Les Délices de Tokyo

Pour ce #VendrediLecture, je vous emmène manger des Dorayaki et voir les cerisiers en fleur au Japon !
Faites vos bagages et préparez vous à l’embarquement.

-Les-delices-de-Tokyo-Les délices de Tokyo,
de Durian Sukegawa
Editions : Albin Michel (2017)

4ème de couverture :

« Écoutez la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.

Magnifiquement adapté à l’écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

 

C’est une histoire joliment écrite, pleine de poésie, le récit d’une rencontre entre deux êtres authentiques.
D’un côté, vous avez Rocky Balboa et ses 80 kilos de muscles … Oh attendez, je me suis trompée d’histoire. Repoudrons nos moutons !
Donc d’un côté vous avez ce jeune adulte, aux rêves brisés qui vend des Dorayaki douteux (c’est un genre de sandwich : pancakes + an/pâte de haricot rouge). De l’autre côté du ring de la vie, vous avez une vieille femme aux doigts crochus, un poil allumée qui parle aux arbres, aux fleurs, aux haricots rouges et qui aimerait bien travailler avec ce vendeur de Dorayaki !

Au delà de cette rencontre improbable se cache … des spoilers ! (Plissez des yeux pour ne rien voir et revenez après la vidéo si vous ne voulez pas être spoilé)

Ce qui est franchement intéressant dans cette histoire, ce n’est pas tant la recette du an (même si après avoir lu ce livre vous la maîtriserez) que le secret de cette vieille dame aux mains crochues. Cette femme n’est pas une sorcière, contrairement à ce que je pensais à la lecture des 5 premières pages de ce livre mais une ancienne victime de la maladie de Hansen (c.à.d. une ancienne lépreuse).

Et c’est avec une grande pudeur et sans fard qu’il nous est conté l’exclusion forcée des malades de la lèpre de la société japonaise notamment de 1907 à 1996. Je trouve que c’est une force du livre. Il met en lumière quelque chose de méconnu, à savoir que le traitement des lépreux et ancien lépreux et en nous rappelant que d’anciens malades vivent toujours dans des sanatoriums. Ils ont 80 ans et plus et restent dans ces sanatoriums à cause de leur âge, de leur apparence, de la méconnaissance de la maladie dans la société japonaise et d’une part de superstition/religion.

Même si la loi sur l’internement forcé des malades de la lèpre au Japon a été levée en 1996, il reste une fracture. Pour en savoir plus sur l’histoire de cette maladie au Japon et la discrimination d’une partie de sa population, je vous invite à lire l’article Discrimination et lèpre dans le Japon moderne sur le site Espace éthique de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (en cliquant ICI).

Fin des Spoilers.

Ce livre a été transposé magnifiquement au cinéma par Naomi Kawase en 2016 :

Ce tout petit livre se lit en 3h, le temps de préparer des cinnamon rolls (même si les cheveux de Paula Dean vous ont dit que ça ne prenait qu’1h50 – pour voir la recette et/ou les cheveux : cliquez ICI) ! Il vous réchauffera le cœur et mouillera un peu vos joues … un peu comme les cinnamon rolls.
C’est une belle histoire d’amitié à déguster même si vous n’aimez pas le an !

Publicités

Héroïnes galactiques pour des fêtes hypnotiques

Pour la sortie de Star Wars VIII, nous avions envie de vous parler de conquêtes des étoiles et de guerrières intrépides et aussi de vous donner des idées cadeaux pour faire plaisir à votre sapin (après tout, lui aussi mérite d’être heureux!).

Si les téléfilms de Noël nous ont appris quelque chose, c’est que les sapins aiment qu’on leur chante des chansons et qu’on leur lise des histoires. Alors allons-y !

Good Night Stories for Rebel Girls :

Il était une fois deux entrepreneuses Elena Favilli et Francesca Cavallo, qui avaient un projet : celui de faire lire à toutes les enfants du monde entier (et aussi aux grands enfants…) des histoires vraies d’héroïnes qui se sont dépassées pour réaliser leur rêve ou pour conquérir des droits et qui n’attendent rien d’un prince charmant. Ce livre de contes 100% féminins avec ces héroïnes imparfaites mais Badass (Frida Khalo, Serena Williams, Margaret Thatcher, Cléopâtre ou encore Margaret Hamilton) ragaillardiera votre sympa sapin et pourra occasionnellement le faire rougir !

DSC03626

Histoires du soir pour filles rebelles: 100 destins de femmes extraordinaires
de Elena Favilli et Francesca Cavallo
Editions : Les Arènes (2017)

Si votre sapin aime les Lego ou s’il a simplement la tête dans les étoiles, nous connaissons un set Lego qui lui plaira à coup sûr !

