Enfers et Fantômes d’Asie

Aujourd’hui, nous vous proposons un #VendrediLecture un peu spécial. Nous partons pour un voyage culturel fantastique, curieux, beau et effrayant avec le catalogue de l’exposition la plus courue de Paris :

DSC04485Catalogue de l’exposition :
« Enfers et fantômes d’Asie »
Ouvrage collectif sous la direction de Stéphane Du Mesnildot et de  Julien Rousseau
Coédition Flammarion / Musée du quai Branly

4ème couverture :

« Fantômes  vengeurs et affamés, spectres de la jungle et vampires sauteurs… Le  monde asiatique de l’horreur est peuplé de créatures fantastiques. Les  supplices et les revenants des enfers ont traditionnellement inspiré la  peinture bouddhique, cependant, c’est à travers des récits populaires,  adaptés au théâtre puis au cinéma, que les spectres d’Asie sont  apparus. Souvent, ces esprits se manifestent pour réparer une injustice,  accomplir un destin interrompu ou, tout simplement, raconter leur  histoire.
Enfers et fantômes d’Asie propose une anthologie de  récits richement illustrée d’œuvres phares, des premiers siècles à la  «pop culture», et montre qu’au-delà de l’horreur, les arts ont permis  aux vivants de construire une relation avec les défunts. »

Âme sensibles s’abstenir. 

Il y a des fantômes amusants, de la série B marrante, de jeux vidéos chouettes, mais il y a aussi du gore dans cette expo.

Ce petit catalogue a réussi l’exploit d’être encore plus fascinant que l’exposition qu’il présente. Vous retrouverez dans ce grand ouvrage des estampes de fantômes réalisées par Hokusai, des costumes de théâtre nô, des statues incroyables, des décors de théâtre, des propositions cinématographiques amusantes et horrifiques, des masques et des costumes, etc….

Il se découpe en 3 parties, classique : Visions des Enfers, Fantômes errants et vengeurs et la chasse aux fantômes. Son contenu est vraiment sympa. Je vous invite à le feuilleter !

DSC04487

A travers ses pages, vous aurez l’occasion de retrouver les sensations étranges que procure cette exposition. Et puisque c’est une des expositions les plus populaires du moment , grâce au catalogue, vous pourrez enfin comprendre toutes les subtilités entre les différents types de fantômes et visions des enfers. Bonne chance pour se frayer un chemin à travers la foule pour lire les panneaux !

pacman-149704_640

C’est une exposition qui évoque les mythes et légendes liés aux royaumes des morts et à la manière dont ils ont été transmis jusqu’à aujourd’hui dans la culture pop, dans les mangas, les films ou encore les jeux vidéos. La scénographie de l’exposition est brillante. Vous vous retrouverez immergé dans les différentes visions des enfers et des fantômes de l’Asie d Sud-Est. Et en plus c’est interactif ! D’ailleurs, à la fin de votre visite vous aurez l’opportunité de jouer à 3 jeux vidéos sympas (et oui, il y a pac-man parmi eux).

Pour en savoir plus, je vous invite à regarder cette interview du chef d’exposition par les Inrock :

Pourquoi je vous en le aujourd’hui alors que ça fait presque deux mois que nous l’avons vu ?

> Alerte Bon Plan Sortie du Week-End ! <

Parce que ce Week-End au musée du Quai Branly vous attend un Week-End d’Enfers.

Vous pourrez chasser les fantômes dans ses jardins, écouter des musiciens, apprécier le Bûto, la danse des ténèbres, vous faire une toile, éveiller vos papilles gustatives aux saveurs asiatiques dans son restaurant etc ….

Si vous êtes sur Paris ce Week-End, n’hésitez pas !

L’événement est gratuit. Pour en savoir plus, Cliquez ICI !

L’exposition dure jusqu’au 15 juillet.

En attendant, à Vendredi Prochain pour une nouvelle aventure !

 

Publicités

Le retour du feuilleton de l’été

Sur la plage ou au bureau, il y a une chose que nous suivons tous en été, volontairement ou non. Ce sont les feuilletons !

Si vous étiez déjà avec nous l’année dernière, vous avez déjà une petite idée de notre sujet du jour. Pour les autres, il y a le replay > Cliquez ICI < et sinon, ne vous en fait pas, on vous explique tout, maintenant !

Aujourd’hui, nous allons parlé de :

ÉTÉ 2

35026286_10156994900326756_4035103426491711488_n

Le grand feuilleton que nous suivions l’année dernière a enfin sa suite sur intagram !

Cette BD écrite par Thomas Cadène et Joseph Saffiedine, d’après tif de Camille Duvelleroy, illustrée par Erwan Surcouff et mise en musique par Santoré sera la brise de fraîcheur de votre été.

L’année dernière, nous suivions  l’histoire d’Adel, 28 ans, et Olivia, 29 ans, en couple depuis un an. Il s’apprêtait à emménager ensemble. Avant de faire le grand saut, ils choisissent de se séparer 2 mois afin de ne rien regretter. En totale liberté, sans contact. Ils ont réalisé chacun de leur côté leur Bucket list, une liste des choses à faire (avant de mourir dans une relation de couple ?).

A la fin de l’été dernier, /alerte spoiler de la saison1, nous avions découvert que été, le mot comme la BD était un palindrome. Cette BD peut se lire dans les deux sens. Le soucis, c’est qu’en fonction du sens que vous choisissez. A la fin, Adel et Olivia ne finissent pas forcément ensemble. Je ne sais pas pour vous mais la coexistence de ces deux fins m’avaient rendu aussi dingue que le chat de Schrödinger dans sa boîte !  /Fin de l’alerte Spoiler

Nous avions eu la joie de découvrir les histoires de cœurs et de culs de futurs trentenaires attachants. L’idée de suivre une BD sur instagram est vraiment sympa.

