Vos 5 articles préférés en 2018

Vous vous disiez bien qu’il manquait quelque chose pour passer cette nouvelle année sereinement. Un rappel de nos lectures passées ne peut suffire !
Et vous avez raison !

C’est pourquoi nous avons décidé de revenir avec vous sur les 5 articles de Tea Time in Bloomsbury que vous avez préféré :

5- La playlist de l’automne

grey-squirrel-111071_640

Cette année, pour la première fois sur le blog, nous vous avons proposé une playlist par saison. Et a priori, votre saison préférée a été l’Automne ! Retrouvez notre Playlist de l’automne en cliquant ICI !

4- Un citron littéraire amer

man-742766_640

Avez-vous déjà rencontré un roman si mauvais que vous avez senti vos dents s’affaisser dans votre bouche, votre peau s’assécher et des rides disgracieuses s’insinuer sur votre front ?
Certains romans font malheureusement cet effet, mais ce n’est pas une raison pour se laisser faire ! Si vous voulez apprendre ou ré-apprendre à transformer ces citrons amers en limonade, jetez un coup d’oeil à notre article ICI !

3-TAG Les Blogueurs littéraires

Fond-noir

En 3ème position de ce classement, on retrouve le TAG le plus long et le plus dingue jamais proposé sur ce blog ! Retrouvez ce TAG ICI !

2-Trop de Pression ?

hep burn

Ce n’est pas toujours facile d’écrire un blog non professionnel, que l’on ait deux ou six mains. Parfois on se laisse totalement dévoré par le stress, entre la peur de la page blanche et l’obligation de poster régulièrement pour être visible. Dans cet article, nous vous montrons le côté obscure de la blogosphère. Vous pouvez retrouver cet article ICI.

1- C’était comment la blogosphère avant ?

keyboard-338505_640

Voici le moment tant attendu ! Votre article préféré de 2018 est une madeleine de Proust pour certain(e)s, une découverte pour d’autres. Nous revenons sur notre expérience personnelle de la blogosphère, où Facebook, Twitter, Hadopi et Instagram n’existait pas. Si vous souhaitez monter à bord de notre DeLorean et remonter le temps, suivez nous et cliquez ICI.

Merci à vous tou-te-s d’avoir partagé ces moments avec nous !

Cette année vous avez eu plus souvent à faire à moi qu’à Crockon ou à Zelie Zazou sur le blog. Malheureusement pour des raisons professionnelles, je serais moins disponibles pour vous à moins que mes articles ne prennent une forme nouvelle. Pas que je préfère passer 4 heures dans les transports par jour plutôt que papoter avec vous mais il faut bien vivre pour manger à moins que ce ne soit l’inverse. Bref, il y aura certainement moins d’articles. Mais je ne raccroche pas ma plume pour autant !
Autour de Teatime in Bloomsbury s’est créé une vraie communauté. J’ai eu l’occasion de faire des rencontres formidables, de découvrir des personnalités touchantes, drôles, brillantes et bourrées d’imagination. Et peut être que vous aussi, vous avez fait des rencontres intéressantes sur ce blog !

Nous avons encore des tas de choses à découvrir et à partager ensemble !

Nous vous souhaitons le meilleur pour l’année à venir !

Publicités

L’Homme qui n’était pas hippopotomonstrosesquippedaliophobe.

Il est l’heure. Voici l’histoire que vous attendez tou-te-s, celle qui a gagné haut la main notre concours des 1000 abonné-e-s !

Félicitation Angela Koala du Blog d’Angelakoala ! Tu as écrit la Spooky Story la plus dingue, marrante, géniale, culottée de tout l’univers. Bravo !
Tu remportes la Teatime Box !

Je vous laisse en compagnie de son histoire :

L’homme qui n’était pas hippopotomonstrosesquippedaliophobe.
A Bloomsburry Spooky Story
 
Il était une fois dans la partie très sombre de la forêt de Bloomsburry que l’on appelait aussi le bois des fous, une valkyrie et un sorciers vivant dans un manoir tarabiscoté. Ils avaient beau aimer danser la Bagatelle dans leurs bottines rouges, la majorité du temps ils s’ennuyaient ferme allant jusqu’à mutuellement s’épiler la glabelle. Josie la Valkyrie demanda donc à Roger le sorcier, d’envoûter un homme charmant afin de le torturer gravement. Roger accepta sans sourcilier et partit après un bon verre de Tequila, il faisait déjà très noir dehors comme il était minuit moins vingt-sept, mais en bon nyctalope il ne prit pas de loupiote. Quatre heure plus tard le voilà revenu avec un homme charmant comme convenu.
– Bien joué Roger! Torturons-le sur le champ! s’écria Josie.
– Ne veux tu pas d’abord en profiter? S’étonna Roger.
– La seule chose dont je veux profiter ses de ses hurlements, comme au bon vieux temps!
L’homme avait l’air assez perdu.
– Manifestations, Réapprovisionnement, Électroradiologiste, Internationalisation! Se mit alors à hurler Josie.
Rien.
– Roger! Il n’est pas hippopotomonstrosesquippedaliophobe?
– Il n’a aucune réaction Josie, tu vois bien que non! Pourquoi m’as tu demandé de ramener un homme charmant aussi, ce sont toujours les plus difficiles à torturer! Rien à voir avec les monstres que tu torturais au temps d’Odin! ronchonna Roger.
– Je vais lui faire un thé à la Noix de Coco et au Citron amère pour qu’il obtempère, profites-en pour lui péter l’auriculaire, se renfrogna Josie.
Roger lui péta donc l’auriculaire, il ne voulait pas être sorti ramener cet homme pour ne pas entendre un seul cri!
L’homme charmant était tellement charmant qu’il ne fit rien.
– Alors? demanda Josie qui préparait le thé?
– Rien, il a juste l’air chafouin!
– Bon c’est un homme charmant et coriace que tu nous as dégoté là, viens chercher le thé et je réchauffe le cassoulet!
Une fois tout préparé ils attablèrent l’homme charmant et lui demandèrent de boire. Il fit la plus horrible des grimaces mais toujours pas de hurlements.
– Cette fois Josie c’est le moment de lui faire goutter ton cassoulet! Si ton thé lui fait cet effet, c’est sur qu’avec le cassoulet il va hurler!
Josie partie dans une colère noire, car en fait, le cassoulet n’était pas pour l’homme charmant mais pour son Roger bien aimé!
Totalement du rouleau, elle le ramena dans la cuisine pour y ajouter un ingrédient secret, cette fois ça marcherait, il hurlerait.
De retour dans le salon tarabiscoté, Josie lui fit goûter.
Et la, FLASH! L’homme charmant avait disparu, il ne restait qu’une petite bouillie à peine mâché de cassoulet sur la chaise où il se trouvait.
– Mais bordel Josie! Il y avait quoi dans ton cassoulet? s’exclama Roger.
– Bah de la poudre de bonbons frits, tout le monde hurle avec ça!
– Mais non Josie!!! J’avais récupéré le pot pour y ranger la poudre de Perlinpinpin! Il s’est téléporté chez les Weasley!
– Mais pourquoi tu nous as tout dérangé dans la cuisine toi aussi!!! Tu ne peux pas ré-étiqueter les pots? Tu n’as que ça à faire de tes journées? s’indigna Josie.
– Mais je suis fatigué moi, j’ai passé la nuit à te trouver un homme charmant et pour quoi? Du vent!
Finalement ils décidèrent de se calmer et recommencèrent à s’ennuyer. C’est tout naturellement qu’on entendit alors:
– Roger, viens je vais t’épiler la glabelle.

