecture en V.O. :

Talking as fast I can, Lauren GrahamTalking as fast as I can,
from Gilmore Girls to Gilmore Girls (and everything between)
de Lauren Graham
Éditions : virago (2017)

4ème de couverture :
From the star of the much-loved television shows Gilmore Girls and Parenthood and the author of the New York Times bestselling novel Someday, Someday, Maybe comes a collection of candid and hilarious essays.

In Talking as Fast as I Can, Lauren Graham hits pause for a moment and looks back on her life, sharing stories about growing up, dating and starting out as an actress. Some things you’ll learn about Lauren : she once tried to go vegan just to bond with Ellen DeGeneres, she’s aware that being set up with guys at awards shows has its pitfalls (« if you’re meeting someone for the first time after three hours of hair, makeup and styling, you’ve already set the bar too high »), and she’s a card-carrying REI shopper (« My bungee cords now earn points! »).

Lauren also sits down for an epic Gilmore Girls marathon and reflects howit felt to pick up the role nine years after the first series conclueded. Complete with photos and excerpts from the diary Lauren kept during the filming of Gilmore Girls: A Year in the Life, this book is like a cozy nigth in, catching up with your best friend, laughing and swapping stories, and – of course – talking as fast as you can.

Le problème de cette quatrième de couverture, c’est que comme pour la plupart des bandes annonces actuelles, elle en dévoile trop. C’est pourquoi je ne vous traduirais pas cette quatrième de couverture ! Je vous dirais simplement ceci :

C’est une lecture qui ne plaira pas uniquement aux fans de Gilmore Girls. Toutefois, aux vues de certaines critiques que j’ai pu lire sur le net, je dois vous avertir. Lauren Graham est du genre très dynamique, fine, drôle, passionnée de cinéma et un poil geekette. Et si vous cherchez à l’écouter en audiobook, notez qu’elle parle vite et qu’elle adore chanter.
Personnellement, je me suis contentée de la version papier et  j’ai passé 3 jours avec cette chanson dans la tête :

J’ai passé de très bons moments avec ce livre. Il ne s’agit pas d’une autobiographie classique. Ça ressemble plus à une conversation que vous auriez avec une bonne copine en prenant le thé, ou à la lecture d’un blog drôle et plein de punch.

De quoi ça parle ? (attention spoilers)

Vous y retrouverez bien-sûr quelques anecdotes de tournage concernant Gilmore Girls et Parenthood. Ça doit représenter un peu moins d’un tiers du lire.
Mais ce qui fait tout l’intérêt de ce petit livre, ce sont les petits chapitres autour pleins d’humour. Ils sont remplis de ces petites choses importantes que l’on apprend en se confrontant à la vie, en grandissant :

  • La vie ne suit pas toujours vos plans :

« So don’t let your plan have the last laugh, but laugh last when your plan laughs, and when your plan has the last laugh, laugh back, laughing! »
Talking as Fast as I Can, Lauren Graham

Que l’on peut traduire comme ça : Alors ne laissez pas votre plan rire en dernier, mais riez en dernier quand votre plan rit, et quand votre plan est le dernier à rire, riez en retour, en riant!

Ou comme ceci :

  • Parfois quand on parle trop vite, on prononce mal certains mots et un instrument de musique peut devenir un poisson.

  • Un acteur ne peut pas tout jouer.
  • Régime : Vous pouvez épargner une fortune en programme de régime, en livres de diet, en magasine féminin, etc …. en suivant ce simple conseil.

 » I’m going to tell you some of the Top-Secret Hollywood Secret I’ve learned, and save you a ton of money instead!
Here’s one: diet books are worthless. Don’t spend one penny more on them. Not one more. I’m serious. They all tell you a version of the exact same thing: eat less, work out more. »
Talking as Fast as I Can, Lauren Graham

Elle revient sur toutes les névroses planétaires sur la nourriture saine et réalise un magnifique plan sur ce qu’il est bon de manger selon ces mêmes névroses. Je crois que c’est la Hollywood Food Chart la plus drôle que j’ai pu voir !

  • Hollywood est un monde plutôt sexiste

Elle réalise une typologie drôle et réaliste des rôles proposés aux femmes selon leurs âges à Holywood (la jeune fille qui débarque en ville, la mère et si vous avez de la chance, Betty White). Elle explique cette typologie avec une analogie magnifique (à base de papier toilette) mais je vous invite à lire son livre pour ça.

  • Avoir les pieds gelés quand il fait froid n’est pas une fatalité.
  • Ce n’est pas parce qu’on adore regarder une émission sur la mode qu’on est un bon critique de mode.
  • On pense souvent qu’il est plus facile pour un artiste d’avoir plusieurs casquettes aux États-Unis qu’en France : c’est faux.

C’est un des chapitres les plus passionnant et agaçant de ce livre. Lorsque Lauren Graham revient sur l’écriture et la publication de son premier roman, une fiction et sur les commentaires qui en ont résulté de la part de certains médias et de grands journalistes. Pour eux elle devait soit avoir un ghost writer soit avoir produit une autobiographie.

  • Le secret quand on a une panne d’écriture : le Kitchen Timer !

C’est un secret que Lauren tient de Don Roos, le réalisateur de Sexe et autres complications ou d’Un hiver à Central Park et le scénariste de Marley et moi. C’est un secret pas mal du tout, qui nécessite peu de moyen. Je vous invite à lire son livre pour le connaitre ! 😉

Retour à la normal, loin des spoilers !

J’espère vous avoir transmis un peu de l’énergie qu’il contient ainsi que l’envie de le lire. Je passe mon exemplaire à Cro et je vous dis :
A vendredi prochain pour découvrir un nouveau livre !
En attendant …