Le set Lego : Women of Nasa

Vous y retrouverez une fusée, Hubble, une pile de livres (qui vous changera de votre PAL) et évidemment 4 héroïnes de la conquête spatiale :

DSC03721

  • l’informaticienne Margaret Hamilton qui a développé le logiciel de vol à bord des missions Apollo vers la Lune dans les années 1960. Elle est connue pour populariser le concept moderne de logiciel.
  •  l’astronaute/astropsysicienne Sally Ride qui devient la première Américaine dans l’espace en 1983. Après avoir pris sa retraite en tant qu’astronaute de la NASA, elle fonde une entreprise éducative qui encourage les enfants, en particulier les filles, à poursuivre les sciences. .
  • l’astronome Nancy Grace Roman, la «mère de Hubble». Elle est connue pour son rôle dans la planification du télescope spatial Hubble. Elle a également développé le programme de recherche en astronomie de la NASA.
  • l’astronaute/médecin/entrepreneuse Mae Jemison, qui est la première femme afro-américaine dans l’espace en 1992. Après sa retraite de la NASA, Jemison a créé une entreprise qui développe de nouvelles technologies et encourage les étudiants à étudier les sciences.

Puisque Cro me dit que je ne peux pas vous laisser comme ça avec seulement deux idées cadeaux, en voici une troisième :

« Petit oiseau, si tu n’as pas d’ailes … »

WomenToLookUpTo_Beyonce

Si notre sapin est plutôt branché étoile, nous n’oublions pas tous ces autres sapins qui adorent se coller des anges sur la tête !
Pour la somme de £80, soit le même prix qu’une magnifique paire de chaussures, vous pourrez acquérir un ange à l’effigie d’Hillary Clinton, de Beyonce ou encore de  Serena Williams. Et pour une centaine de livres en plus, vous pourrez même avoir votre ange personnalisé ! Et on dit merci à la société Women to look up to !
Pour en savoir plus : Cliquez ICI

Malheureusement pour notre sapin, mon addiction aux chaussures est plus forte !

Si avec tout ça, nous n’avons pas réussi à combler votre sapin, emmenez-le au cinéma 😉

P.S. : N’oubliez pas, même s’il a l’air solitaire, ne lui prenez surtout pas d’animal de compagnie, il ne le sortira jamais !

Last night with … Dwanta Claus !

Oui, nous avons longtemps hésité sur le titre de cet article (un peu plus de 30 secondes). Cro avait pensé à « Mon coup d’un soir : Dwayne « The Rock » Johnson« . Or, il n’y avait pas que Dwayne Johnson à cette soirée, mais aussi Kévin Hart, Nick Jonas (AAAaaaaaaahhhhhh!) et des centaines d’inconnu(e)s !

Là, vous vous arrachez les cheveux parce que vous ne voyez pas où on va en venir ou simplement pour ressembler un peu plus à un ex catcheur devenu acteur qui rêve de la présidence des États-Unis (et qui joue les Santa/Dwanta Claus pour Noël parce que … et pourquoi pas !).

DSC03612

Lâchez vos altères, on vous emmène à l’avant première de Jumanji : Bienvenue dans la jungle au Grand Rex !

jumanji-welcome-to-the-jungle-Jumanji : Bienvenu dans la Jungle
de Jack Kasdan
avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kévin Hart

Synopsis by allociné :
« Le destin de quatre lycéens en retenue bascule lorsqu’ils sont aspirés dans le monde de Jumanji. Après avoir découvert une vieille console contenant un jeu vidéo dont ils n’avaient jamais entendu parler, les quatre jeunes se retrouvent mystérieusement propulsés au cœur de la jungle de Jumanji, dans le corps de leurs avatars. Ils vont rapidement découvrir que l’on ne joue pas à Jumanji, c’est le jeu qui joue avec vous… Pour revenir dans le monde réel, il va leur falloir affronter les pires dangers et triompher de l’ultime aventure. Sinon, ils resteront à jamais prisonniers de Jumanji… « 

Je ne sais pas pour vous, mais la première fois que j’ai entendu parler d’une suite à Jumnaji, j’étais un poil refroidi. En même temps je m’attendais soit à un remake soit à une suite basique, où on reprend les bases, le jeu de société, la cheminé, les singes dans la ville, avec pourquoi pas une participation des anciens acteurs mais sans Robin Williams.

Or, je pense que les films, comme les livres qui nous ont marqué lorsque nous étions enfants, construisent  notre personnalité bien plus que les autres lectures et films que nous verrons plus tard. Alors j’avais un peu peur de voir une horde de rhinocéros balayer un bout de ma jeunesse. Or la peur tue l’esprit … et puis …

Robin Williams m’a appris une chose :

« Prendre des risques, continuer à explorer pour repousser les limites, voir ce qu’il y a au delà »
– extrait des propos de Robin Williams dans le documentaire Robin Williams, un génie de la comédie (Visible sur Arte Replay jusqu’au 10/12 en Cliquant ICI)

En plus, cette fois-ci, il n’est plus question d’un jeu de société/plateau mais d’un jeu vidéo old school, alors repoussons nos limites !