Retrouvez le blog d’Angela Koala (un blog culture où Angela Koala transmet sa passion pour la lecture, les films et les séries) en cliquant ICI.

Merci à toux ceux et celles qui participent à la vie du blog Teatime in Bloomsbury et suivent nos aventures !

A bientôt !
Et Joyeux …

background-1298031_640

La Spooky Story de Florence

L’histoire suivante est terrifiante. Elle nous a été envoyé par une abonnée pleine de surprises : Florence ! Installez vous confortablement avec une bonne tasse de thé.
Voici son histoire :

« Je courais dans la ville déserte, les morts vivants sur les talons, La nuit était tombée, et cette nuit était celle du 31 Octobre, la nuit d’Halloween.

Comment, mais comment m’étais-je donc retrouvée dans cette situation ?

Je fis un crochet pour éviter un petit roquet mort, mais bien campé sur ses 4 pattes pourries, tout en maudissant le concours de circonstances qui m’avaient amenée à rentrer chez moi poursuivie par toutes les créatures de l’enfer.

D’abord, j’avais raté un train, puis attrapé un dernier bus, qui avait abrégé sa route pour se réfugier au dépôt avant la tombée de la nuit. Contrainte et forcée, j’avais décidé de rentrer chez moi à pied, rêvant déjà de la Tequila au citron amer, boisson ridiculement désuette, que je dégusterai avec ma famille. Un petit kilomètre seulement, mais chargé de dangers, et en solitaire.

Cette nuit, il n’y aurait pas de bus, pas de taxi, et un minimum de voitures en circulation. Aucune personne sensée ne ferait un pas hors de chez lui : c’était la nuit des morts-vivant !

En ces années 3000, l’homme avait enfin réussi à triompher de la mort : certes les gens mourraient toujours, mais désormais ils se relevaient quelques jours plus tard. Ils pouvaient ainsi survivre éternellement ou presque, dans un état de délabrement physique et psychique extrême, mais au moins l’on ne perdait pas totalement ses chers disparus.

Parqués dans d’immenses camps aux abords des villes, comme autrefois les zoos d’animaux, on pouvait leur rendre visite le week-end, partager à distance un bon cassoulet ou une tasse de thé avec ses proches défunts (enfin, eux ne mangeaient rien, hein, mais ils s’approchaient des barbelés, attirés par la chaleur des corps vivants),

Devant la catastrophe que représentait cette éternité de fin de vie, les gens faisaient beaucoup moins d’enfants qu’auparavant, et il y avait désormais de quoi nourrir amplement toutes les personnes vivantes, ainsi qu’assez d’espace pour loger ou parquer les mortes. La planète Terre avait retrouvé un semblant d’équilibre !

Un jour par an, comme lors du lâcher de taureaux de la Féria d’Arles (une fête païenne en l’honneur de la déesse Arles, datant des années 2000), on ouvrait les grilles des parcs, et les mort-vivants étaient autorisés à vagabonder en ville au gré de leurs envies. Ou de leurs besoins ! A force de se nourrir de poudre de perlimpinpin, forcément, un beau mammifère à sang chaud les attirait irrésistiblement.

D’accord, ils n’avançaient pas très vite, mais ils étaient nyctalopes, eux, et pas moi !

Haletante et suante, j’enfilais les pâtés de maisons, décorées de noix de coco évidées et éclairées de l’intérieur par de petites bougies LED, une survivance des anciennes fêtes des morts. Elles me grimaçaient toutes de me dépêcher : vite, plus vite, ou l’on ne va rien retrouver de toi, pas même un auriculaire…

Enfin ! La haute grille renforcée de ma maison était en vue. Je sprintais pour creuser l’écart qui me permettrais de rentrer le code de sécurité au boîtier. J’y étais !

Hippopotomonstroppedaliophobe !

Non ! Zut !

Himonstrosesquippedaphobe ,

Non, toujours pas !

Quand je pensais à mon crétin de frère en train de rentrer un code spécial Halloween avec son air chafouin, j’avais envie de le tuer…

Une petite main squelettique m’attrapa soudain le mollet ! Frissonnante de terreur, je baissais les yeux sur mes bottines rouges et …la fille des voisins, noyée dans son bain à 1 an. Comment avait-elle retrouvé le chemin de sa maison ? Tout en hurlant de peur, je tentais un dernier mot de passe, je pouvais presque sentir la petite foule décharnée et curieusement muette qui fondait sur moi.

Hippopotomonstrosesquippedaliophobe

Clic,

La porte s’ouvrit enfin, et je basculais dans l’entrée, l’enfant morte toujours accrochée à moi, avant de claquer le portant au nez pourri de mes poursuivants moisis. Une mâchoire heureusement dépourvue de dents commença à mâchouiller la peau de mes bottines : la petite avait trouvé son nouveau doudou…la nuit d’Halloween ne faisait que commencer ! »

La Spooky Story de M-Life And Co

A présent, nous allons vous partager l’histoire que nous a envoyé par M-Life and Co qui tient le blog lifestyle M-Life and Co. N’hésitez pas à y jeter un coup d’oeil !
Installez vous confortablement, voici son histoire :

 » Ce soir c’est Halloween, et comme le veut la tradition on sera tous réunis pour une super soirée, pleine de surprises, de gâteaux, de boissons, de Thé, probablement même de Téquila, et d’histoire Tarabiscotées, à faire dresser les cheveux sur la tête.

