[TAG] Contes de fées

Ceux qui nous suivent régulièrement le savent … J’ai une petite passion pour les TAG, ces petits questionnaires qui passent de blog en blog comme une MST (pour ceux et celles qui ont dis « Pouaaah » dans le fond, je vous rappellerais que la vie est une MST).

J’en ai trouvé un plein de poésie sur le blog dans l’entre de la chouette (créé par Audry Esprint de la chaîne Le carnet enchanté) et j’ai décidé d’y répondre à mon tour.

Once upon a time

Question 1 : Ta marraine qui est une bonne fée apparait devant toi, que lui demandes-tu?

Le compte bancaire d’Harry Potter, les chaussures de Dorothée et le parapluie de Mary Poppins !

Question 2 : Quel est ton conte favori mettant en scène un animal?

Il était une fois un chat fort malin qui avait enfilé une sublime paire de bottes italiennes avant de dévorer un vilain sorcier et de lui piquer sa baraque.

Question 3 : Tu es à la place d’Anne et Barbe Bleue t’interdit de voir ce qui se passe à la cave. Résistes-tu à la tentation?

Petite j’aurais dis non, parce que ça aurait signifié briser toute la confiance qu’il aurait mis à l’intérieur de moi. Aujourd’hui, je dirais que j’ai vu suffisamment de série policière et trouvé suffisamment d’astuces de nettoyage pour rendre invisible les taches de sang sur la clé à la lumière noire !
Ceci dit, il me vient une question … Comment a-t-il pu planquer autant de cadavres sanguinolents, donc de chair en putréfaction sans avoir un château bourré de nuisibles qui puent la mort ?
Et si le vrai secret de Barbe Bleu c’était qu’il porte un postiche … et si en réalité, il était monsieur propre … un château qui sent le propre de partout sauf dans un endroit (le derrière du frigo).

Question 4 : Tu préfèrerais être bloquée pour toujours au pays des Merveilles où la Reine de Cœur aurait une dent contre toi ou visiter le pays Imaginaire avec Peter Pan pendant une heure?).

Le pays des Merveilles ! Si la reine m’embête ou si je veux chopper le sac de haricot rouge dans ma cuisine, je n’aurais qu’à manger un champi magique ou boire une bouteille de poison … Au pays imaginaire, personne n’échappe à Peter Pan !

Question 5 : Ton adaptation de conte favorite?

Alice au pays des merveilles, version mini série canado-britanique sous LSD de 2009.
Il faut qu’on fasse un article dessus, il faut que l’on fasse un article dessus … il faut …

Question 6 : A la place de la petite sirène, est ce que tu aurais choisi de tuer le prince pour rejoindre l’océan?

J’aimerais dire oui … après tout, il n’est pas si innocent, ce mangeur de crustacés !
Mais, nan, c’est pas dans ma nature, c’est ça qui est moche.

Question 7 : Quel méchant de conte de fée aurais-tu peur d’affronter?

Dans sa revisite Made In Disney, la magicien vaudou de la Princesse et la Grenouille (qui envoie un personnage fort ad patres) et bien-sûr le cafard proxénète de Poucelina version Don Bluth, Gary Goldman.

dsc03219.jpgQuestion 8 : Quel est le premier conte que tu ais lu?

Le chat botté

Question 9 : A la place de la Belle, aurais-tu pu offrir ton amour à la Bête?

Le gros problème de la Bête, c’est qu’il est beaucoup plus mignon (et utile pour ouvrir les boites de conserves, porter des trucs lourds, dégommer un harceleur de rue) en Bête qu’en homme.

Question 10 : Serais-tu du genre à suivre les lapins blancs quand tu en croises?

C’est à ça que ça sert un Pass Navigo, nan ?

Question 11 : Dans l’univers de quel conte aimerais-tu vivre?

Un monde où il y aurait le chauffage central, l’eau courante, la fée électricité, la fée des dents,  et du chocolat ….

Question 12 : Quel est le conte dont tu ne te lasseras jamais ?

« Il y a longtemps, vivait un empereur qui raffolait tellement de beaux costumes neufs qu’il donnait tout son argent pour être bien habillé. »
Le costume neuf de l’empereur d’Andersen ! C’est drôle, y a un monsieur tout nu et des fringues à la pointe de la mode actuelle ! Qui peut résister à ça ?

Question 13 : Quel est le conte que tu aimes le moins ?

Il y en a deux : La petite fille aux allumettes (dont je vous évoquais la raison dans un Liebster Award) et Le sapin d’Andersen (Pourquoi ne l’ont-ils pas simplement déraciné et replanté après Noël en forêt ?).

Voilà, c’est tout pour moi !  Je rends l’antenne, à vous les studios !
N’hésitez pas à reprendre ce TAG s’il vous a plu et de mentionner son auteur. 😉

Publicités

Lever la voix ne donne pas raison

A ce proverbe chinois trouvé dans un Fortune Cookie, j’ajouterais que ne pas en avoir du tout vous donne souvent tort dans le regard des autres. Aujourd’hui, j’ai testé pour vous : être aphone !

La première chose qui vous est retiré lorsque vous êtes aphone, le comble pour un français : le droit de se plaindre. Tout d’abord, matériellement, il n’y a jamais assez de place pour se plaindre à l’aide d’une craie sur une ardoise. Ensuite, personne ne vous laisse en placer une : hé oui, ils ont tous connu ça … c’est chiant, mais « Oh! Tu vas pas te plaindre non plus ! Ça arrive à tout le monde ! »
Bien sûr, ça arrive à tout le monde, c’est pas ma première extinction de voix … mais, et la DDHC, alors ? Depuis quand prive-t-on un citoyen de son droit fondamental de se plaindre ?
De plus, je sais qu’il y aura toujours un ancien soixante-huitard dans le coin pour me lancer un : « Tu sais, la dictature, c’est ferme ta gueule et la démocratie, c’est cause toujours ! » (1)

Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. ”
Steve Jobs

Ensuite, la question que certains d’entre vous se posent certainement, c’est :
Comment ai-je perdu ma voix ?
C’est simple, à force de moduler ma voix sans échauffement et de l’user en rappelant à la progéniture d’autrui de toujours m’écouter, de lever la main pour parler, de ne pas jouer avec ses glaires ( #j’ai5ans,jemaitrisepasl’aphabetmaisjesaiscequ’estuneglaire), de ne pas mordre, taper, griffer, tripoter son zizi en public … bref, le genre de choses que jamais je n’aurais imaginer dire … j’ai perdu la voix, même si mon frère est persuadé que j’ai trouvé ma « voix ».

« Lao-Tseu l’a dit, il faut trouver la voie !… Moi je l’ai trouvée !… C’est très simple : je vais vous couper la tête ! »
Le Lotus Bleu, Hergé

Jouer au mime pendant une réunion parents/prof :

C’est dans ces conditions que j’ai du présenter devant un joli powerpoint les grands axes de l’année, en tuant un après l’autre les feutres de mon tableau. Comment répondre à des parents stressés qui flippent à l’idée que leurs enfants ne sachent pas déjà lire et écrire en maternelle quand on a plus de voix ?
Voici l’apparition d’un autre art, bien français lui aussi : le mime !
Malgré quelques regards sidérés, le gros de mon public était assez enthousiaste. Je devrais envisager un projet de reconversion chez Zavatta !

“Tous admirent le paon. Alors les oiseaux disent :
« Mais regardez ses pattes, et écoutez sa voix ! » »
Proverbe japonnais

Vis ma vie de petite sirène :

200_s_059

Source : giphy

Comme n’importe quel être positif et joyeux, j’ai décidé de vivre normalement, d’oser la virée shopping, participer à un pique-nique, une sortie entre amis, un cinéma(2) aphone. En d’autre termes, j’ai passé la journée à croiser des vendeurs outrés de ne pas m’entendre dire bonjour, au-revoir, merci, s’il vous plait et des personnes qui me trouvaient trop discrètes, me reprochant de ne pas participer assez aux conversations (mimer ou écrire sur une ardoise, ça prend plus de temps que de parler !(3)).
En fait, même les arbres m’en voulaient … en tout cas, c’est comme ça que j’interprète l’attaque aux glands menée par le plus grand chêne du parc !