C’est donc avec impatience que j’attend la suite des aventures d’Abel et Olivia !
La saison 2 débarque fin juin ! Vous pouvez y accéder en cliquant ICI.

Si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir la première saison d’été, vous pouvez la retrouver sur instagram été_arte ou en librairie aux éditions Delcourt (Cliquez Ici pour plus d’informations).

Quoi qu’il arrive, passez un bel été et restez couverts ! 😉

Blogger Recognition Award

Les flashs crépitent, le tapis rouge est déroulé, les tenues de soirées sont au rendez-vous et vous assistez actuellement à la remise de prix la plus convoitée de la blogosphère !

Le public est en effervescence. Nous parvenons à entendre toutes ses questions : Est-ce qu’il y aura George Clooney ? Tom Hanks a t-il été engagé pour servir les cocktails ? Je sais que la tendance c’est Sparkle like Markle (éclatant comme une duchesse du Sussex ) mais il n’y aurait pas trop de brillants sur la robe de la présentatrice ? Mais au fait, c’est une cérémonie pour quoi ?

Ce à quoi nous ne pouvons répondre que : Peut-être bien, certainement, jamais assez et … Oui, vous l’avez bien remarqué nous célébrons aujourd’hui le Blogger Recognition Award !

Nous l’avons récemment reçu de la part de l’immense star des fourneaux Marie du blog United Colours of Macarons (rien que l’intitulé de son blog nous donne faim) !

Cette récompense unique est remise d’influenceur/seuse à influenceur/seuse pour crier au monde entier qu’un blog nous plaît. La seule manière de l’accepter est de rédiger quelques lignes expliquant comment est né notre blog et de donner quelques conseils aux nouveaux blogueurs. Ainsi nous pouvons célébrer nos blogs chouchous et aussi pourquoi pas transmettre la vocations à d’autres tout en leur permettant d’éviter de commettre trop d’erreurs !

Nous remercions donc chaleureusement Marie du blog United Colours of Macarons pour ces recettes originales et toujours délicieuses. > CLIQUEZ ICI < pour découvrir son blog !

blogger-recognition-award-three

Comment est né mon blog?

C’était la semaine de l’investiture de Trump. J’en étais malade. Il fallait que je construise quelque chose avec des amis, quelque chose de positif. Alors j’ai demandé à ZelieZazou de participer parce qu’elle a eu un gros effet anti-dépresseur sur moi, notamment à l’adolescence quand elle me racontait des tas d’histoires des 4 coins du monde, de ses lectures. J’ai aussi proposé à ma moitié, sans demi-mesure, de participer parce que je me suis dit que ça l’aiderait à se débloquer vis à vis de l’écriture. Je pensais pas devenir la principale contributrice du blog. En tout cas, j’ai rencontré une jolie communauté de bloggueurs/bloggueuses, de lecteurs et lectrices. Et ça m’a bien réchauffé le coeur !
Quand au nom de notre blog …
Je n’ai pas réfléchi une seconde au titre du blog. Au départ, j’étais juste en train de trifouiller wordpress histoire de voire comment ça marche. J’ai mis un titre un peu aléatoire. Cro et moi étions en mode thé et nous revenions d’un voyage extraordinaire à Londres. Et voilà comment le titre du blog est né.

Mes conseils aux blogueurs débutants:

1- Lorsque vous créez votre nom de domaine, vérifiez bien que vous n’avez pas fait une faute impardonnable de grammaire ou d’orthographe. (si comme nous vous avez un nom de domaine honteux, amusez-vous en 😉 )

2- Soyez égal à vous même en toute circonstance. Si vous vous faites passer pour ce que vous n’êtes pas, ça se verra. Ça gonflera vos lecteurs et ça vous fatiguera nerveusement. Alors n’utilisez pas un vocabulaire pompeux pour vous donner un genre, n’allez pas dans des sujets qui vous gonflent pour faire comme tout le monde. Un cœur sincère est plus léger !

3- Ecrivez sur tout ce que vous aimez. Vous n’êtes pas obligé de vous fixer à un unique sujet. Ecrire sur ce que l’on aime fait oublier que rédiger un blog, c’est chronophage.

4- Prenez du temps pour vous. Tenir un blog demande de la régularité mais si vous commencez à vous mettre la pression, vous ne ferez rien de bon. Alors apprenez à lâcher prise.

5- Parfois on est super productif, parfois pas du tout. Utilisez vos instants de surproductivités pour rédiger des articles qui seront programmés quelque part dans un futur plus ou moins proche. Ça vous permettra de vous la couler douce 😉

olders muppets

6- Il n’est pas toujours évident d’avoir dans ses images personnelles, des images qui correspondent parfaitement à nos sujets. Vous pouvez citer vos sources quand vous piquez des images sur des sites à condition de ne pas en faire un usage commercial (prévenez les auteurs si c’est possible) sinon il y a les images libres de droit. Vous trouverez des sites de références d’image libre de droit en cliquant ICI.
Personnellement, j’utilise Pixabay et  Giphy pour les gifs.