Cette année, nous avons même le droit à un petit bonus. Il y a une nouvelle famille en ville, depuis peu, et par chance leur fille, Emilie, a notre âge, on a donc prévu un baptême de l’horreur tout spécifiquement pour elle.

23h30. Tout le monde est arrivé, la soirée commence, un peu de Citron Amer pour accompagner la téquila, et chacun y va de son histoire d’horreur, quand vient enfin mon tour…

– Je vais vous parler de l’histoire de Lisa. C’était une jeune fille particulièrement appréciée, elle était reconnu partout grâce à ses Bottines Rouges qu’elle adorait porter. Tout la prédestinait à un brillant avenir. Tout du moins jusqu’à ce jour fatidique, où, en passant devant un antiquaire, elle s’arrêta pour acheter un bracelet. Un bracelet qui l’avait comme appelé jusqu’à lui.
Dès le moment où elle le mit, elle se sentit différente, libre, puissante, capable d’obtenir tout ce qui lui passerait par la tête.
Au début, sa raison l’emportait et elle se raisonnait.
Jusqu’au jour où son petit ami l’a quitté pour sa meilleure amie. Là, elle se promit de leur faire payer, elle se mit à penser à tout un tas de mauvaises choses qui pourraient leur arriver, comme se casser une cheville par exemple, ou rater tous leurs examens…
Jour après jour, souhait après souhait, elle se rendit compte que bizarrement, chaque chose qu’elle pensait finissait par leur arriver, et souvent de manière surprenante et inattendue, plutôt que d’avoir peur, sans se poser de questions, elle se sentit reconnaissante et se mis à souhaiter tout le mal possible a chaque personne qui la contrariait.
Plus ses souhaits étaient réalisés, plus elle se sentait faible ; mais elle ne pouvait s’empêcher de continuer…

Lorsque qu’un jour elle ne parvint pas à sortir de son lit, et se demanda ce qui lui arrivait, elle entendit une voix lui dire :

– Rends toi devant le miroir et tu comprendras…

Lorsqu’elle arriva difficilement près du miroir, ce qu’elle y vit n’était pas son reflet, mais celui d’une créature effrayante.
Prise d’effroi elle tenta d’ôter le bracelet qui lui brûla instantanément les doigts.

La créature éclata alors d’un rire sonore et déplaisant…

– C’est trop tard maintenant, encore quelques heures et ton corps sera à moi, ton âme ira dans le bracelet et s’essoufflera jusqu’à disparaître.

C’est ainsi que la belle Lisa, à l’avenir brillant tout tracé, s’éteignit en laissant la place à une Lisa bien différente, et terriblement mauvaise… Les événements qui en découlèrent par la suite, sont bien trop atroces pour être décrits. Retenez seulement une chose, ne vous laissez jamais trop aller à faire des souhaits que vous pourriez regretter…

– Emilie, dis-je finalement, qu’as tu pensé de cette histoire ?

– Effrayante, elle était de circonstance.

– Parfait, j’ai une surprise pour toi. En tant que nouvelle, tu as le droit à un traitement spécial, voici le bracelet de l’histoire. Portes le pour nous montrer que tu mérites ta place en ville, ou crains notre vengeance…

– J’espère que tu plaisantes, me dit elle affolée.

– Malheureusement pour toi, non, nous on y croit pas à ces contes ; par contre on sait déjà comment on pourrait te faire payer si tu ne nous écoutes pas.

Emilie finit par mettre le bracelet, folle de colère elle ne put s’empêcher de penser du mal de ses « camarades » ; et c’est ainsi que la légende, basée sur une histoire vraie, se reproduisit.  »

Jolie Molly

L’histoire suivante nous vient d’Adlyn du blog Rat des Villes. C’est un blog culture très frais qui vous fera voyager dans des villes magnifiques et vous transmettra sa passion pour les salles obscures et les livres. Je vous invite à y faire un tout.
En attendant, voici sa Spooky Story :

« Molly est jolie. Molly est maligne. Molly est sociable. Molly a un grand sens de l’humour,
un petit air chafouin et des yeux rieurs qui plaisent beaucoup. Autrement dit, Molly a tout pour elle.
À ceci près que Molly est morte. Et cela fait déjà 110 ans de cela. Autant vous dire que, malgré toutes ses belles qualités, Molly commence à trouver le temps long. Et si les gens pouvaient la voir, ils seraient sûrement d’accord avec elle. Sauf qu’ils ne la voient pas et le problème est bien là.
Molly est condamnée à hanter une petite maisonnette taribiscotée de la banlieue parisienne, dans un quartier tranquille et sans histoires… Sauf la sienne. Même si aujourd’hui, une autre famille l’habite, autrefois cette maison était la sienne. Son doux foyer, son petit cocon. Un endroit qu’elle avait aménagé avec soin, pour que les gens s’y sentent bien. Un endroit où elle se sentait bien et en sécurité, mais seule aussi. Aujourd’hui, elle est beaucoup moins seule. Mais beaucoup moins chez elle, aussi.
Elle en a vu, des locataires qui se sont succédés en ces lieux depuis sa mort. Le style de la
maison a bien changé aussi, à l’image de ceux qui l’habitaient. Mais la petite maison n’a jamais bougé, alors Molly non plus. Au fil des années, elle en a supporté des familles envahissantes, discrètes, classiques, coincées, hippies, hypées, avec des enfants bruyants, sages, timides, agités, intelligents, survoltés, étranges, normés, avec la tête bien faite un coup sur la noix de coco, ou sans enfants, des célibataires, des grabataires, des couples ou des tribus, des animaux de compagnie et des compagnons de tous acabits, et toujours, toujours, une même constante : Molly. Molly qui flâne, Molly qui observe, Molly qui attend, Molly qui s’ennuie mais jamais Molly qui interagit.
Molly rêve de petites choses, ces petits riens qui font le quotidien, et qui lui sont désormais refusés. Elle rêve d’une conversation au-dessus d’un bon petit plat, dans la salle à manger. Elle rêve d’une tasse de thé bien chaude, au citron amer, son préféré, et d’un bon bouquin à dévorer. Elle rêve d’un feu de cheminée ou, à défaut, d’une couette bien chaude dans laquelle s’entortiller.
Mais Molly, de tout cela, elle ne peut rien avoir. Car Molly est damnée, pour l’éternité. Et
pourquoi cela ? Pour un petit rien. Trois fois rien, même. Un petit quelque chose, peut-être. Mais vraiment rien qui compte. Rien qui ne devrait compter. Car Molly voulait seulement de la compagnie. Alors comment aurait-elle pu savoir, elle la jolie, la chafouine Molly, que c’était mal, paraît-il, d’enlever et d’empailler ses invités, pour lui tenir compagnie, dans son cher foyer, qu’elle hante désormais, pour l’éternité ? »