Je voulais juste …. partir là-bas !

Tout bruit écouté longtemps devient une voix.”
Victor Hugo

L’expérience Hawking :

Quand vous vous rendez compte qu’autour de vous personne ne maîtrise le langage des signes, le Bernardo ou ne savent tout simplement pas lire, il ne vous reste plus qu’une seule solution : la voix mélodieuse de votre assistant google ou de toute autre application vocale que vous trouverez sur internet !
Vous découvrirez alors de nouvelles manières de prononcer certains mots, Jean redeviendra Jehan, les verbes qui finissent en -ent deviendront du participe présent et je ne vous spoillerais pas le meilleur. Bref, entre le temps d’écriture et la voix métallique, vous vous découvrirez très vite un humour cosmique !

Avantage : vous pouvez être précis dans vos propos
Inconvénients : c’est long et certaines personnes ne supporteront pas votre nouvelle voix.

DSC03198Guiro et autres modes de communication non verbale :

Avec Cro, nous avons adopté un Guiro. C’est un petit instrument de percussion courant en Amérique du sud … le mien est un petit crapaud vietnamien. Il s’appelle Paulo. Comment ça, ça fait pas très vietnamien ?
Avec Cro, le Crockon on a donc inventé un petit guide d’expressions et de mots transmissibles par ce biais, allant de yes/no à raboule tes fesses en passant par je prendrais un sucre avec mon thé blanc à la framboise (qui peut se traduire par switch crôôa crôôa crôôa switch swicht crôôôôa).

Et puisque je vous aime bien et que je suis une vraie boîte à idées, je vous propose une dernière solution : le langage sifflé. C’est une pratique qui existe sur tous les continents. Et qui peut s’apprendre à l’université (cliquez ici pour en savoir plus).

Gros avantage de ces méthodes : ça permet d’être entendu de loin !
Inconvénients : temps de mise au point et précision.

Bonbons au miel et mime Marceau,
See you soon !

(1) Le plus déprimant, c’est quand il s’appelle Cro, le Crockon, qu’il n’a jamais vécu mai 68 et vit actuellement chez moi. Ceci dit, je suis sure qu’une autre personne qui vit actuellement en Chine serait aussi capable de me dire ça … On ne peut être tranquille nulle part sur ce foutu hémisphère Nord ?
(2) Bientôt sur ce blog : un article formidable sur un film actuellement en salle qui soit vous rendra aphone soit vous fera hurler un bon gros « What the fuck ?« . 😉
(3) Cro, ne pars pas de la pièce pendant que je te parle/écris sur mon ardoise ! C’est malpoli!

Eat like a Gilmore Girl

eat like a GilmoreAujourd’hui nous allons vous présenter une recette surprenante de Cookies tirées du livre :

Eat like a Gilmore :
The Unofficial Cookbook for Fans of Gilmore Girls,
de Kristi Carlson
Aux éditions : Sky Pony Press.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas Gilmore Girls (Restez, on a des cookies !), c’est une série américaine qui tourne autour de Lorelei Gilmore et de sa fille Rory, deux femmes peu ordinaires dans la petite ville extraordinaire de Stars Hollow. On y parle de relations familiales, d’amour, d’éducation, de travail, d’ambition, de choc générationnel ou encore de différences de classes sociales. Bref, c’est une série qui parle de la vie.

Quand on regarde Gilmore Girls, on est frappé par trois choses, la rapidité d’élocution des personnages, la quantité industrielle de café que tout ce beau monde consomme et les plats préparés par la chef Sookie ! Bref, je mourais d’envie d’essayer la recette de cookies au marshmallow de Sookie … et je n’allais pas me laisser freiner par la barrière de la langue, les mesures tordues et les ingrédients mystérieux !

En fait, si, j’ai fais un mini blocage … J’ai donc demandé de l’aide à @crockonlecrockon !

La recette des Caramel Marshmallow Chocolate Chunk Cookies !

coockie marshmallowVoici comment @crockonlecrockon et moi même, allons décrypter et réaliser pour vous la recette des cookies au marshmallow et au caramel de Sookie !

Voici donc notre pièce de théâtre en 5 actes (comme une tragédie grecque) qui se conclut par ma recette. Prenez place, le spectacle va commencer !

Les trois coups retentissent …

Prologue

Teatime :  Cro, j’aurais besoin de toi pour me traduire une recette.
Cro : Ah bon ? T’as besoin de moi pour une trad’ ?
Teatime : Ouais, elle est compliquée et y a des termes très techniques.
Cro : D’ac’, fais moi voir
Cro lit rapidement la recette.
Cro : T’as pas besoin de moi pour ça, Grincette. T’as carrément le niveau !
Teatime : Je sais pas. Y a quelque chose qui coince, c’est pour ça que je te demande.
Cro : T’as carrément le niveau, ma belle. Y a quelques mots qu’il faut traduire, sinon, c’est juste que les instructions sont parfaitement incongrues, tu vas voir.

Vieux des Muppets

Acte I
Le soda qui blanchissait les dents

Cro : Alors, baking soda. Il me semble que c’est tout bêtement de la levure.
Teatime : Ah ouais ? Tout bêtement ?
Cro : Ah attends je n’en suis pas sûr, on va chercher. Alors… Baking Soda.
Il tape à l’ordinateur.
Cro : ah bah non, c’est du bicabornate de soude. Quoi ? Chérie, le baking soda, ce n’est que du bicarbonate de soude !
Teatime : T’es sérieux ?
Cro : Bah oui. J’suis con, j’le savais, en plus. Bon. Et cream of tartar. Crème de tartare ? Bizarre. Alors en français, c’est la crème de tartre. Selon ce site, en Amérique, c’est trouvable en épicerie, mais en France, faut aller en pharmacie
Teatime : Bah oui Cro ! La crème de tartre ! C’est le truc pour se blanchir les dents !
Cro : Ah ouais d’accord. Alors….
Il tape sur le clavier.
Cro : En fait c’est utilisé en complément du bicarbonate de soude pour en casser l’acidité. Ah Maha ! Le bicarbonate de soude et la crème de tartre mis ensemble, ça libère du CO2 !

Teatime : Ils sont sérieux ?

Cro : C’est du levain, Grincette ! Tout simplement !
Teatime : Mais je remplace tout ça par de la levure, alors !

flinn riders

Acte II
Casher, peuchère !

Teatime : Et kosher salt, c’est quoi, en fait ?
Cro, tapant sur le clavier : heu… alors attends. Alors c’est du sel casher, c’est marrant, hein ? Bon c’est quoi, exactement ? Là, les informations que je trouve, ça a l’air un peu trop simple…
Il continue de taper sur l’ordinateur.
Bah si, c’est ça. Maha, le kosher salt, c’est simplement du gros sel.
Teatime : Tout simplement ?
Cro : Apparemment, attends.
Il continue de taper sur le clavier.
Ah bah tu vas rire !
Teatime : raconte !
Cro : Alors en fait, kosher salt est un abus de langage ! C’est koshering salt, normalement ! C’est du sel qui rend casher ! Puisque la Torah interdit de manger du sang !
Teatime : Ah bah oui !
Cro : Tu sales la viande pour en retirer le sang. Mais comme le sel fin se dissout dans la viande…
Teatime : Bah oui.
Cro : Tu utilises du gros sel pour pouvoir le retirer après !
Teatime : J’adore. Tiens, ici, Heavy whipping cream, qu’est quoi ?
Cro : De la crème fraîche épaisse, tout simplement. Heavy, c’est lourd mais pour une crème, c’est épaisse. Whipping, ce serait « pour battre ». Whipped cream, c’est la crème fouettée, et whipping cream, c’est la crème pour fouetter.
Teatime : On prend de la crème fleurette quoi.
Cro : Attends, on va s’en assurer.
Il tape sur le clavier.
Teatime : Bah oui, c’est ce que je dis, c’est de la crème fleurette !

200w_d

Acte III
Du sucre, du sucre, encore du sucre et … du gras !