7- Pour avoir un bon référencement, autrement dit pour que Google vous classe correctement dans ses recherches sans que vous n’ayez à le payer, il est intéressant d’inscrire votre blog sur les réseaux sociaux classiques (facebook, insta, twitter, etc…) mais aussi sur les réseaux sociaux de blogs (Hellocoton, Bloglovin, Inspilia …). Vous n’êtes pas obligé de tous les utiliser, ou de les fréquenter régulièrement. Tea Time in Bloomsbury n’est pas présent partout et pourtant nous avons un bon référencement.
Le vrai intérêt des réseaux sociaux et surtout la version blog, c’est de rencontrer, de découvrir d’autres univers, de rencontrer d’autres blogueurs, d’autres point de vue.

8- Restez simple, clair et concis afin que tous puissent vous comprendre et vous lire.
Certains vous trouveront parfois trop simpliste et se sentiront d’humeur à vous faire un cours magistral sur un sujet que vous maîtrisez par cœur. Mettez votre fierté de côté, votre but sera malgré tout accompli car tous aurons compris votre message.

9- Faites vous plaisir et soyez heureux. C’est un loisir. Vous n’êtes pas rémunéré, vous n’avez pas signé de contrat. Si un jour, ça vous gonfle, passez à autre chose.

10- Certaines personnes investissent des fortunes pour leur blog dans le but de peut-être un jour être reconnu par une marque et avoir des cadeaux de celle-ci. Ce sont les gens qui appellent leurs lecteurs, les dreamers. Parce que le but est de vous faire rêver de trucs dont vous n’avez pas besoin et ne voudriez pas en temps normal. Ne devenez pas comme ça. Ça n’en vaut pas la peine.

chat lunettes

Les nominé(e)s pour le Blogger Recognition Award :

Voici le moment que vous attendez tous et toutes. Les 15 blogs que je nomine à mon tour: dans les domaines : cuisine, photos, art, humeurs, livres, lifestyle (…) sont :

Nos lectures pour les parents et les enfants
retrocaming – retrogaming
C’est quoi ce Bazar ?
La cueillette d’une roussette
Ce soir on bookin

Page 39
Entre deux lignes
Je Marine dans le Bonheur
L’histoire du jour
Legere Imaginare Peregrinare

Le blog d’Angelakoala
BadCultures
Lisez moi ça
Glamortblog
Teatime&Delicatessen (même si ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu_miss you)

Il y en a pour tous les goûts, n’hésitez pas à aller faire un petit tour chez eux !

Et enfin, voici les règles pour les nominés, pour présenter votre Award :

  1. Écrire un article montrant votre Award
  2. Dans cet article, remercier le blogueur qui vous a nominé et donnez le lien vers son blog
  3. Décrire brièvement comment est né votre blog
  4. Donner quelques conseils aux blogueurs débutants
  5. Sélectionner 15 blogs qui selon vous méritent l’award
  6. Allez écrire un commentaire sur chacun de ces blogs pour leur faire savoir que vous les avez nominés
  7. Soyez inspirés pour profiter de chaque instant tous les jours de votre vie.

Notez bien que vous n’êtes obligés ni d’accepter l’Award, ni de participer. Vous pouvez laisser librement parler la Katherine Hepburn qui est en vous, on ne vous en tiendra pas rigueur !

Félicitations aux nominé(e)s !
Encore Merci à Marie de United Colours of Macarons !

Et à très vite pour de nouvelles et folles aventures !

A distant View of Everything

Pour ce #VendrediLecture, on s’offre une virée à Edinburgh/Edimbourg!

DSC04481Le club des philosophes amateurs : Un peu de recul chère Isabel !
A Distant View of Everything, An Isabel Dalhousie Novel
D’alexander McCall Smith
Traduit par Denyse Beaulieu
Editions anglophone : Abacus
Editions française : JC Lattès

Présentation by La Fnac   (les 4èmes de couv’ étaient vraiment mauvaises) :

« Isabel et son mari Jamie sont comblés par la naissance de leur deuxième enfant. Mais Charlie, qui n’a pas encore quatre ans, ne raffole pas de son  petit frère. Pire, il fait comme si Magnus n’existait pas. Isabel doit trouver le moyen d’inculquer à son fils aîné la patience et la compréhension qui l’ont guidée dans sa propre vie.
Ce sont précisément ces qualités qui ont poussé Bea Shandon, une vieille copine de lycée d’Isabel, à lui demander de l’aider à résoudre une situation délicate. Lors de son dernier dîner Bea, qui adore jouer les marieuses, a présenté une amie fortunée à un chirurgien plastique. Lorsqu’on révèle à Bea certaines informations troublantes sur ce dernier, elle craint d’avoir commis une erreur en orchestrant cette rencontre. Isabel accepte de se renseigner. Mais lorsque son enquête prend un tour inattendu, elle commence à se demander sur qui, au juste, elle devrait enquêter.« 

DSC04482
La V.O. est vachement plus chouette  (plus légère et plus jolie)

Il s’agit de l’avant dernier épisode de la série du club des philosophes amateurs d’Alexander McCall Smith. Personnellement, je trouve que son titre français a quelque chose de puant qui fait penser à de la misogynie, à cette tendance datant du XIXème qui colle le mot hystérie sur la face des femmes.  C’est certainement une maladresse involontaire mais ça peut clairement rebuter la lecture de ce livre. Le titre V.O. a quelque chose de plus scientifique, quelque chose qui rappel un peu The Theory of Everything: The Origin of Fate and The Universe de Stephen Hawking. Plus en accord avec le thème de ce livre, où au final on parle un peu de tout, comme vous le verrez.

« La bouffe d’abord, la morale ensuite ! »
Bertold Brecht.