La Spooky Story de Laura

L’histoire suivante nous a été envoyé par Laura du blog La vie d’une étudiante, un blog passionnant qui aborde des tas de sujets : Lifestyle, écriture, lecture, jeux vidéos et tout ce qui compose la vie d’une étudiante. N’hésitez pas à y jeter un oeil !

Voici son histoire :

« Installe-toi confortablement. Ce que je m’apprête à te révéler est l’un des plus horribles souvenirs de ma longue vie, l’une des pires nuits que je n’ai jamais vécu. Allez, réajuste tes coussins, allume une bougie, prépare-toi un thé bien chaud et enroule-toi dans une très grosse couverture.

Par une très longue soirée d’automne, une petite fille se préparait pour sortir dans le grand froid. Cette nuit-là, la plus importante de l’année pour elle, elle avait donné rendez-vous à ses copines pour une soirée de frayeur. Ses parents n’étaient pas au courant, comme tous les ans. Elle n’était qu’une petite fille après tout, mais il ne lui était jamais rien arrivé jusqu’à présent. Et puis elle n’avait pas peur. D’ailleurs, elle n’avait jamais connu ce sentiment, jusqu’à ce soir-là. Sans se douter de la tournure que prendrait la soirée, elle a passé la porte. Elle a quand même pris une bougie, pour éclairer son chemin. Le lieu de rendez-vous n’était qu’à quelques pâtés de maison de là, mais la nuit était sombre ce soir-là.

Par une nuit assez froide pour la saison, un homme à la mine patibulaire se préparait. Dans un sac, il entreposait ses outils. Une corde … Une scie … Une flèche … Et un auriculaire ! Que de choses étonnantes et tarabiscotées. Mais que préparait-il ? Une fois son sac bien rempli, il le mit sur ses épaules. Ce petit homme maigrichon ployait sous le poids de son fardeau. Mais il avait l’air déterminé. Ce qui le rendait tellement effrayant. A force de gémissements, il arrivait enfin à sa voiture. Il mit tant bien que mal son chargement sur le siège passager.

Il faisait vraiment froid, cette nuit-là. La fillette regretta de ne pas avoir pris ses bottines rouges. Celles que sa grand-mère lui avait offertes pour son anniversaire cette année. Mais en même temps, elles étaient si jolies qu’elle ne voulait pas les porter pour ne pas les abimer. Mais elles étaient fourrées, ce qui aurait été très utile ce soir. Elle s’arrêta sur le bord de la route, contre un réverbère. La lumière était très faiblarde. En même temps, vu le quartier qu’elle habitait, le plus pauvre de la commune, il était normal que tout soit en mauvais état. Personne n’avait envie de financer un patelin perdu, entouré de bois sombre où se déroulaient des choses parfois inexplicables. Un jour, un sans-abri qui cuvait dans son coin hurlait à qui voulait l’entendre, c’est-à-dire personne, qu’il venait se cacher des lutins assassins qui peuplaient ces bois. Bien évidemment, personne ne l’a jamais cru. Qui croirait un homme ivre qui n’était pas capable d’avoir un toit sur la tête ?

La route était éclairée très faiblement. L’homme râlait contre le maire, le gouvernement, ceux qui possédaient l’argent. Dans cette commune, il y en avait beaucoup, de l’argent. Mais il n’était pas dépensé pour les bonnes choses. Et il savait ce qu’il disait. Ce petit patelin était un centre d’échanges. Drogue, enfants, argent … Tout transitait par la forêt. Et il était l’un de ces gars qui ne posaient pas de question, mais qui faisaient leur job. Tout passait entre leurs mains, mais jamais rien n’y restait. C’est d’ailleurs pour ça qu’il était aussi pauvre et qu’il ne pouvait pas se tirer de là. Si seulement quelque chose pouvait faire changer les choses.

La jeune fille entendit un bruit. Très léger, mais assez fort pour qu’elle sente ses poils se dresser sur ses bras. Et là, elle ne pouvait pas se dire que ce n’était rien. Encore un crissement. Des bruits de pas. Mais à peine l’idée lui vint en tête que quelque chose appuya sur la bouche, manquant de la faire suffoquer. Elle aurait bien voulu crier. Elle essaya. Mais la chose l’en empêchait. Et sentit quelque chose de dure contre son manteau. Son instinct de survie lui criait de ne pas bouger. Mais elle ne l’écouta pas. Prise de panique, elle se trémoussa. Mais des bras d’acier étaient en train de l’enserrer. C’était comme si un brin d’herbe voulait faire ployer un chêne.

Il aperçut enfin la lisère des bois. Des arbres assez gigantesques lui cachaient le ciel. Déjà que le chemin était assez sombre, mais là, il allait entrer dans un trou noir infiniment plus obscure. Comme chaque fois qu’il passait cette frontière, il eut un petit pincement au cœur. Après une grande inspiration, il traversa les premiers grands mastodontes. Ca y est. Il y était. Si il avait eu une chance de faire marche arrière, elle s’est envolée en même temps qu’il était entré dans ce territoire hostile.

Excuse-moi, il faut que je m’arrête quelques secondes. Un frisson est en train de me parcourir la peau. Je frissonne encore alors que le drame s’est passé bien des années plus tôt. Laisse-moi reprendre mes esprits. Tiens, je crois que je vais aller me servir un verre de Tequila. Tu en veux un avec moi ? Hum … oui … Tu n’es pas là pour ça. Bref, continuons.