Cro : Alors white sugar granulated, c’est du sucre en poudre, on est d’accord ?
Teatime : Bah oui. Enfin, moi j’utilise du sucre roux
Cro : Ah mais y en a ! Regarde juste après ! Light brown sugar, packed.
Teatime : Quoi ? Ah ouais, d’accord !
Cro : Eh ouais, « packed » c’est pour « en morceaux »
Teatime : Ok. Et molasses, c’est bien de la confiture ?
Cro : C’est de la mélasse. Jamais bien compris ce que c’est, mais je sais juste que c’est pas exactement de la confiture.
Il tape sur le clavier.
Teatime : Eh ! Mais c’est juste du glucose Cro !
Cro : Ah d’accord. Donc ils mettent simplement du sucre avec du sucre, et à cela, ils ajoutent un peu de sucre. Et on s’étonne du taux de diabétiques aux States.
Ils rient.
Cro : Et pour finir : Light Corn Syrup, chérie tu vois ce que c’est ?
Teatime : Non pas trop…
Cro : Light, c’est allégé, et Syrup, c’est sirop, et Corn, c’est maïs
Teatime : Ah bah oui !
Cro : Faut pas oublier que les américains ont une relation particulière avec le maïs. Bon, maintenant, voyons en détail ce que c’est.
Il tape sur le clavier.
Teatime : Ah ouais, d’accord ! En fait c’est juste de l’eau sucrée ! C’est un sirop tout ce qu’il y a de plus basique ! Je le fais moi-même ça.
Cro : Ah merci, là c’est moi qui était perdu.
Teatime : C’est juste une base pour du caramel, Cro ! Attends, je viens de réaliser qu’ils mettent de la crème fraîche épaisse dans du caramel… Ils sont sérieux là ?

sugar

Acte IV
Marshmallow ou crève !

Cro : Eh bien nous sommes prêts pour la recette !
Teatime : Alors !
Cro : Alors Prep oven and trays, pas de problème avec ça chérie ?
Teatime : Bah oui, préchauffage du four
Cro : Parchment paper ?
Teatime : Papier cuisson.
Cro : Parfait. Combine dry ingredients ?
Teatime : Mettre dans un saladier la farine, la levure et le sel. Ok, j’aurais pas fait comme ça, mais admettons.
Cro : Add-ins, donc ça, c’est à part. Cut marshmallow in half across the narrow middle ?
Teatime : Là, j’ai un peu de mal.
Cro : Narrow, c’est étroit.
Teatime : couper les marshmallow dans le sens de la longueur ! C’est ça ?
Cro : C’est ça. En faire des demi-cylindres.
Teatime : C’est tubulaire !
Cro : ouais, hein ?
Teatime : Et la partie, là ? C’est quoi inch ?
Cro : Pouce. Tu casses ton chocolat pour en faire des morceaux d’à peu près 1cm de côté.
Teatime : C’est juste ça ? Mais ça paraît tellement compliqué, comme ils l’écrivent ! Mais c’est bon, ça, j’ai déjà des éclats de chocolats à mettre dessus !
Cro : Bah ouais. Je t’avais dit que c’était tout con.
Teatime : Pour l’instant, je garde ma recette.

200w

Acte V
La résilience

Cro : Mix cookie dough. Dough ?
Teatime : Je ne sais pas.
Cro : Dough, c’est la pâte. C’est comme dans doughnut, sauf qu’on l’abrège à donut.
Teatime : Aaah ! Ouais !
Cro : Alors, maintenant, un gros saladier. La farine, c’était dans un saladier moyen, et maintenant, il faut mettre le beurre et le… les sucres dans un grand saladier.
Teatime : Bah oui, y a besoin que d’un saladier, pour ça !
Cro : Oui, mais eux, ils détaillent à mort. Donc là, tu bats au mixeur lentement en accélérant graduellement jusqu’à obtenir une pâte bien lisse et sans grumeaux, tu vois ? « mix until fully combined and smooth »
Teatime : P.. t’as raison, en fait c’est tout con !
Cro : bah oui, chérie ! Alors, ensuite, tu vois, avec la maryse, vu que, évidemment, t’en as foutu partout avec leur méthode, tu racles les bords ! Scrape, c’est gratter, comme dans sky-scraper, les gratte-ciels. Et rubber spatula, c’est la spatule en caoutchouc. La maryse, donc !
Teatime : C’est vrai, j’suis bête ! Ils mettent le mot rubber partout !
Cro : Faut dire que c’est marrant à prononcer, comme mot.
Teatime : Donc ensuite, on ajoute les œufs et la vanille et on bat, d’accord.
Cro : Oui, et ensuite, on rajoute les « dry ingredients », la farine, la levure et le sel que tu avais préparés dans le bol moyen.
Teatime : Je les aurais ajoutés sans le bol moyen, mais graduellement.
Cro : Mais oui chérie ! C’est même précisé regarde ! Verser tiers par tiers ! C’est ce qu’on fait d’habitude, juste détaillé à mort !
Teatime : Ah ouais, je vois. C’est bon je garde ma recette.

vieux muppets fin

 

Ma version de cette recette :

DSC03133Pour X cookies

Ingrédients :
250 g de farine
1 sachet de levure
1 sachet de sucre vanillé
125 g de sucre roux
125 g de beurre (si vous avez une passion Normandie, utilisez du beurre salé)
1 c. à c. de miel
60 g de pépites de chocolat
une pincée de sel (sauf si vous avez opté pour la version Made In Normandie)

Préchauffez le four à 200° C.
Faites fondre votre beurre et le miel dans une casserole. Une fois fondu, installez le dans votre saladier/jatte/récipient.
Y incorporer progressivement la farine, la levure et le sucre roux. Le but est d’obtenir une pâte. Si vous n’y arrivez pas, ajoutez un œuf.
(Ma petite astuce, pour rajouter du croquant, c’est de broyer le sucre roux au mortier pilon pour avoir des grains de différentes grosseurs)
Ajouter les pépites de chocolats froides (garder en un peu de côté).
Découpez votre pâte, avec une cuillère à soupe. Faites des petites boules. Coupez les en deux. Au milieu vous insérez la moitié d’un marshmallow (coupé dans le sens de la longueur).
Re-triturez la pâte pour camoufler votre crime.
Ensuite   disposez vos cookies sur une plaque de cuisson, avec le papier cuisson tout ça tout ça.
(Solution pour les flippé(e)s : Quand j’étais gamine, j’ai réalisé un mono cookies … accident de la vie tout ça tout ça … du coup, j’étais assez flippée à l’idée de recommencer l’expérience. C’est comme ça que j’en suis venue au moule à woopies.)
A mi-cuisson, rajoutez les pépites de chocolat que vous avez laissé de côté.
Quand ils sont cuits, laissez les refroidir sur une grille à part, ou une assiette.

Pendant ce temps, préparez votre caramel (soit vous chauffez de l’eau avec du sucre dans une casserole, soit vous achetez votre caramel tout fait, on ne vous jugera pas).
Faites le couler le caramel en faisant des zigzags dessus.
Et Tada !


Sources Images :

Image à la une
Les autres photos sont faites maison!
Gifs : giphy

La lecture n’est-elle qu’un acte solitaire ?

Il est souvent retenu que la lecture est un passe-temps solitaire. Et c’est plutôt vrai. On peut parler d’un livre qu’on a lu, c’est d’ailleurs l’un des objets de ce blog. Mais on parle du livre dans son ensemble. Entre lecteurs, lorsque deux personnes ont lu un même livre qui les a passionnés, on peut parfois voir des étoiles dans leurs yeux en évoquant les passages qui les ont le plus fait vibrer.

b&b

Pourtant on ne parle que des événements dans leur ensemble. Le petit mot d’esprit de l’auteur qui nous avait fait rire ou serré la gorge passe plus ou moins à la trappe. En fin de compte, personnellement, j’ai du mal à discuter d’un livre que je viens de lire. Si mon interlocuteur a lu le livre, on confirme qu’il était bon ou nul. S’il ne l’a pas lu, la discussion se limite en quelque sorte à « pourquoi tu (ne) devrais (pas) le lire »

Je n’ai découvert que tardivement la saga des Harry Potter. J’ai tellement aimé que pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti l’envie et le besoin de relire un livre.

Alors je les ai relus mais à haute voix, cette fois-ci. C’est ainsi que, sans les ouvrir, Maha (@teatimeatbloomsbury) lit les livres Harry Potter.