Si vous ouvrez ce livre, rangé dans le rayon Policiers de votre librairie/bibliothèque, vous tomberez sur un cosy cosy cosy cosy mystery. Le mystère au cœur de cette enquête menée par Isabel Dalhousie est aussi peu signifiant qu’une enquête menée dans la vraie vie par un enquêteur classique. Il est rarement question de meurtre dans la vraie vie mais plus d’adultères et de petites escroquerie. L’enquête ici tient en une vingtaine de pages dans la versions française (encore moins en V.O., il faut dire que la police de caractère est un chouilla plus petite). Une enquête qui vous laissera pentoit.

Mais que ce passe-t-il dans le reste du roman ?

Le reste du roman est un bain chaud, délicieux, chaleureux et bien souvent on s’y endort. Et puis vous tiquez quand la mousse vient vous piquer les naseaux.

Vous entrerez ainsi dans les pensées d’Isabel, une philosophe fortunée, qui dirige une revue scientifique universitaire, travaille gratuitement pour sa nièce dans une épicerie. C’est une femme sympathique avec une vie intérieure très prenante. Elle rêve, réfléchit à des tas de sujets passionnants comme les citations d’hommes célèbres, l’Enéide, la construction d’une cathédrale en carton en Nouvelle Zélande, la latitude, la jalousie, l’étique du sommeil, les magnets de frigo, le couple, les noms donnés aux enfants, les écologistes extrémistes, le harcèlement, le concept confidentialité et son caractère intangible, l’homosexualité, les idées préconçues, les ragots, les olives, la synesthésie ou encore faut-il ou non nourrir un animal sauvage qui squatte son jardin ? (et je vous en passe des meilleures).

DSC04473
Hmmm … Pertinent, pertinent !

Alexander McCall Smith est un conteur plein de charme, on ne peut le nier. En le lisant, on trouve des pensées très actuelles comme l’absurdité de l’injonction à la masculinité (Boys gonna be Boys) et le mal-être qu’elle génère au sein de toute l’humanité. Et à côté, on lit des trucs absurdes comme une nana qui vient d’accoucher de son deuxième enfant sans souci, donc une femme de moins de 40 ans, qui n’a jamais fait de selfie (c’est un truc qu’on ne connait pas dans sa génération), qui a le sentiment d’avoir pleinement vécu les années 60 et qui est surprise que des gens aillent de nos jours sur des sites de rencontres (et je ne parle même pas de Tinder). On tique, ça démange comme la mousse de notre bain quand on s’endort. Bref, c’est à ce moment là qu’on se réveille et qu’on se dit … hmm, c’est vrai qu’il est plus très jeune ce McCall Smith.

bagpipes-2780591_640

C’est un livre pas très intéressant mais bien écrit et plutôt touchant. Durant sa lecture, vous aurez pleins d’anecdotes et de faits à raconter à votre entourage. C’est un petit livre qui rend bavard. Vous n’avez pas besoin d’avoir lu la série par son commencement pour la suivre mais si vous prenez un de ces romans au hasard, vous risquez d’être déçu. Si vous cherchez un cosy mystery avec une enquête intéressante façon Agatha Raisin, le premier tome est plus adapté (il est question d’un meurtre, parait-il). Si vous êtes plus branché cosy, philosophie, bavardage et bain chaud (ce qui arrive souvent lorsque l’on vient de terminer un thriller perturbant), ce livre est fait pour vous.

Je vous le conseil en V.O., il est plus léger, plus marrant, plus touchant. Vous aurez moins le sentiment d’avoir coupé un cheveu de Kant en quatre.

En attendant, je vous laisse avec la citation la plus chou de ce livre :

« Charlie s’affairait avec l’une de ses petites voitures, qu’il avait trouvé sous la table. C’était une voiture de police Citroën Type H avec de minuscules portières qui s’ouvraient. Elle s’était écrasée contre un pied de table lors d’une poursuite automobile. A quelques centimètres de là, renversée sur le côté, gisait la Mercedes rouge cabossée que des desperados lilliputiens avaient empruntés pour fuir. Ce drame miniature s’était soldé par la victoire des forces de l’ordre, reflétée par les larges sourires peints sur les figurines en métal des policiers. Dans le monde des petites voitures, ils gagnaient toujours. »
Un peu de recul chère Isabel !, Alexander McCall Smith

Et je vous dit à Vendredi prochain pour une nouvelle aventure !

Si vous aussi vous avez un chat serial lecteur, rejoignez notre TEAM Blog à Chat !
Pour plus d’informations > Cliquez ICI<

Mercredi, on joue (8)

Cette semaine, nous allons vous demander de préparer avec vous des tubes d’Arnica, de la crème solaire et tout autre objet que vous emmèneriez avec vous si vous deviez rester coincé sur une île déserte. Ne soyez pas timide, nous savons que vous êtes rodé à la question depuis que vous avec vu les ours polaires de Lost, construit un radeau de survie avec Wilson dans Seul au Monde et découvert que rester pieds joints sur une poutre dans Koh Lanta ne servait franchement à rien si ce n’est chopper une bonne insolation.

Cette semaine, on joue à …. TINKER ISLAND !

De mémoire de Mercredi, on joue, c’est bien la première fois que nous vous proposons un jeu sur mobile, free to play (1) ! Mais nous nous sentons obligés de vous parler de ce petit jeu édité par Kongregate qui nous a rendu totalement accroc.