Chery ouvrit les yeux. Mais où était-elle ? Tout était si noir autour d’elle. Et aucun son ne parvenait à ses oreilles. Mais que s’était-il passé ? Elle se souvenait avoir donné rendez-vous à ses copines pour l’une des meilleures soirées Halloween de leur vie. Elle était sortie de chez elle, très confiante quant à l’issue de la soirée. Elle avait prévu de faire la pire frayeur à ses amies. Elles devaient se retrouver devant une ruine qui effrayait les grands comme les petits. Mais elle avait prévu de les faire attendre. Pour qu’elles s’inquiètent, un peu. Puis au bout de quelques secondes, elle serait apparue et leur aurait fait une frayeur. Et tout ce serait bien terminé. Mais là, elle s’était arrêtée en chemin. Et ce n’est pas elle qui avait fait une surprise. Et puis après, plus rien. Que du noir. Quelque chose qu’elle qualifiera plus tard d’appréhension la pris à la gorge. Il n’y avait rien autour d’elle. Personne. Que ce passait-il ? Elle allait mourir ?

Le petit homme se gara à côté d’une petite cabane de bois. Mais il ne fallait pas se fier aux apparences. Cette maisonnée n’était que la partie la plus immergée de l’iceberg. C’était juste pour les apparences. Au cas où les autorités mettraient leur nez là où ils ne devraient pas. Il éteignit ses phares. L’obscurité l’avala tout entier. Même la lumière de la lune n’avait pas le courage de pénétrer. Il sortit sa lampe-torche et l’alluma. Il avait reçu un appel. Le colis était arrivé. Et il avait été stocké dans la maison mère. Dans le bon de commande, il était spécifié qu’il ne devait pas être abîmé. Alors lui et ses hommes avaient suivi l’ordre à la lettre. Il ne connaissait pas son client, mais il n’en avait pas du tout envie.

Un bruit, enfin. Sinistre. Résonnant dans ma tête. La petite était tellement contente qu’elle faillit en sauter de joie. Mais elle ne pouvait pas. Quelque chose l’en empêchait. Des liens la retenaient. Mais qu’est-ce qui se passait à la fin ? Des larmes commençaient à lui piquer les yeux. Elle avait peur. Vraiment très peur. Elle était terrifiée. Pétrifiée même. Un autre raclement. Ca y est. C’était la fin. Et puis un rayon de lumière. Comme dans ces films, quand le héros meurt. Il se retrouve dans un rai de lumière blanche, à revivre tous les événements de sa vie. Mais elle, qu’avait-elle vécu ? Rien. Elle était tellement petite. Elle avait encore tellement de choses à vivre.

Dans le faisceau de sa lampe, toute petite chose recroquevillée, si frêle que s’il la touchait, il avait peur de la casser. Quelque chose ne collait pas. Pourquoi l’homme voulait-il cette enfant sans égratignure ? Ce n’était pas dans les habitudes de la maison. Et puis cette fille, elle était si bien habillée, si bien coiffée. Elle sentait l’odeur des riches. Normalement, c’était des enfants crasseux qu’il avait entre les mains, des enfants miséreux et sans parents. Ah ! Il se prit la tête entre les mains. Il n’avait pas l’habitude de réfléchir. Surtout pas de contredire des ordres. Mais là, quelque chose n’allait vraiment pas.

C’est tétanisée qu’elle attendait le coup fatal. Elle distinguait en face d’elle les contours d’une toute petite masse. Quoi !? Elle aurait son dernier souffle face à une brindille ? Non ! Ce n’est pas comme ça qu’elle avait imaginé sa mort. Elle aurait cru mourir vieille, entourée de magnifiques bambins piaillant dans tous les sens, de ses enfants, de sa famille. Pas au milieu de nulle part, du néant.

« Et qu’est-ce qui s’est passé, alors ? »

Je t’ai dit de ne pas m’interrompre. Enfin, peut-être pas. Je me suis évanouie. Mais j’ai tout de même eu le fin mot de l’histoire. Mon père voulait divorcer de ma mère. Mais il ne savait pas vraiment comment s’y prendre. Alors il a eu cette idée. Me kidnapper pour que ma mère s’inquiète, qu’il fasse pression sur elle et qu’elle fasse ce qu’il voulait. Oui, je sais, c’est totalement fou. Sauf qu’il n’avait pas prévu que mon bourreau allait être sentimental. Il a alors coupé mes liens. Je n’ai pas pu bouger. Le silence s’est installé entre nous. Jusqu’à ce qu’il fut rompu par sa voix. Malgré sa toute petite taille, il avait une voix chaude et réconfortante. Il a juré de ne me faire aucun mal. Et il m’a fait un cadeau. Sur le coup, j’ai été horrifiée, et c’est là que j’ai senti le monde tourner autour de moi. Mais je l’ai toujours, en souvenir de cette soirée. Lève la tête. Tu vois, sur la cheminée ? A côté de la noix de coco, il y a une chose boudinée. C’est son auriculaire porte-chance. Il m’a raconté son histoire. Mais tu n’en sauras pas plus, parce que ceci ne fait pas partie de mon histoire. »

Résultat du concours des 1000 abonné-e-s

« Come little children, I’ll take thee away
Into a land of enchantment
Come little children, the times come to play
Here in my garden of magic. »
Sarah Sanderson, Hocus Pocus (1993)

Allumez vos citrouilles, apportez vos chaudrons de friandises,
car ce soir, nous allons découvrir le ou la gagnante du grand concours des 1000 abonné-e-s sur Teatime in Bloomsbury !

Mais avant cela nous allons frissonner ensemble en lisant les cinq meilleures Spooky Stories que nous avons reçu dans notre boîte mail. Nous en diffuserons une par heure à partir de maintenant. La dernière histoire, écrite par le ou la grande gagnant-e de la Teatime Box, sera diffusée à 21h !

Le jury composé par vos 3 hôtes, Teatime, Crockon et Zelie Zazou, a eu beaucoup de mal à choisir parmi toutes les histoires qui ont été envoyées.  Mais bon, puisque nous avons une quantité très limitée de Teatime Box à envoyer, nous avons bien du nous prononcer et réaliser un classement.

Chèr-e-s participant-e-s vous avez été magiques : Bravo à vous tou-te-s !

C’est pourquoi au lieu de diffuser sur les 3 meilleures histoires, nous les diffusons toutes !