Alors certes, nous avons commencé il y a un an et nous n’en sommes qu’à l’Ordre du Phénix. Mais sans en avoir l’air, figurez-vous que mon expérience de lecture a été complètement transformée. Nous rions en même temps, nous offusquons des exactions de Rogue en même temps, nous partageons les pauses dans la lecture et la fébrilité d’un cliff hanger en fin de chapitre. Chaque chapitre prend environ 45 minutes de notre temps. Plus, lorsque l’action est vraiment tendue. Il y a des moments d’une telle intensité que l’un comme l’autre éprouvons le besoin de nous arrêter un instant pour reprendre son souffle ! Et à la fin du chapitre, nous parlons immanquablement de tout ce que nous venons de vivre.

giphy

A l’heure où j’écris ce billet, nous venons de découvrir l’arbre généalogique de Sirius Black. Et pourtant ce n’est pas ce qui occupe nos conversations. Ayant connu la première version de Pottermore, j’ai pris un malin plaisir à rappeler à Maha qu’il y a longtemps, elle avait préparé elle-même du doxycide, sans même savoir ce que c’était. Mais plus encore que le doxycide, ce qui a occupé notre conversation, c’est le cas Kreattur. « Mais il est vraiment dégueulasse ! Pourquoi on en fait pas un trophée comme pour ses ancêtres ? C’est pas comme si c’était son ambition ! ».

A vrai dire, le plus dur est de ne pas spoiler. Connaissant déjà tous les détails de l’histoire, je dois me forcer de ne pas répondre à certaines de ses questions. Mais toutes ces conversations que nous n’aurions pas eues si nous nous étions contentés de lire chacun de notre côté le roman et de se questionner régulièrement sur « alors ? T’en es où ? » ! Quel bonheur de voir quelqu’un demander avec enthousiasme un autre chapitre ou de l’entendre crier « oui ! » lorsque c’est moi qui propose ! Et quel plaisir de voir un regard se plonger brusquement dans le vague lorsqu’une révélation vient d’être faite ! On a l’impression d’être LA personne qui révèle une information capitale.

hermione

Lire à deux, à trois ou plus ouvre la discussion, invite au partage, crée une expérience commune. Après tout, n’est-ce pas la base de la littérature ? Les plus anciens récits ne sont finalement que la mise sur papier d’un conte initialement scandé. Les contes homériques, les récits épiques nordiques et, en France, le Roman de Renart (pour ne citer qu’un exemple) ne sont qu’une multitude de petits récits déclamés en place publique qu’on a choisi d’immortaliser. Plus récemment, on pense aux Veillées paysannes dans les petits villages où on racontait des histoires, lisait les informations à toute la communauté. C’est ce qui, longtemps, a créé une culture commune dans des populations entières.

Bref, nous ne vous ferons jamais assez l’éloge de la lecture et du bonheur de partager ces moments en couple, avec ses enfants ou avec des amis !

N’hésitez pas à nous raconter vos propres expériences de lecture, en solitaire ou à plusieurs ! 😉


Sources images : gifs

6 months !

Ça y est nous avons 6 mois ! Et le président orange aussi ! Aurons nous une plus longue vie à la tête de ce blog que lui à la tête de son pays ?
Mystère ! Mais je l’espère !

C’est le temps de faire un petit bilan de ce blog à 3 têtes, 6 mains, 60 orteils.

Qu’avons nous appris en 6 mois de Blogging ?

  • un monde plutôt féminin

Ça ne fait pas longtemps que nous existons. Pourtant ce que j’ai rapidement remarqué, c’est que la blogosphère n’est pas un monde paritaire. Je peux compter le nombre de mâles que j’ai croisé sur mes dix doigts !
Venez les mecs, vous ne risquez rien ! Enfin, je crois …

girls

  • A small, small World !

small world

Quand vous recherchez des blogs sur les annuaires de blog, que ce soit Hellocoton, Bloglovin ou Inspilia vous vous rendez vite compte qu’ils sont classés par catégories. Ce sont des catégories assez restreintes, quand on y pense : Beauté, Mode, Humeur (Théorie des humeurs, c’est ça ?), Voyage, Culture, DIY, Famille, Cuisine et Lifestyle (Style de vie, soit la case où l’on case tout ce que l’on arrive pas à placer ailleurs). Je comprends le désir de classer mais ça peux être tellement réducteur parfois (surtout sur Inspilia).
En plus, il manque des catégories : Gaming, Sciences bish, Sports (il n’y a pas que le running dans la vie), Vegan (vu la place que ça prend dans la blogo, ça mériterait sa propre catégorie), Animaux, etc …

Pourquoi des thématiques aussi restrictives ?

Il y a les catégories dans lesquelles les annuaires nous placent et celles dans lesquelles nous nous enfermons.
Je pense que c’est une question de légitimité et d’étiquette. Combien d’entre nous ont fait des longues études ou ont des tas de passions, et se contentent de parler beauté ? Pourquoi se contenter de se coller aux étiquettes préconçues par des annuaires ?
Écrivez sur ce qui vous passionne réellement, pas sur ce qui buzz, faute de quoi vous perdrez votre identité.

Bref, quand j’ai du choisir un camp pour classer notre blog … j’ai eu franchement du mal. On parle voyage, littérature, cuisine, sorties, musique, étymologie, écologie, etc … (certains vous diront que c’est mauvais pour le référencement de n’être pas spécialisé dans une catégorie unique). Certain(e)s nous désignent comme un blog de culture. C’est pas faux, mais la culture est partout. Nous, nous pensons que nous ne pouvons nous borner. Et puisque nous parlons de tout ce qui a trait à la vie…

Voilà comment nous sommes devenus un blog Lifestyle ! Ou pas …

  • Des rencontres en tout genre

tasse à moitié pleineIl y a eu des rencontres en or qui nous feront toujours voir la tasse à moitié pleine !

Durant ces 6 mois, nous avons découvert beaucoup de blogs et nous nous sommes pris d’affection pour beaucoup de blogueurs/ses ! Trop pour que je les cite tous et toutes !

Cela dit, je vais prendre tout de même un peu de temps pour vous en présenter quelques uns.

Nous les adorons :

Tea Time & Delicatessen, pour ses recettes, son humour, sa gentillesse et ses commentaires qui sont comme des soleils !
Déjeuner sous la pluie, pour sa fraicheur, ses goûts musicaux et parce qu’elle sait jongler entre passion des maths et littérature !
Lectureenfantparent, pour la variété de livres qu’elles nous permettent de découvrir !
Le pire guide du monde, parce qu’il est franchement drôle et qu’ils vous emmènera parfois dans des lieux incongrus.
Madame Ling, pour son regard drôle, décalé, anticonformiste et académique sur le cinéma, la littérature, la télévision … bref, la culture en général !

Ce n’est pas parce qu’on ne vous a pas cité ici qu’on ne vous aime pas moins. C’est juste que le 5 est notre chiffre ! Tout marche par 5 chez nous, même certains de nos articles :

5 boissons pour lutter contre la canicule,
5 phénomènes inexplicables,
5 façons de métamorphoser un dimanche pluvieux
 !

Alors, ne vous inquiétez pas. Nous aurons toujours une petite tendresse pour nos premiers abonnés et pour les blogs qui ont commencé à peu près en même temps que nous !

hatersOn fait un point Haters ?
Je n’en ai eu que deux … non francophones … venus ici, un lundi, apparemment, juste pour le sport !
En fait, je crois que mon référencement est assez bon en ce moment pour m’amener un zoophile espagnol et un sociopathe américain. L’espagnol faisait des propositions d’ordre sexuel avec des chiens et un âne. L’américain se contentait de parler d’appel au meurtre et de rationalité. Bah hé ! Tant qu’à faire !

Leur méthode : commenter en masse sous pleins de blases différents, sous de fausses adresses mails, en réponse à des blogueurs (peut-être pour coller un doute sur qui a été réellement insulté, le blog ou son lectorat et mieux troller).

C’est gratuit, c’est pas dans notre langue et même google trad’ n’est pas parvenu à tout traduire.

Bref, on applaudit leur manque de courage et leur professionnalisme. Deux nationalités différentes, deux langues différentes, une méthode identique.