L’histoire :

Mary, Jenny et Robert ont fait naufrage sur une île déserte. Avec l’aide du charismatique Joueur, vous-là, ils chercheront par tous les moyens à survivre et à s’échapper de cette maudite île.

Vous devrez alors leur donner des missions comme explorer l’île, récupérer des ressources, construire des objets et des bâtiments, combattre des créatures hostiles pendant que vous vous occuperez lascivement de votre jardin et des petits oiseaux de l’île. Pour accomplir ces missions, les naufragés ont des aptitudes plus ou moins développés, indiquées par 4 jauges (une loupe pour explorer, un marteau pour bâtir, une main pour ramasser les ressources ou aller à la mine et une épée pour combattre). Personne n’est inactif sur l’île. Il vous faudra donner à chacun une mission.

En explorant la carte, vous vous rendrez rapidement compte que cette île n’a rien de commun. Un journal d’exploration vous tiendra régulièrement informé des découvertes de vos naufragés sur l’île et vous invitera, vous leader suprême plein de bonté, à prendre des décisions pour vos naufragés ou à répondre à des énigmes. Vos décisions vous offrirons de belles récompenses ou de sacrés ennuis !

son-destin-ile-tinker-no

Notre Avis :

Son apparence de jeu retro, son humour et sa jouabilité nous ont tout de suite attiré. C’est vrai, au début, nous étions un peu froid à l’idée de devoir attendre pour accomplir des actions. Mais au final on n’attend jamais longtemps, parce qu’on a un jardin à tenir et qu’il y a beaucoup d’activités qui ne prennent que 5 secondes.

C’est un petit jeu plaisant, chronophage et addictif. Il est bourré de références cinématographiques, demande d’être stratège, pose des énigmes intéressantes. D’ailleurs faites attention si vous jouez en français. Les traductions ne sont pas toujours correctes et ça peut vous jouer de mauvais tours dans la résolution d’énigme.
J’ajoute que la bande son est vraiment chouette et un dernier point, qui nous a beaucoup plu : vous pouvez y jouer hors ligne (2) !

Si vous vous sentez un peu seul en y jouant, vous trouverez une communauté de fans au taquet sur reddit : Cliquez ICI.

Ce jeu est disponible sur IOS et Android.
Vous trouverez un lien pour le télécharger gratuitement sur Google Play : en cliquant ICI.

Si vous cherchez un petit jeu mobile, drôle et sympa, installez vous sur Tinker Island !

(1)Je sais le principe du free to play vous hérisse le poil. A nous aussi. C’est vrai, combien y a t il de jeu prétendument free to play ou vous devez en réalité payer pour accéder au niveau suivant ?
Là, vous n’êtes en aucun cas obligé d’acheter pour progresser dans le jeu.
(2) La 3G, c’est comme les antibiotiques.

Colore le Monde

Des goûts et des couleurs, on ne discute pas. Ou peut être que si.
Notre #VendrediLecture est consacré aux couleurs avec :

Le petit Livre des Couleurs,
de Michel PASTOUREAU
et Dominique SIMONET
Editions : Points

4ème de couverture :

« Ce n’est pas un hasard si nous voyons rouge, rions jaune, devenons verts de peur, bleus de colère ou blancs comme un linge. Les couleurs ne sont pas anodines. Elles véhiculent des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens cachés qui influencent notre environnement, nos comportements, notre langage, notre imaginaire. Les couleurs ont une histoire mouvementée qui raconte l’évolution des mentalités.
L’art, la peinture, la décoration, l’architecture, la publicité, nos produits de consommation, nos vêtements, nos voitures, tout est régi par ce code non écrit.
Apprenez à penser en couleurs et vous verrez la réalité autrement !« 

Si vous êtes comme nous, vous allez passer des heures à jouer avec le petit cadran de couleurs de la couverture et peut être rentrer dans une grande réflexion sur votre fascination pour faire tourner des objets ronds avec vos doigts. Mais n’est ce pas plutôt l’attrait des couleurs ?

Au bout de plusieurs heures ou de plusieurs jours, vous vous déciderez enfin à rejeter quelques minutes l’objet de vos désirs(1) pour découvrir le contenu de ce tout petit ouvrage(2).

Vous tomberez alors sur une conversation passionnante entre Dominique Simonet, romancier et essayiste, à l’âme de poète et ❤ Michel Pastoureau ❤ , historien médiéviste et peintre. Et vous découvrirez ceci :

« Les couleurs ne sont pas anodines, bien au contraire. Elles véhiculent des codes, des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens variés qui influencent profondément notre environnement, notre langage, notre imaginaire.
Les couleurs ne sont pas immuables. Elles ont une histoire, mouvementée, qui remonte à la nuit des temps et qui a laissé des traces jusque dans notre vocabulaire : ce n’est pas par hasard si nous voyons rouge, rions jaune, devenons blanc comme un linge, verts de peur ou bleus de colère….
[…]
On verra ici comment la religion les a mises sous sa domination, comme elle l’a fait d’ailleurs pour l’amour et la vie privée. Comment la science s’en est-elle mêlée, débordant sur la philosophie – onde ou particule ? Comment la politique, aussi, s’en est emparée – les rouges et les bleus n’ont pas toujours été ceux que l’on connait. Et comment, aujourd’hui, nous sommes toujours lestés par cet étrange héritage. L’art, la peinture, la décoration, l’architecture, la publicité bien sûr, mais aussi nos produits de consommation, nos vêtements, nos voitures…. Tout ceci est régi par un code non écrit dont les couleurs ont le secret. »
Avant-propos de Dominique Simonet, Le petit livre des couleurs.