Le rythme de diffusion des Spooky Stories est le suivant :

5ème place : 17h
La Spooky Story de Laura
4ème place : 18h
Jolie Molly
3ème place : 19h
La Spooky Story de M-Life And Co
2ème place : 20h
La Spooky Story de Florence
1ère place : 21h
L’homme qui n’était pas hippopotomonstrosesquippedaliophobe

Pour rappel :

Pour participer au concours, il fallait :

  • Habiter en France Métropolitaine.
  • Être abonné-e au blog.
  • Être majeur.
  • Ecrire une Spooky Story (entre  250 mots et au maximum 2200 mots à 50 près) qui contient 5 mots parmi la liste suivante : Noix de Coco, Bottines rouges, Tarabiscoté, Glabelle, Cassoulet, thé, Bagatelle, Poudre de Perlimpinpin, Citron amer, Auriculaire, Nyctalope, Obtempère, Hippopotomonstrosesquippedaliophobe, Tequila, chafouin.
  • Envoyer votre Spooky Story par mail.

Nous rappelons aussi que :

  • LE ou LA grand-e gagnant-e recevra une Teatime Box (pour les détails cliquez ICI)
  • Nous ne sommes pas responsables en cas de perte ou de vol du colis par la poste/le transporteur.
  • Nous contacterons par mail le ou la gagnant-e (histoire d’avoir une adresse de livraison, tout ça, tout ça …).

Remerciement

Nous remercions et félicitons tou-te-s les participant-e-s du concours !
Vous avez élevé ce concours à un haut niveau, vous pouvez être fier-e de vous ! Ça a été très difficile de choisir, de faire un classement parmi toutes les histoires que nous avons reçu. C’était un exercice d’écriture pas très évident mais vous vous êtes bien dépatouillés. Merci pour ces instants frissons et ces instants où nous avons ri si fort. Vous avez été formidables !

Merci à tous nos 1000 ++ abonné-e-s qui nous suivent par mail, sur wordpress, sur facebook, sur instagram, sur hellocoton ou Bloglovin’  ou ailleurs ! Vous rendez notre univers plus grand et plus beau à chaque instant !

Chills and Thrills for Halloween

« Double, double toil and trouble;
Fire burn and caldron bubble.
Cool it with a baboon’s blood,
Then the charm is firm and good. »
Macbeth, Song of the Witches, William Shakespeare

Dans 10 jours seulement, de jeunes démons viendront frapper à votre porte vous menacer du pire si vous refusez de leur fournir leurs drogues.
Pour vous préparer à ces événements, nous avons décidé de partager avec vous quelques trouvailles d’internet. Désormais, grâce à nous, vous pourrez :

Fabriquer une décoration pour Halloween !

 Charlie Danger de la chaîne Youtube Les Revues du Monde vous apprend à fabriquer une décoration vraiment sympa pour Halloween :

Je vous encourage à regarder ses vidéos et pourquoi pas vous abonner à sa chaîne qui parle d’Histoire et d’archéologie avec beaucoup d’humour et de fraîcheur.

Ecouter des histoires effrayantes (et qui peuvent inspirer l’écriture d’une Spooky Story) :

Charles et Mathias sont les auteurs de deux podcasts qui vous feront frissonner sous votre couette. Ils manient le suspense à la manière d’un Stephen King sans jamais tomber dans les pièges du genre. Je vous laisse écouter :

  • Le bureau des Mystères, qui vous présentera des faits divers invoquant le paranormal et des creepy pasta (ces légendes urbaines et autres histoires loufoques qui traînent sur le net) :
    Sur le site de Rivieira Ferraille en cliquant ICI.
    Sur Spotify  en cliquant ICI.
  • Inspiré de faits réels : une émission qui revient sur les faits qui ont inspiré la fiction et d’autres joyeusetés.

Si vous êtes sur Paris ce Week-End, vous pourrez les retrouver au premier Festival du Podcast à la Gaïté Lyrique. Pour plus d’informations, cliquez ICI.

Reprendre une chanson d’Halloween en version K-pop

Nous finissons en musique avec Raon Lee :

 

Faites vos réserves de bonbons et n’oubliez pas si vous ne l’avez pas déjà fait de nous envoyer vos Spooky Story pour le concours des 1000 abonné-e-s!

 

Concours des 1000 abonné-e-s

Ce Blog n’avait pas encore deux ans que Rome remplaçait Sparte …
Oh attendez, je me suis trompée d’histoire ! Reprenons …

Comme le titre l’indique, vous êtes désormais 1000 personnes à suivre le blog Teatime in Bloomsbury et vous avez bien raison car on ne peut pas tromper une fois mille personnes ou mille fois … à moins que …

Bref … Nous sommes heureux de vous avoir rencontrés et pour célébrer cet événement, nous vous proposons un concours TRES spécial :

Le Concours des 1000 abonné-e-s

Nous avons placé le Concours des 1000 abonné-e-s sous le thème d’Halloween !

Faites chauffer vos marmites, ouvrez vos grimoires et faites trembler votre Ouija mes ami-e-s car ce que nous attendons de vous pour ce concours, c’est que vous nous concoctiez une histoire effrayante (l’humour est autorisé encouragé): une Spooky Story !

Votre Spooky Story devra faire au minimum 250 mots et au maximum 2200 mots (à 50 près). Elle devra aussi contenir au moins 5 mots de la liste de mots suivante :

animal-2027045_640La liste de mots :

  • Noix de Coco
  • Bottines rouges
  • Tarabiscoté
  • Glabelle
  • Cassoulet
  • thé
  • Bagatelle
  • Poudre de Perlimpinpin
  • Citron amer
  • Auriculaire
  • Nyctalope
  • Obtempère
  • Hippopotomonstrosesquippedaliophobe
  • Tequila
  • chafouin

Les 3 meilleures histoires seront publiées sur le blog le 31 octobre.
Celui ou Celle qui aura écrit la meilleure histoire gagnera la Teatime Box!

/!\  Conditions à respecter pour participer au  concours 1000 abonné-e-s /!\ :

  • Habiter en France Métropolitaine.
  • Être abonné-e au blog.
  • Être majeur.
  • Début du concours : Là, tout de suite maintenant ! Nous sommes le 7 octobre !
  • Fin du concours : le 30 octobre à Minuit ! Et je vous donnerais le résultat du concours le 31 octobre !
  • Envoyer votre Spooky Story à l’adresse suivante : XXXXX
  • Nous ne sommes pas responsables en cas de perte ou de vol du colis par la poste/le transporteur.
  • Nous contacterons par mail le ou la gagnant-e (histoire d’avoir une adresse de livraison, tout ça, tout ça …).