L’étymologie du troll :

Plusieurs origines possibles : la créature de la mythologie scandinave, et le mot de vieux français «trôler», une technique de pêche qui consiste à laisser traîner des leurres derrière soi pour attirer les poissons les plus naïfs.

D’où vient l’expression «troll» sur Internet ?, Libération, 17/07/2017

Avis aux bloggueurs/ses : N’oubliez pas que vous avez le contrôle sur les commentaires (en tout cas sur wordpress), que vous pouvez les accepter ou non, leur faire un rappel à la loi, les signaler ou non, les modifier ou non. Par exemple, j’aurais pu transformer l’appel à la haine de l’américain en un appel à l’amour ou les propos de l’espagnol en un manifeste pour sauver les taureaux victimes des corridas.

Règle d’or : Don’t feed the troll !

  • Sur le référencement, SEO et autres trucs

presentation-1454403_640Ça, c’est le cauchemar de tous blogueurs, surtout lorsqu’ils débutent ! Comment se faire connaitre ? Comment plaire à Google ? Quels réseaux sociaux privilégier ?
Pour certains blogueurs, c’est carrément devenu un fond de commerce … Et c’est ainsi que des blogs fleurissent sur le blogging #ourobouros, parfois publient des livres avec des conseils douteux, etc … Ils parlent de niches, de clients, d’études de marché, de marketting …

Alors oui, qui ne rêve pas de vivre de son blog ?

Je comprends qu’il y ait un marché sur le sujet mais si vous suivez à la lettre ces conseils, tous les blogs finiront par se ressembler, même design, même approche des sujets, mêmes TAG …

Alors, n’oubliez pas que personne n’écrit pour Google. Google ne vous laissera pas de commentaires et il ne lira pas ce que vous écrivez. Le meilleur conseil que je puisse vous donner concernant le référencement, c’est de rester authentique et de papoter avec tout le monde.

Si vous pensez que je vous raconte du flan, regardez nous : on attire du monde alors qu’il y a une faute dans le nom de domaine, trop de couleurs dans le design, un design gratuit, une bannière faite à l’arrache avec une image libre de droit, une ligne rédactrice non monocorde, des avis parfois trop tranchés, etc … Bref, on n’a pas suivi le guide du parfait blogueur et pourtant on est là avec des milliers de vues par mois.

Vous vous développerez en utilisant les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tweeter, Renren, etc…) avec lesquels vous serez à l’aise, la plateforme qui vous conviendra le plus et les annuaires de blog qui vous plairont !

Alors si vous commencez tout juste cette aventure, ne désespérez pas !
Faites vous entendre et ne culpabilisez pas de ne pas parler de choses à la mode (Beauty/Healthy/Vegan … le BHV … Bazar de l’Hôtel de Ville … coïncidence ? 😉 ) !
Ne vous découragez pas et lancez vous !

thank-you-490607_640

Je voudrais aussi profiter de cet instant pour vous remercier, vous nos abonné(e)s, venu(e)s de partout, de partager autant avec nous et d’être toujours plus nombreux !

carteJe sais certain(e)s seront déçu(e)s : un anniversaire sans jeu concours, c’est triste.
Mais on n’allait pas organiser un jeu concours alors qu’une partie d’entre vous est en vacances.
Ne vous inquiétez pas : il y en aura un pour les un an du blog ! 😉

En attendant, nous vous souhaitons un Joyeux Non-Anniversaire !

anniversaire

[TAG] Ma Bibliothèque

Voilà, nous avons été pris en flagrant délit de lecture par Maned Wolf et nous nous sommes faits taguer. Je sais le titre originel de ce TAG est « organisation de ma bibliothèque » (puisque le but est d’en apprendre plus sur l’organisation de nos bibliothèque cqfd). Mais j’ai un problème avec le mot organisation. Je n’ai pas prémédité ce qu’il va suivre.

 

Peux-tu nous montrer une photo de ta bibliothèque ?

Ces photos ont été réalisées sur les scènes de crime (âmes sensibles s’abstenir). Le corps ayant été démembré dans toutes les pièces de l’appartement.

Il n’y a pas de photos de la structure qui accueille les livres dans la chambre (parce qu’il y a une énorme clim devant). Et il y a aussi ma tablette qui contient une centaine d’Ebooks. Notez que vous avez accès au système de rangement bibliothécaire des 2/3 des blogueurs de Tea Time in Bloomsbury !

Si tu ne devais garder qu’un seul livre, lequel choisirais-tu ? Pourquoi ?

Ça, c’est criminel ! Je les garde tous sauf 3 (filés par ma mère et 1 acheté par dépits à France Loisir (qui sert actuellement à caler le 5ème pied de notre lit … du coup, on va peut être le garder)). En fait, je trouve plus facile de se débarrasser des livres en format numérique que les formats papier.

Si tu devais te débarrasser d’un livre, lequel choisirais-tu ?

C’est gênant de leur faire de la pub mais voilà. Ils sont chiants …

la-boiteuse--602327La boiteuse de Marthe Gagnon-thibaudeau
4ème de couv :  Après avoir vu, à l’âge de trois ans, sa tante mourir de tuberculose, elle est blessée et reste boiteuse. Sa mère devient folle, son frère quitte la ferme familiale et son père s’endette pour lui payer des soins. Gervaise se retrouve alors pensionnaire dans la famille Lamont où elle s’entend bien avec la petite Julie et Juliette sa mère, mais le père bat sa femme et Gervaise s’enfuit. Elle est recueillie par un brave curé qui la confie à une riche demoiselle, Anita Labrèche, laquelle lui donne une bonne éducation. A la mort de sa bienfaitrice, Gervaise se retrouve quelque temps dans un couvent où elle n’est pas très heureuse. Il lui faudra la rencontre de Télesphore Langevin, veuf et père de six enfants, pour découvrir l’amour. Alors qu’elle attend un enfant de lui, Gervaise commence à croire au bonheur.

 

9782268032054FSChère visiteuse, de Alphonse Boudard
4ème de couv : Elle, Hortense de Wilfried, c’est une grande dame de l’aristocratie épouse d’un richissime banquier. Elle est encore belle aux approches de la cinquantaine. Durant plus de trente ans elle a collectionné les amants de son grand monde : les artistes, les champions et les princes. Dans les années 50, elle décide, sur les conseils d’un prêtre, de renoncer à sa vie facile et de retrouver la foi de son enfance par le chemin de la charité. En l’occurrence, de se consacrer aux plus déshérités d’entre tous… les condamnés de droit commun. Elle devient visiteuse de prison. Un apostolat auquel elle s’adonne avec une abnégation exemplaire. Mais le Démon lui réserve une surprise de taille. La tentation a trente ans, des yeux bleus qu’on dit miroir à putes en argot, c’est le plus séduisant des voyous. Une vedette de la prison. Casier judiciaire de braqueur, voleur toutes spécialités et surtout roi de l’évasion. C’est pourquoi ce Gilles Dastel est dans une cellule de force où la comtesse de Wilfried vient le visiter pour sauver son âme. Et c’est elle qui va la perdre, son âme. Elle tombe sous le charme du gangster. Gilles a tous les pouvoirs pour la rendre éperdue de passion. Il est promis à de longues années de prison. Hortense, avec son fric et ses relations, va accomplir des miracles pour le faire libérer dans les meilleurs délais. Après ça, il leur faudra vivre un roman d’amour qui ne risque pas de sombrer dans la banalité du pain de ménage…

Et j’arrive pas à lire le titre de celui qui maintient le lit.

Y a-t-il autre chose que des livres dans ta bibliothèque ?

Il y a une collection de DVDs, des trucs trouvés en brocantes, des cadeaux d’amis, des mots doux, des photos, une plume, des craies, une catapulte, un casque, des patins à glace année 30, des légos, des armes médiévales, un masque à gaz, un projecteur cinette, deux polaroids, une boites avec des livres peints dessus, un miroir, des bateaux …
Dans la cuisine, des huiles, des sirops, du vinaigre de cidre.
Dans la salle de bain, du PQ.
Dans la chambre … rien.

Tes livres sont-ils regroupés à un endroit ou sont-ils distribués un peu partout ?

Je vis dans une médiathèque … cf. Les preuves en question 1

Sépares-tu les livres VO des autres ?