C’est un petit livre adorable, amusant, enjoué, poétique, pas prétentieux pour un sou, abordable dans tous les sens du terme et il vous en dira énormément sur vos goûts et vos choix en matière de couleurs.
De plus, il vous permettra d’argumenter si vous ne souhaitez pas vous marier en blanc ou être habillé en noir pour un deuil. Grâce à lui, vous comprendrez pourquoi la plupart des gens aujourd’hui adorent le bleu alors que les romains méprisaient cette couleur.
Enfin, dernier point positif, ce petit livre ne se limite pas aux conceptions des couleurs en Europe. Vous en saurez aussi d’avantage sur la vision des couleurs sur d’autres continents.cups-2792581_640

Que ce soit pour répondre à vos questions ou simplement pour passer le temps dans un univers coloré, je ne peux que vous conseiller ce petit livre des couleurs. Vous en apprendrez beaucoup sur l’univers qui vous entoure et sur vos propres goûts.

Et je vous dis à Vendredi prochain pour une nouvelle aventure !

En attendant, je vous laisse avec les Innocents(3) :

1-Ce n’est pas un adieu, juste un ciao à plus. Ce n’est pas toi, petit cadran, c’est moi …
Nan, ne me regardes pas comme ça, tu le sais très bien car c’était écrit dans les lignes de ta main … Comment ça tu n’as pas de main ? Et tu t’étonnes que je te quitte ?
2-Il est petit est mignon. Et puis cette semaine, c’était soit un petit livre documentaire sur les couleurs soit le manuel d’utilisation de ma nouvelle machine à coudre !
3-Et pour ne pas brusquer nos amis ardennais, je vous laisse aussi avec Les voyelles de Rimbaud :

 

A noirE blanc, I rougeU vertO bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,Golfes d’ombre ;

E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
– O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! –

Mercredi, on joue ! (7)

C’est mercredi et c’est aussi l’occasion de reprendre du poil de la bête du côté d’une de nos rubriques préférées : Mercredi, on joue !
Alors, à quoi va-on jouer aujourd’hui ?

DSC04461

Cette semaine, on lutte contre une invasion de bébés dans Bears vs Babies !
C’est un jeu de cartes créé par Elan Lee et Matthee Inman (ils sont aussi les inventeurs de Exploding Kittens mais ça, c’est une autre histoire) où des créatures monstrueuses terrestres, marines ou volantes doivent se battre contre d’autres créatures encore plus monstrueuses qui portent des couches et conduisent occasionnellement des tanks, des bombardiers et autres sous-marins  !

Vous trouverez deux types de cartes : les « ours » et les bébés. Les ours sont des montres de type Frankenstein que vous devez composer vous mêmes ! Vous trouverez donc dans la pile de cartes, des bras, des tentacules, une tête de pygargue, des jambes, des tutus, des troncs, des armes, etc … En face vous avez une armée de bébé (armée de terre, marine et armée de l’air).

DSC04463

La guerre est commencée par la provocation des bébés lorsque vous l’avez décidé ou lorsque vous avez eu la malchance de tirer une carte provocation. Les bébés attaquent toutes les créatures des joueurs à la fois sans aucune distinctions. Le joueur gagne ou perd le round en fonction de la force de sa créature comparée à la force de la horde de bébés qu’il vient de combattre. La force est déterminée par la somme des points indiqués sur chaque carte.
L’idée principale est de provoquer l’armée de bébé avant que les créatures de vos adversaires soient assez fortes pour gagner. Il y a des cartes supplémentaires dans le jeu pour aider le joueur à renforcer son armée, ou attaquer les créatures des autres joueurs. Ces cartes se composent de chapeaux, d’outils et d’armes.
Celui qui a mangé le plus de bébé à gagner !

C’est un petit jeu très sympa et très convivial. Il déborde d’humour.
Les créatures sont très bien dessinées. Les bébés sont effrayants au possible.
C’est un jeu idéal pour une soirée entre potes ou à un apéro. Les parties durent d’ailleurs la durée d’un apéro.
Petit détail qui peut en décourager certain(e)s : les instructions sont en anglais. Mais franchement, c’est un jeu facile à comprendre et qui se maîtrise rapidement. La seule compétence, qui vous est réellement demandée, est de maîtriser l’art délicat de l’addition !
Il existe à la vente une add-on NSFW, un ajout pour adultes. Je ne l’ai pas pris car je l’ai trouvé franchement sans intérêt.

C’est un jeu qui a pu voir le jour grâce au financement participatif et qui a connu un grand succès aux États Unis.
Il est disponible sur Amazon : Cliquez ici pour y accéder.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur leur site off :
https://bearsvsbabies.com/

Si vous aussi vous avez envie d’aider les ours à sauver leur peau plutôt que de la vendre, n’hésitez pas à rejoindre notre partie ! 😉

baby-507133_640

Là où naissent les Dieux

Il y a un genre qui est un poil sous représenté sur ce blog : la fantaisy !
Ce #VendrediLecture devrait combler cette absence !
Ensemble, nous allons plonger dans l’univers étrange d’un petit livre qui mérite d’être connu. Un petit livre découvert au hasard d’une recherche sur Amazon.
Aujourd’hui, nous allons :

là où naissent les dieuxLà où naissent les Dieux,
de Emilie Bérault
Vendu Ici par Amazon.

4ème de couverture :
« C’est un soir d’octobre comme les autres pour Sarah, une jeune femme sans histoires qui est loin de se douter que sa vie va basculer dans l’étrange. En tentant de secourir un inconnu, elle se retrouve bien malgré elle dépositaire d’un fardeau qui semble aiguiser toutes les convoitises.