ET qu’est ce qu’on gagne ?

Les 3 meilleures Spooky Stories seront publiées sur le blog.
Le ou La Grand-e Gagnant-e
 du concours recevra dans sa boîte aux lettres …

thread-3025551_640une TeaTime Box !

Il s’agit d’un boîte qui contient Tout ce qui fait le charme de TeaTime in Bloomsbury et je ne vous en dirais pas plus. En fait si … tout d’abord, elle n’a toujours rien à voir avec le film The Box de 2009 avec Cameron Diaz ! Ensuite, elle contient un trésor, un livre que nous avons adoré cette année. Mais dans l’hypothèse où vous l’avez déjà ou encore qu’il ne vous intéresse pas, nous vous proposons de choisir parmi ces 4 ouvrages (cliquez sur les titres pour retrouver nos chroniques) :

Faites votre choix et indiquez le nous dans votre mail ! 😉

Et pour finir notre Teatime Box contient ….
Je ne sais pas pour vous mais moi j’adore les SURPRISES !

Merci à vous d’être chaque jour plus nombreux/se à nous suivre que ce soit par mail, par wordpress, par facebook, instagram, hellocoton ou Bloglovin’ !

Vous êtes prêt-e ?

3

2

1

Je déclare le concours des 1000 abonné-e-s ouvert !

A vos stylos, stilets, calame, claviers ou baguettes !
Vous êtes libres d’utiliser ce que vous voulez pour écrire votre Spooky Story mais n’oubliez pas, vous avez jusqu’au 30 octobre minuit !

Concours terminé : Rendez-vous à partir de 16h30 pour découvrir
les Spooky Stories des participant-e-s et à 21h pour connaitre le nom
du ou de la gagnant-e !

cat-1456173_640.png

TAG -Back to Howgarts !

On vous l’a suffisamment répété et vous l’avez certainement constaté par vous même mais … C’est la rentrée!
Ne nous envoyez pas de marrons !
Nous avons décidé de reprendre ce TAG, créé par Muffinsandbooks et que l’on voit partout de chez partout !
Rangez vos marrons !
Harry Potter à l’école des sorciers sort en version remastérisé 4K au cinéma le 12 septembre ! On l’a tient notre raison de reprendre ce TAG, non ?
Détendez vous et venez faire un tour avec nous à Poudlard !

Serpentard ou Gryffondor ?

Teatime : Pour moi les Serpentard sont un groupe social issus généralement de milieux aisés et ayant majoritairement les mêmes pensées qu’Eric Zémour. Bref, le genre de personnes qui me crameraient pour sorcellerie alors qu’ils sont eux-mêmes des sorciers. ET Gryffondor est remplis d’une jeunesse courageuse et parfois un peu inconsciente. A priori, je ne sais pas pourquoi, je préfère Gryffondor !

Crockon : Je n’aime pas les systèmes de cour à la Serpentard. Gryffondor !

zeliezazou : J’ai du mal à répondre lol Je pense que je dirais quand même Gryffondor, même si Rogue vient de Serpentard !

Serdaigle ou Poufsouffle ?

Teatime : J’aurais tellement aimé être Poufsouffle, #lesrestesdumonde qui vivent librement dans l’amour de la bonne bouffe. Malheureusement, à chaque fois que je fais un test que ce soit sur Pottermore ou ailleurs, je finis toujours à Gryffondor, un peu comme Neuville.

Crockon : Le site Pottermore m’avait laissé le choix entre Gryffondor et Serdaigle. J’ai pris Serdaigle !

zeliezazou : Serdaigle sans hésitation (c’est ma maison 😁)

Métamorphose ou Potion ?

TeaTime : Métamorphose …. Je deviendrais chat et ma tasse de thé une délicate souris …

Crockon : Oui ! Et même que si tu rates ta métamorphose, ta tasse aura une moustache ! C’est pourquoi, je prends …. Métamorphose aussi !

zeliezazou : Potion (et pas que pour Rogue 😉 la métamorphose ne m’emballe pas plus que ça)

Soins aux créatures magiques ou Défense contre les forces du mal ?

Teatime : Soins aux créatures magiques pour traîner avec Hagrid, apprendre à bien lancer des gnomes de jardins, monter sur un Hyppogriffe et piquer les oeufs de dragons de Daenerys … comment ça, c’est une autre histoire ?

Crockon : J’adore les cours de soin aux créatures magique, mais rien que pour les duels, ce sera défense contre les forces du mal !

zeliezazou : Encore une question difficile… Je pense quand même Défense contre les FM.

Sortilège ou Divination ?

Teatime  : Je suis trop douée en divination pour ne pas prendre sortilège ! Tu vas mourir !

Crockon : Toujours le duel ; Sortilège !

zeliezazou :  Sortilège sans hésitation !

Voler sur un balai ou à dos d’Hippogriffe ? 

Teatime : Depuis le film Hocus Pocus et l’usage des aspirateurs à la place des balais, je trouve ringard d’utiliser un balais. De plus, les Hippogriffes sont trop mignons et ont plus de conversation qu’un balai !

Crockon : Balai ! Parce que tu peux te trimbaler avec ton balai sans que les gens ne se posent trop de questions !

zeliezazou : Voler sur un balai

Transplannage ou Portoloin ?

zeliezazou : Transplannage !

Crockon : J’aime tellement l’idée du Transplannage que je sais d’avance que je transplannerais en permanence même si c’est pour rester dans la même pièce ! Je transplannerais d’un fauteuil à l’autre !

Teatime : Portoloin. Un jour, tu te baisses pensant ramasser un portefeuille perdu et bim, tu te retrouves dans une île paradisiaque pour compte off-shore ou en Arkansas. J’aime les surprises !

La salle commune ou la Bibliothèque ?

Teatime : La salle commune pour faire de chouettes rencontres !

zeliezazou : La salle commune pour se reposer ou s’amuser, la bibliothèque pour travailler et chercher des super bouquins à lire.

Crockon : Genre pour ouvrir accidentellement un livre qui hurle ou qui essaie de te mordre ?
C’est vrai que c’est cool, la bibliothèque. Mais je préfère l’action de la salle commune ! Je pense même que j’aurais aidé Fred et George dans leur buisness !