Euh … nan !

As-tu un système de classement précis ou peu importe ?

Ah Ah … Ils sont globalement rangés là où ils entrent. Les DVD sont sur 3 rangées en haut, les grands livres, BDs, Comics etc… sont là où ils entent …
Le seul rangement digne d’une précision implacable, c’est que les livres de cuisine sont … dans la cuisine !

Nominations

J’en profite pour nominer les 7 grandes lectrices suivantes :

Enviedelire

Petite plume

lectures enfants parents

A livre ouvert

Les petites bulles de papier

Amande et coton

Au pays de Sophie

Pour ceux et celles que je n’ai pas nominés mais qui ont envie de reprendre ce TAG, faites vous plaisir.

Enfin, je ne peux finir ce post sans vous remercier d’être de plus en plus nombreux à nous suivre. Nous avons dépasser le chiffre magique des 100 abonnés WordPress hier !

MERCI

 

Source image à la une : Pixabay

 

Le complexe de la noix de coco

Envie d’expérimenter quelque chose de nouveau ? Envie de vivre une grande aventure sans avoir à vérifier si vos vaccins sont à jour ou si votre passeport est encore valide ? Tombez donc amoureux d’une noix de coco dans un centre commercial, et envisagez une merveilleuse recette de tarte choco-coco. La recette est triviale ! Il faut pour commencer …

OUVRIR VOTRE NOIX DE COCO ET LA RÂPER !

Simple, non ? Voici comment faire :

Prenez la noix de coco et faites lui les gros yeux pour l’intimider.
DSC02785Laissez-vous intimider à la place.
faites-vous rappeler par votre conjoint qu’il faut commencer par trouer la noix de coco au niveau de ses yeux(1). Merci Toque Show, merci Norbert.
Regardez avec satisfaction la noix de coco se vider de son sang délicieux jus, et réjouissez-vous, car à présent, l’ouvrir n’est plus qu’une bagatelle. Mais d’abord
Avec l’eau de coco, faites vous un punch bien chargé en rhum, vous en aurez besoin plus tard.
Réalisez que vous n’êtes pas suffisamment équipé pour ça.
Expérimentez. Essayez le plus gros couteau de votre collection.
Passez à plus petit, puisque vous en êtes-là : fourchettes, couteaux de table, économiseurs, canifs de poche.
Essayez la technique gypaète barbu en la fracassant sur le trottoir depuis le 5e étage et abîmez la Mercedes du voisin.

Repoussez votre homme qui est allé cherché son marteau de guerre.

DSC02765
En mémoire de Fight Club, cherchez sur WikiHow comment créer un explosif avec du savon.
Trouvez la page concernant la  noix de coco (dispo ici) et demandez-vous quel type de psychopathe laisse une noix de coco au four pendant 10 minutes à 190°C en vue de l’ouvrir.
Repoussez votre homme qui insiste avec son marteau de guerre.
En désespoir de cause, tentez le couteau à pain dont le dos évoque une scie.
Au bout de 10 minutes de sciage, extrayez la pulpe de la coque.

DSC02351
Savourez prématurément votre victoire.
Cassez votre râpe sur la noix de coco.
Séchez vos larmes, envisagez de changer de projet.
Vous vous souvenez du punch bien chargé en rhum ? C’est le moment. Videz le(2).
Avec ce qu’il reste de votre râpe, finissez courageusement, et promettez-lui un enterrement digne.

Ce n’était pas grand chose, finalement, non ? Allez, puisque vous avez été sage et que vous nous avez soutenu dans notre douleur, voici la recette de la tarte choco-coco :

DSC02356

Ingrédients :

-1 Pâte à tarte brisée
-20cl de crème liquide fleurette
-1 blanc d’œuf
-125g de noix de coco râpée
-200g de chocolat noir
-125g de sucre en poudre

Préchauffez le four à 180°C (th. 6)
-Étalez la pâte brisée dans un moule à tarte et gardez la au frigo le temps de la recette.
-Dans un saladier, mélangez le sucre et la noix de coco râpée sans oublier le rire machiavélique, puis ajoutez la crème liquide et le blanc d’œuf. Mélangez pour obtenir une préparation homogène et compacte.
-Versez le tout dans le fond de tarte, puis enfournez à 180°C pendant 30 minutes.
-Laissez refroidir la tarte.
-Faites fondre le chocolat au bain-marie, versez le sur la tarte à la noix de coco, puis laissez refroidir à température ambiante.
-Réservez ensuite au frais.
Dégustez pour la deuxième fois, mais cette fois-ci, ce sera à la tarte (bien fraîche de préférence) d’y passer.

rambo thumbs up

C’est pas une p*** de noix de coco qui va faire sa loi chez moi !
– John R.

(1) Ceux-là même qui vous ont intimidé à l’étape précédente.
(2) N’oubliez pas de partager avec votre assistant qui vous fait des déclarations d’amour enflammées lorsqu’il a un coup dans l’aile. Vous retrouverez plus facilement le moral comme ça.

5 phénomènes inexplicables qui arrivent uniquement quand vous êtes malades

Peut-être est ce une nouvelle tradition mais … à chaque fois que je passe une semaine de vacances chez mes beaux-parents au printemps, je me retrouve malade comme un chien à mon retour. Alors à vous qui êtes malades physiquement ou moralement, à vous qui avez encore eu l’estomac retourné par l’actualité, je vous invite à rejoindre fissa votre couette !
Je vais vous parler de ces phénomènes inexplicables qui arrivent uniquement lorsque vous êtes malades !

1 Se découvrir une passion pour un film/une série affreux/se ou honteux/se

coffret-scooby-doo-5051889101888_0Quand je suis malade et surtout quand j’ai de la fièvre, je deviens une fan incontestable et incontestée des films Scooby-Doo, pas les dessins animés … les films !
En temps normal, je les aime bien sans plus, surtout les deux premiers en fait. Mais quand la fièvre me gagne, les Scooby-Doo deviennent les films les plus brillants, les plus drôles, les plus incandescents de tout l’univers connu. Et je finis toujours par m’endormir en plein milieu !

Autre point intéressant de la fièvre, elle vous permet de regarder sans sourciller tous ces films trop intello, trop chiants ou avec trop de longueurs, qu’il faut absolument avoir vu parce que tout le monde en parle. Et oui, votre instinct de survie ne vous protège plus !

2 Se poser des questions existentielles

Il y a deux moments dans la vie où l’on se pose de vraies questions : à 3h du matin et quand on est malade. Vous savez ces questions bizarres qui ont besoin d’une réponse sinon vous ne retrouverez pus jamais le sommeil.
Ces questions sont généralement de ce type : « Les vers de terre font-ils caca ? Si oui, est-ce que je passe une partie de ma vie à marcher sur leur caca ? Le fais-je au moins du pied gauche ? » ou encore « Pourquoi on dit malade comme un chien ? C’est jamais malade une araignée ? »

3 Croire qu’un objet peut gober votre maladie et disparaître avec elle pour toujours

DSC02590

Dernier compagnon de maladie trouvé

Contrairement à ma moitié, sans demi-mesure, je tombe rarement malade (une fois par an, jamais un gros truc sauf quand je vois ma belle famille au printemps). Cela dit, une fois quand j’étais petite, j’avais eu un affreux torticolis et mon papa m’avait offert une oursonne pince à linge pour me faire oublier la douleur. Alors j’ai demandé à cette oursonne de m’enlever mon torticolis. Et phénomène étrange, mon torticolis a disparu en même temps que cette pince-oursonne !

Je vous rassure quelques années plus tard, j’ai retrouvé cette oursonne/pince-à-linge dans une « boite d’objets trouvés » constituée par mes parents avec plein d’affaire de mon frère. Il n’y a pas de porte transdimensionnelle dans le lino de chez mes parents. Cela dit, même si je ne suis pas superstitieuse, je ne peux pas m’empêcher de penser à ça. Voilà pourquoi quand je suis malade, j’ai besoin de mettre la main sur un petit objet tout petit qui m’enlèvera ma maladie.