Elle découvre soudain un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence, peuplé de dieux et de fées, de mages et de chevaliers. Pourchassée par l’implacable Veneur, elle se lance dans une quête qui la mènera des forêts de Bretagne aux mystérieux souterrains qui s’étendent sous Paris. Commence alors un périple semé d’embûches et de rencontres inattendues, où elle devra apprendre à reconnaître les amis des ennemis.

Car des choix qu’elle fera pourrait dépendre bien plus qu’elle ne l’imagine…« 

C’est un petit roman en auto-édition qui vaut le détour. Il est bien plus appétissant que ce que la 4ème de couverture ne laisse à penser.

L’histoire est dynamique et bien raconté. Il y a quelque chose dans l’atmosphère qui m’a fait penser à une mini-série très kitsch qui était souvent diffusée à Noël dans les années 2000 : Le 10ème royaume.
L’histoire d’une jeune femme de Manhattan et de son père qui un jour tombe accidentellement sur un chien/prince charmant poursuivi par des trolls. Afin de sauver cette jeune fille et son père de la menace des trolls, ils les emmènent avec lui à travers un miroir magique jusqu’au 10ème royaume.
Si vous voulez en savoir plus sur cette série, je vous invite à regarder cette petite vidéo du Goat Gang (désolée, je n’ai pas trouvé de teaser sympa) :

Seulement ici, l’univers kitsch et romantique du 10ème royaume est comme entré en collision avec les rêves cauchemardesques et merveilleux de Neil Gaiman.

Dans une fête foraine prêt de Bordeaux une jeune femme, Sarah  tombe accidentellement sur  un homme blessé, qui venait tout juste d’échapper à une course poursuite avec des loups garous. Par un baiser il lui transmet une clé/le fardeau. Et c’est ainsi que le destin de Sarah changea pour toujours dans un monde où tous les mythes et légendes occidentales se mélangent.

Avec Sarah, vous allez voyager dans l’Ouest de la France ainsi que sur Paris, vous lier d’amitié avec une ogresse, un magicien et un moine-soldat et danser à une fête donnée par Obéron lui-même.

Le récit est dynamique, intelligent et bien écrit. Il aurait fait un merveilleux scénario pour Netflix ! On ne s’ennuie pas une seconde.

Bref, c’est un roman qui mérite d’être connu !
Pour conclure, je dirais que si vous cherchez un roman fantastique à très petit budget en format numérique, allez-y !

A la semaine prochaine pour un nouveau #VendrediLecture !

 

unicorn-3348780_640.png

Mercredi Websérie : AREL3

Nos petits Rendez-vous Mercredi, on joue et Cinéma du Mercredi vous ont manqué ?
Rassurez vous, nous sommes de retour pour vous jouer de mauvais tours !

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’une Websérie qui comme toutes les webséries m’a été présentée via le bouche à oreille. Je sais, ce n’est pas très hygiénique comme méthode mais c’est la meilleure manière d’en découvrir.

Voici comment elle m’a été présentée par @zeliezazou :
« Au fait, ça n’a rien à voir, mais Bruce d’e-penser sort une web série sur sa chaîne.
Les 2 premiers épisodes sont en ligne, les suivants sortiront au rythme d’un par semaine. Il y en aura 7 en tout.
Les épisodes sont courts, aux alentours de 5-7 min chacun.
Pour vous décrire brièvement le truc sans rien vous spoiler, des personnages se retrouvent coincés dans une situation bizarre. L’objectif est d’essayer de comprendre ce qui leur arrive. »

Cette Websérie, c’est AREL3.
En guise de mise en bouche je vous invite à voir ce premier épisode :

Actuellement, il y a 6 épisodes disponible sur la chaîne de e-penser sur Youtube
(Cliquez ICI pour y accéder). Le 7ème sort vendredi.
Il m’a fallu 3 épisodes pour accrocher à cette série et commencer à établir mes propres hypothèses. Il vous en faudra peut-être moins que moi.
En tout cas, ça fait longtemps que ça ne m’était pas arrivé !

Ah au fait, pour ceux et celles qui ne connaissent pas Bruce de E-Penser :

C’est un type un peu dégarni mais avec un prénom vraiment cool qui tient une chaîne de vulgarisation scientifique. Il parle par exemple de la théorie des cordes mais pas comme dans 50 nuances de Grey.  Inutile d’aller piquer tout le stock de cordes de Décathlon après avoir vu ses vidéos. Il parle aussi d’illusions, de phénomènes psychologiques et répond plus efficacement que WikiHow aux grands pourquoi de la vie : Pourquoi les anglais roulent ils du mauvais côté de la route ? Pourquoi la musique c’était mieux avant ? Pourquoi internet est le royaume des chats ?
Il a aussi à son actif deux ouvrages de vulgarisation scientifiques disponibles dans toutes les bonnes librairies et sur Amazon : Prenez le temps d’e-penser tome 1 et 2.
Pour ceux et celles qui ont pu voir L’Exoconférence d’Alexandre ASTIER. Bruce d’E-Penser était sa première partie : Cliquez ICI pour la (re)voir.
AREL3 est la première fiction format série qu’il réalise. Il a prévu plusieurs saisons. J’espère qu’il en aura les moyens.