Vous faire tuer ou vous faire expulser ?

Crockon : Me faire tuer !

Teatime : Il y a des gens très bien qui se sont fait expulser de Poudlard et qui ont eu de belles carrières.

zeliezazou : me faire expulser lol

Festin d’Halloween ou de Noël ? 

Teatime : J »adorerais traîner avec les fantômes durant Halloween mais le festins de Noël à l’air tellement cool. C’est pas évident. Ils savent ambiancer des fêtes à Poudlard ! Je dirais la Saint Valentin !

zeliezazou : Festin de Noël (comme tu le sais, je suis pas fan d’Halloween, en plus les sorcières y sont représentées par les moldus comme des vieilles méchantes couvertes de verrues… C’est de la sorcièrophobie ! 😜)

Crockon : Là, pour moi, il y a sacerdoce ! Je pense prendre Noël pour le peu de monde qu’il y a au château à ce moment là !

Vacances à Poudlard ou au Terrier ?

Teatime : J’adorerais passer les vacances au Terrier, c’est un endroit chaleureux et convivial remplis de belles personnes qui ne m’en voudront certainement pas si je squatte en échange d’une quelconque aide en jardinage 😉

zeliezazou :  Vacances à Poudlard (je ne connais pas personnellement les Weasley, je ne vais pas me ramener chez eux comme ça quoi 😉)

Crockon : Je me suis déjà tellement aventuré déjà chez des gens que je ne connaissais pas que ça ne me générait pas ! Va pour le Terrier, pour l’ambiance !

Les Canons de Chaudley ou Les Harpies de Holyhead ?

Teatime : Les Harpies ! Elles déchirent de ce que j’en ai lu et leur capitaine est géniale !

Crockon : Les Harpies de Holyhead évidemment !

zeliezazou : Les Harpies de Holyhead, parce que je kiffe leur nom !

Préfet ou Capitaine de l’équipe de Quidditch ?

zeliezazou : J’ai beau ne pas être très sportive dans la vraie vie, je me verrais plus à la tête d’une équipe de Quidditch ou d’un club de Poudlard que préfète.

Crockon : à vrai dire, ni l’un ni l’autre ne me tente. Mais puisqu’il faut choisir, préfet !

Teatime : C’est le balai entre les jambes qui ne te tente pas ?

Crockon : Si seulement on pouvait faire du Quidditch avec des Hippogriffes !

Teatime : Moi je prends Quidditch mais avec un aspirateur !

Crockon : Je te dis pas à la fin du match ce que tu vas t’amuser à démêler tous les câbles !

Teatime : Je te signale, Monsieur High Tech, qu’il existe aujourd’hui et depuis un moment déjà des aspirateurs sans fil !

Tuer Voldemort ou Ombrage ?

Teatime : le meurtre, c’est mal. Ombrage est pire que Voldemort et un accident et si vite arriver …

Crockon : Le meurtre, c’est mal.

zeliezazou : Tuer les 2 😛

Ordre du Phénix ou Mangemort ?

Teatime : La Résistance ou les Nazis … ? L’ordre du Phénix !

zeliezazou : Ordre du Phénix

Crockon : Les mangemorts ont quand même les baguettes les plus cools … mais ordre du Phénix !

Sirius ou James ? 

Teatime : Sirius. Il est adorable, serviable, marrant et un poil moins petit con que James.

Crockon : Je me reconnais tellement dans le côté paria de Sirius, jusqu’à sa façon de clamser !

zeliezazou : Encore une question difficile. Honnêtement, les 2 ont l’air d’avoir été de sacrés sales cons dans leur jeunesse, et c’est un peu resté chez Sirius adulte (dans son comportement des fois, notamment avec Kreattur). Ceci dit je vais quand même choisir Sirius parce qu’on le connait mieux que James et que c’est un très bon parrain pour Harry, qu’il aide l’Ordre et qu’il ne semble pas avoir forcé une fille à se mettre avec lui, alors que James… On peut vraiment se poser la question avec Lily)

Reliques ou Horcruxes ?

zeliezazou : Reliques

Teatime : C’est pas la même chose ?

zeliezazou : Les reliques, ce sont les 3 objets que la mort aurait offert aux frères Peverell (conte des 3 frères). Les posséder toutes en même temps fait de toi le maître de la mort.

Teatime : Ah ok, c’est bon je vois !

zeliezazou : Les horcruxes quant à eux sont des objets dans lesquels tu enfermes une partie de ton âme pour pouvoir survivre si ton corps meurt. Bah il est GRAND TEMPS que vous revoyiez HP7.1 et 7.2, et surtout que vous (re)lisiez HP7 lol

Teatime : T’inquiète, je refais le lien mais je crois qu’avec le temps on a associé l’idée des horcruxes avec le mot reliquaire puisque c’est un peu la même chose. Alors que les Reliques de la mort font plus « objets badass » issus d’un conte. Bon bah dans ce cas là, je dirais Reliques de la mort !

Crockon : Ce qu’il y a de dérangeant avec les reliques, c’est qu’au final, c’est que de la poudre aux yeux ! Quoique la cape d’invisibilité, ça en jetait un max ! J’aurais bien pris Horcruxes mais je prends les reliques, parce que … LE MEURTRE, C’EST MAL !

La pierre de Résurrection, la Cape d’invisibilité ou la Baguette de sureau ? 

Teatime : L’invisibilité !

zeliezazou : Cape d’invisibilité !

Crockon : La Cape d’invisibilité ! Et même que s’ils la faisaient XXXL, on pourrait faire des trucs cochons dans la rue !

Livres ou Films ?

zeliezazou : Livres, sans la moindre hésitation (je suis en train de les relire pour la énième fois d’ailleurs. J’en suis au 4 là)

Teatime : Les livres illustrés par Jim Kay !

Crockon : Livres, Films, soirées et histoires de fan mais pas les homo-érotiques entre Harry et Drago !

Teatime : Il faut que je te fasse écouter le Podcast en anglais : Potterotica ! C’est une vision érotique, drôle et sans tabou de l’univers d’Harry Potter (Warning Explicit Content) !

Comme d’habitude, si vous aimez ce TAG et que vous ne l’avez pas déjà repris … n’hésitez pas à le reprendre à votre sauce ! Et pourquoi pas une sauce aux marrons ?

En attendant, passez une belle journée !

 

Hogwarts, Harry, Potter, École De Magie, Château