4 Votre bon goût vestimentaire disparaît mystérieusement dans les limbes de l’oubli

Quand on est malade, on aime le confort et on se fout des couleurs (à rendre vert un daltonien) et des textures pourvu qu’elles soient douces et répondent à nos besoins. C’est comme ça qu’on se retrouve toute la journée dans un pyjama moche ou à la mode de L.A. (vous savez les gens qui portent des tongs en bas et une doudoune en haut). Ma fièvre et moi, nous avons opté pour le très chic short à fleurs et l’indémodable pull de Noël. D’une logique implacable, vous serez MagnifaAIIIiiik (ou quelque chose comme ça) !

bridget jones

5 Réaliser l’impossible

DSC02593

Parfois, quand on est malade, on a des supers pouvoirs. Malheureusement, ils sont rarement utiles. Certains deviennent des maîtres de l’éloquence, ou du moins ils en sont persuadés le temps de la fièvre. Mon talent caché s’est révélé un jour de grippe. Ma moitié et moi avions commencé un puzzle la veille. Nous avions tout juste posé les coins et puis c’est tout. Lorsque ma moitié est revenue le soir, le puzzle était presque fini. Le souci dans l’affaire, c’est que je ne me souvenais même pas l’avoir fait.

Pour finir, je vous dirais de rester bien au chaud avec une bonne tasse de thé. J’espère que mes révélations vous auront amusé ou soulagé.

N’hésitez pas à nous faire part des phénomènes inexplicables que vous avez déjà eu l’occasion d’observer lorsque vous étiez malade en commentaire !

Liebster Award

C’est un grand soir pour l’entertainement. Blogueurs et blogueuses du monde entier se sont mis sur leur 31 pour cette 11ème cérémonie des Liebster Award ! Attention ne confondez pas cette cérémonie avec celle des Lobster Award faute de devenir tout rouge !
La salle se remplit. Oprah, dans une robe bleue lavande présidentiable, déclare la cérémonie ouverte ! Musique et lumières à fond les ballons, le spectacle est magique. Des ballotins de friandises tombent du plafond. La foule exulte !

Et puis vient le moment tant attendu. Celui où l’on annonce le grand gagnant !

L’enveloppe se froisse, se déchire … Steve Harvey s’apprête à prononcer le nom du mystérieux gagnant de ce mystérieux prix !

The Winner isssssssssssss …. Miss Colombia !

Euhhh

Steve-Harvey.gif

 

Nan, attendez ! Il semble y avoir une erreur ! Le gagnant est … Tea Time in Bloomsbury !

En effet, Tea Times in Bloomsbury a été nommé deux fois aux Liebster Award par Tea Time & Delicatessen et par Adely & Maelly. Et je vous remercie toutes les deux pour cette nomination !

Pour ceux et celles d’entre vous qui ne le savent pas encore. Le Liebster Award est un tag qui circule de blog en blog. Le but est de mettre en avant des petits blogs de la blogosphère qu’on aime bien et aussi le chiffre 11 (illuminatis ?)

Comment ça marche ?

Il faut :

1) écrire 11 choses sur soi
2) répondre aux 11 questions de la personne qui nous a taguée
3) nommer d’autres blogueurs et leur poser 11 questions.

Si vous avez déjà laissé trainer vos yeux dans la partie à propos, vous savez que nous sommes 3 à écrire sur ce blog. Déjà qu’en temps normal, ce n’est pas évident de répondre à ce genre de chaînes mais quand vous êtes 3, et que l’un des vôtres et genre … hmm, je ne sais pas … en Chine. Ça rend la chose encore plus compliquée !

Bref, en tant qu’instigatrice de ce blog, moi, Tea Time, vais 1) peut être me trouver un meilleur pseudo un de ces quatre, 2) répondre en mon nom à ce questionnaire. Et si mes chers acolytes le souhaitent, ils répondront derrière. Voilà, c’est pas plus compliqué que ça !

Les réponses de Tea Time seront en rouge. Acolytes, choisissez vos couleurs !

11 infos sur nous, donc je dirais que ça fait quelque chose comme 3.666 infos par membres du blog à donner ^^

  • J’ai des pieds égyptiens BUT I don’t walk like an egyptian !
  • J’ai eu une taille présidentiable mais ça c’était avant, avant !
  • J’aime manger épicé, mais pas en même temps …

Réponses au TAG Liebster Award de Tea Time & Delicatessen

1 – Si vous ne deviez manger qu’un seul et même plat jusqu’à la fin de vos jours, quel serait-il?

Le burger président du Signature Burger. Ils le font avec de la vrai moutarde et du vrai camembert, ce qui est rare en région parisienne. Tout est fait maison et avec amour. Leurs frites maisons sont croustillantes à souhait. Ils ont aussi un menu Vegan ! Ils sont généreux sur les portions et ils ne vous regardent pas de travers quand vous demandez un menu enfant parce que les autres menus sont trop gargantuesques pour vous ! En tout cas, il y a suffisamment de goût et de textures différentes dans ce burger pour ne pas en être dégoûté trop vite s’il devient le seul repas à manger pour le reste de ma vie.

2 – Auquel de vos plaisirs seriez-vous prêts à renoncer le plus facilement ?

La pizza de la pizzeria napolitaine. Ce sont les meilleures pizza de tout mon univers mais elles sont trop salées. Voilà le seul plaisir auquel je peux renoncer (et puis, je fais de très bonne pizza maison aussi).

3 – Quel pays vous attire le plus pour sa gastronomie?

J’adore la cuisine italienne et la cuisine créole. J’aime les épices, le piment et les acras de morue. Est-ce qu’il y a une diaspora italienne en Guadeloupe ?

4 – Selon vous, devrait-il y avoir des cours de cuisine hebdomadaires à l’école ?

Avant de venir vivre sur Paris, j’aurais dit un truc du genre : « haha, tout le monde sait cuisiner, ça sert à rien ! »
Et puis maintenant, je vis sur Paris. La région où les gens savent cuisiner ce qu’ils appellent des pâtes carbonara … Donc oui, il devrait y avoir des cours de cuisine sur Paris et des cours de « d’où provient la bouffe ? comment est-elle produite ? ». Vous savez à quel point c’est dur de trouver un resto pas cher qui n’ait pas renoncé à la fraicheur, la qualité et au goût de ses plats en banlieue ?

5 – Êtes-vous plutôt grande distribution ou commerçants de quartier, producteurs locaux…?

Je consomme le plus local, le plus éthique que je peux dans mes petits moyens. Donc j’ai du Banania acheté en grande distribution à la place du Nutella et j’ai de la bière au miel du Vexin artisanale dans mon frigo.

6 – Quel est votre réconfort ultime : une douceur sucrée, un bon livre avec une tasse de thé, un bon verre avec une copine ou les bras de l’être aimé ?

Désolé chéri mais tu ne remplaceras jamais la glace à la framboise et le thé glacé maison à la pêche ! Mais je te garde parce que tu fais une meilleure limonade que celle de Beyoncé !

7 – Quel fut le déclic ou la motivation pour commencer votre blog ?

L’investiture de Trump. (voire explication plus bas, question 11 de Adely & Maelly)

8 – Quel est votre petit déjeuner idéal ?

Le truc le moins diet’ du monde. Les pains au chocolat de la boulangerie de la ville d’à côté et du jus d’orange.

9 – Enfant, quel était votre dessert préféré ?

J’avais un gros problème avec la nourriture à cause du gavage exercé par certaines de mes nourrices. Donc je dirais du chocolat.

10 – Le plaisir de cuisiner est-il indissociable du plaisir de recevoir ?

Franchement oui. Mais je cuisine que pour ceux que j’aime.

11 – Un bon repas doit-il nécessairement être accompagné d’un bon vin  ou juste se déguster en bonne compagnie ? (oui, parce que si c’est pas bon, il ne reste plus que l’alcool et les potes pour oublier 😉 !!)

En bonne compagnie !


Réponses au TAG Liebster Award de Adely & Maelly :

1/ Quel est le 1er livre dont tu te souviennes (que tu aies lu ou qu’on t’ai lu) ?