Si la websérie vous plaît, n’hésitez pas à vous abonnez à sa chaîne Youtube !
Et si vous avez des hypothèses, partagez les avec nous, on a hâte de les connaître ! 😉

Source image à la une  : Ici

 

Pop corn, cocktail et fête des mères

S’il y a une chose que j’adore faire avec ma mère, c’est regarder des films. Avec elle, on n’a jamais l’impression d’avoir regarder le même film. Elle a tendance à me raconter une histoire qui non seulement est à mille lieux du scénario du film mais qui aurait pu faire un très bon film.
Alors en cette fête des mères(1), je vous ai sélectionné trois films disponibles en DVD et un cocktail pour un moment sensationnel !

Mamma Mia! pour une fête en-chant-ée

Réalisé par Phyllida Lloyd
Avec Meryl STREEP, Pierce BROSNAN, Colin FIRTH, Amanda SEYFRIED

Synopsis :
« Sophie (Amanda Seyfried), future mariée se lance dans la quête de son père avant le grand jour, mais rencontre un petit problème … elle n’est pas sûre de savoir de qui il s’agit. Après avoir lu en secret le journal intime de sa mère Donna (Meryl Streep), elle repère trois pères potentiels parmi les amants de celle-ci.
En cachette de sa mère, elle les invite tous les trois. Sophie essaye tant bien que mal de cacher leur présence, mais il en faut peu pour que le secret soit dévoilé et que la fête commence ! »

Pourquoi ?

C’est frais, c’est léger, c’est la promesse d’un bon moment ! Et puis c’est un bon rappel ! Après tout, Mamma Mia 2 sort bientôt !
L’histoire est sympa et met bien en avant les chansons d’ABBA. Le casting chante super bien et il y a une version karaoke dans le DVD !

Bad Moms la comédie Feel Good qui déculpabilise

de Jon LUCAS et Scott MOORE
Avec Mila KUNIS, Kristen BELL, Kathryn HAHN

Synopsis :

« En apparence, Amy a une vie parfaite : un mariage heureux, de beaux enfants et une carrière qui décolle. En réalité, elle se met tellement de pression pour être au top, qu’elle est sur le point de craquer. Au bout du rouleau, elle trouve comme alliée deux autres mères épuisées elles aussi par les règles imposées par Gwendoline, la tyrannique présidente des parents d’élèves. Ces trois nouvelles meilleures amies se lancent alors dans une folle virée en quête de fun et de détente, loin de leurs responsabilités. »

Pourquoi ?

C’est un film drôle et attachant qui parle de la charge mentale, de la conception sociétale de ce que doit être une mère et de l’incapacité à tout être de rentrer dans ce moule, de frustration, de la quête de soi, de l’acceptation de ses défauts qui sont en fait des forces. C’est la comédie feel good parfaite pour l’occasion !
Je n’ai pas sélectionné Bad Moms 2, tout simplement parce que ce n’est pas la saison !

Larguées
ou Snatched en V.O. : Quand vous avez une relation privilégiée avec elle

de Jonathan LEVINE
avec Amy SCHUMER, Goldie HAWN

Synopsis :
« Après s’être fait larguer par son petit ami la veille de leur départ en vacances vers une destination de rêve, l’impétueuse Emily Middleton (Amy SCHUMER) persuade sa mère, l’ultra prudente Linda (Goldie HAWN) de l’accompagner dans ce lieu paradisiaque. Quand le séjour vire au cauchemar, mère et fille réalisent qu’elles doivent mettre leurs différences de côté et travailler ensemble pour s’évader de la dangereuse aventure dans laquelle elles se sont embarquées. »

Pourquoi ?

Parce que le casting est génial. Parce qu’on a adoré Goldie Hawn dans Le club des ex. Parce que Amy Schumer est drôle et culottée. Parce qu’ensemble, elles forment à l’écran une famille dysfonctionnelle et déjantée typiquement américaine et totalement adorable !
Je vous le conseille en V.O. parce que les voix françaises sont franchement bof.
C’est un film potache et charmant. Comme quoi c’est possible !
Je ne l’ai pas encore vu avec ma mère mais franchement j’ai hâte qu’elle me raconte sa version à elle. Ça risque d’être encore plus déjanté que la V.O. à moins que ce ne soit encore plus mignon.

Et comme promis, voici le cocktail !

Sans alcool pour éviter qu’elle ne s’endorme pendant le film !
C’est un petit cocktail(2) tout simple que j’ai trouvé dans les rubriques cadeaux pour la fête des mères d’une enseigne un peu chelou. Bref, merci aux créateurs de la Love Box pour cette recette :

RIO

Avec tout ça, on vous souhaite une jolie fête des mères réelles ou fictives !

Bien sûr, si vous êtes dans un coin de pays où aucun orage violent ne menace, n’hésitez pas à vous faire une toile et pourquoi pas vous hasarder sur le film La fête des mère 😉

flower-2485019_640

(1) Je n’ouvrirai pas le débat sur cette fête. Je sais c’est déprimant entre le marketing sexiste, les bonbons Vichy, les colliers de nouilles, la fête des pères, des mamies …. Pourquoi on ne célèbre pas les oncles et les tantes, tant qu’on y est ? Pourquoi la fête des grand-père tombe en octobre quand tout le monde pense à fleurir des tombes ou à creuser des citrouilles plutôt qu’à offrir des cendriers en poterie à des non fumeurs ? Pourquoi il n’y a pas de journée international du hamster ?
(2) Dans la vraie vie le cocktail tire plus sur l’orange que sur le rose semi transparent (voire l’image à la une). Sinon, c’est une pure merveille, très rafraîchissante et acidulée !