Ça commence mal … je ne peux pas en citer qu’un seul …
Petit ours, sa famille parfaite et ses faux problèmes, lu en école maternelle parce que je n’arrivais pas à faire la sieste comme tout le monde … je détestais petit ours !
Mémoire d’un âne, de la comtesse de Ségur, ma mère adorait me le lire … moi, il me faisait mal au cœur cet âne
Millénium, l’encyclopédie que j’ai demandée quand j’avais 6 ans au Noël d’entreprise. Je m’en souviens parce que j’adorais cette encyclopédie et qu’apparemment c’était super bizarre qu’un enfant commande une encyclopédie à cet âge là et que l’année d’après cet enfant te parle d’Omar Khayyam, le poète qui parle de femme et de vin.
En dernier, je dirais Tintin et le sceptre d’Ottokar, première BD prise au bibliobus. Je voulais être Tintin, voyager partout.

2/ Si tu avais le pouvoir d’intervenir dans un livre pour aider un personnage, lequel choisirais-tu ?

L’âne de Mémoire d’un âne …. et aussi toutes les créatures qui sont opprimées gratuitement dans les livres pour enfant.

3/ Quel est ton plus gros coup de cœur littéraire des dix dernières années ?

Harry Potter

4/ On t’accorde un pouvoir magique : soit accroître ta vitesse de lecture par deux, soit doubler tes achats de livres. Que choisis-tu ?

Hmmm doubler les achats de livres ! Avez-vous déjà rêvé que votre PAL vous mangeait ?

5/ Si l’on écrivait un livre sur toi, quel en serait le titre ?

C’est difficile d’attribuer un titre à sa vie … Je dirais « Oups« , pas parce que je suis maladroite mais parce qu’il m’arrive toujours des trucs bizarres, que je suis toujours prise à témoin par des gens tordus dans la rue … ou alors « Comment garder le sourire quand on a la poisse ? » …
Mon mec vient de me souffler « Destination Finale » … sauf que c’est une série de film … et qu’ils me doivent un copyright (notamment pour la scène dans la cuisine où les couteaux se projettent sur la pauvre nana qui n’a rien demandé) !

6/ Combien de temps consacres-tu en moyenne à la lecture par semaine ?

3 jours … Je lis n’importe où, n’importe comment … sur 3 jours !

7/ Y a-t-il un « méchant » de roman que tu aimes alors que tout est fait pour qu’on le déteste ?

Quand j’étais gamine, je trouvais que Barbe-Bleue était un incompris et qu’il aurait mérité mieux. Maintenant, je me dis qu’il n’a pas volé son sort.

8/ Quel est le livre dont tu aimerais changer la fin ?

Je voudrais que la petite fille aux allumettes ne meure pas …

9/ Comment fais tu ta sélection de lecture parmi ta PAL ?

En zonant dans librairie, souvent du côté des nouveautés, en trainant sur les blogs littéraires et en écoutant les médias … Je prends ce qui me fait envie et j’évite globalement toutes les quatrièmes de couvertures qui commencent par « C’est Sandy, elle a tel âge, elle fait telle profession et il lui est arrivé un truc banal et elle en a parlé à ses copines. Et là Bam, y a un grand brun qui lui fait du gringue et en fait, il veut se faire sa copine et bla bla bla … ».

10/ Es-tu capable d’entrer chez un libraire sans acheter un livre ?

Objectivement nan …sauf si j’ai vraiment pas un kopeck sur moi.

11/ Comment t’es venue l’idée de lancer ton blog ?

C’était la semaine de l’investiture de Trump. J’en étais malade. Il fallait que je construise quelque chose avec des amis, quelque chose de positif. Alors j’ai demandé à ZelieZazou de participer parce qu’elle a eu un gros effet anti dépresseur sur moi, surtout à l’adolescence quand elle me parlait de plein de choses qui se passent au 4 coins du monde, de trucs qu’elle lisait et moi j’oubliais que j’avais des problèmes. J’ai aussi proposé à ma moitié, sans demi-mesure, de participer parce que je me suis dit que ça l’aiderait à se débloquer vis à vis de l’écriture. Je pensais pas devenir la principale contributrice du blog. Mais je sais pas, j’ai rencontré une communauté de bloggueurs/bloggueuses, de lecteurs et lectrices qui fait du bien. Et vous m’avez chauffé le coeur !

Liebster

Et bien voici le moment que vous attendiez tous. Celui où nous allons à notre tour nommer 11 autres blogs. Soit 3.666666666 par tête de pipe.

Être nommé par deux blogs que l’on adore pose le problème suivant … On ne peut pas les re-nommer ! Et pourtant, ils seraient dans ma liste ! Alors n’hésitez pas à jeter un oeil aux délices de Tea Time & Delicatessen et aux lectures de Adely & Maelly !

Les nommé(e)s sont :

Amande et CotonAphadolieToutes BellesLecture d’une bouquineuseLes motordus d’Anne JuBioteafullMadame LingManed Wolf Etoile VerteLa geekosophe.

Vous n’êtes pas obligé de participer et si vous l’avez déjà fait … c’est pas grave !

Voici ma liste de question :

1 _ Quelle est la chose qui vous rend le plus heureux/se ?

2 _Quel méchant de livre voudriez-vous être ?

3 _ Quel(s) livre(s) a/ont marqué votre enfance ?

4 _ Si tu avais le pouvoir d’intervenir dans un livre pour aider un personnage, lequel choisirais-tu ?

5 _ Si vous aviez un pouvoir magique, quel serait-il ?

6 _ Quel est votre dernier coup de cœur littéraire ?

7 _ Quels sont les 3 choses que vous emmèneriez avec vous sur une île déserte ?

8 _ Si vous ne deviez manger qu’un seul et même plat jusqu’à la fin de vos jours, quel serait-il?

9 _ Si l’on écrivait un livre sur vous, quel en serait le titre ?

10 _ Quel pays vous attire le plus ? Pourquoi ?

11_ Dans quelles circonstances vous êtes vous lancés dans la grande aventure du blogging ?

Merci de nous suivre en toutes circonstances !
Félicitation à ceux et celles qui ont lu cet article jusqu’au bout, vous méritez un Award !
Nous sommes heureux de partager toutes ces choses avec vous.

Bisous

Qu’est ce que c’est que la « Charge mentale » ?

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une petite BD qui m’a beaucoup touché et qui est pas mal relayée sur les réseaux sociaux, dans les journaux et les magazines féminins. Mais ce n’est pas parce qu’on en a déjà beaucoup parlé que je vais me taire !

18403209_441158849553665_6528533177490104538_n

©emmaclit.com, Fallait demander

La charge mentale, c’est le sujet de cette BD dessinée par Emma, Fallait demander.
-> Vous pourrez la consulter intégralement en cliquant ICI

Il n’y a pas de définition universelle de ce qu’est la « charge mentale ». D’ailleurs, je pense que sans cette BD, la question de la « charge mentale » resterait une vague et obscure notion qui circule dans les travaux de recherches universitaires.

La chercheuse canadienne Nicole Brais le définit comme  « ce travail de gestion, d’organisation et de planification, qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectifs la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence ».
En d’autre terme, c’est le fait pour une femme de devoir toujours penser à tout, à la préparation des repas, aux taches ménagères, aux rendez-vous, aux itinéraires, à la liste des courses, etc … toutes ces tâches invisibles mais nécessaires pour le bon fonctionnement du foyer.

Hé oui ! Je vous parle d’un monde où les hommes voient les femmes comme les gestionnaires naturelles du foyer et eux se conçoivent comme les simples exécutants.

Moi-même, je ne me suis pas totalement libérée de cette mauvaise éducation. Mais j’ai appris à la réduire en communiquant dessus avec mon cher et tendre (n’oubliez pas qu’enseigner, c’est l’art de se répéter), en lâchant prise, en faisant grève, etc … Et stopper la chaîne (ne pas innoculer le virus aux enfants).

Je vous invite à aller voir le travail d’Emma. Elle fait une bonne analyse de la situation et de ses origines. Elle dénonce l’inégalité qui persiste face au congé parental ou encore les stéréotypes inculqués depuis le plus jeune âge. Elle propose aussi quelques chemins de réflexions pour remédier à ça.

En guise de conclusion, je vous dirais simplement que je suis ravie qu’Emma ait popularisé à ce point la notion de « charge mentale ». Figurez vous que sa BD a eu un effet boule de neige. En effet, depuis, une pétition a été lancée sur Change.org.