Et en fait, Jack Kasdan a réussi l’impossible ! Il a su redonner vie à Jumanji avec intelligence, l’adapter à notre époque. Et c’est juste fantastique !
Ce film est chaleureux, plein d’humour et il redonne foi en l’humanité (Et, ce n’est pas rien en cette période de guerre civile dans les magasins).  Je ne vais pas vous spoiler pour une fois. Mais notez que certaines répliques sont déjà cultes dans notre foyer !
Alors tout ce que je vous dirais c’est que ça fait super longtemps que je n’ai pas vu un film aussi bon. Le jeu d’acteur est de qualité, même si Kévin Hart est plus petit que mon chat !
Alors oui, des gens tristes vous diront que c’est un blockbuster/Le MAL, que c’est pas du Kant … Mais de toute manière, ils n’ont jamais lu Kant. Et ils me traiteront sans avoir vu le film d’imbécile heureuse. Allez-y les gars, moi je me suis jamais interdite de vivre pleinement ma vie avec ses joies et ses peines. Et là, bah, je suis super heureuse d’avoir vu ce film !
Et vous aussi vous avez le droit au bonheur !

Aucun rhinocéros n’a piétiné mon enfance durant cette séance. Ce film est aussi bien réussi qu’un Jurassic World. Et il est encore plus Badass !

Prendre des risques, parfois ça a du bon. Alors, tout ce que je vous dirais, c’est :
Tentez votre chance, allez le voir sans préjugé et éclatez vous !

Bonne séance  à venir !
Et restez sage sinon Dwanta Claus viendra dévaster tout votre stock de tequila !

ew Dwanta Claus

Team Blog à chat

Quelque part dans l’immensité de la blogosphère, dans des temps immémoriaux, une blogueuse/artiste Nail Art créa un jour une Team, un club des blogueurs/ses à chat.

La noble cause de la Team à chat est de regrouper sous un même badge tous les blogueurs et toutes les blogueuses qui connaissent les difficultés de tenir un blog lorsque l’on a un chat. Car peut importe l’objet de votre blog, vous savez ce que c’est !

C’est une façon d’exprimer les petits bonheurs et les soucis étranges qui accompagnent l’écriture de votre blog et aussi de dire au monde entier que vous êtes fiers d’avoir un chat même si parfois … souvent … il vous maltraite ! C’est aussi une façon de vous dire que vous n’êtes pas seul(e) et qu’on vous comprends !

Pour ceux et celles qui n’ont pas de chat, la vie avec un chat, ça ressemble à peu près à ça :

Puisque le blog de cette artiste a disparu et avec lui son club, nous avons décider de fonder le notre.

Si vous souhaitez rejoindre notre Team Blog à Chat, soyez les bienvenu(e)s !

Il vous suffit de reprendre notre badge et de le coller comme widget où vous voulez sur votre blog :

Blog à Chat By TTiB

Comment ajouter un Badge sur WordPress  ?

Lorsque vous avez créé votre Blog, vous avez eu l’occasion d’ajouter des widgets (les trucs en bas ou sur les côtés où on peut coller la date, les commentaires, un bouton d’abonnement etc …). Et bien soyez ravi(e), car vous allez réutiliser ce gadget !
Allez dans personnaliser votre blog,
Cliquez sur ajouter un widget,
Sur la barre de recherche tapez « image » ou cliquez directement dessus si vous le voyez,
Vous avez désormais un nouveau widget ! Nan, ne me remerciez pas tout de suite 😉
Là, vous pouvez soit copier mon image et la rajouter via votre galerie ou ne pas vous enquiquiner et copier l’URL de l’image.

widget image

Dans ce cas, il suffira de copier/coller l’url de l’image !

Vous pouvez lier ce badge à cet article (pour fournir une explication à votre auditoire) :

lien widget

Et c’est tout !

N’hésitez pas à le reprendre et à rejoindre notre Team !
Boules de poils et doux ronrons !
See you soon ! 😉

 

Anecdote du jour de blogueuse à chat :
Au moment où je vous écris ces lignes, mon chat est en train de me voler mon plaid pour en faire sa petite amie …
Oui, il est castré et non, ça ne retire en rien ses pulsions.
Si vous ne me croyez pas, lisez ou relisez ce grand classique Mémoire d’un eunuque dans la cité interdite de Dan Shi.

L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat.

Pour ce #VendrediLecture, nous allons enfiler notre plus belle tenue de ninja et coller un gros mawashi geri dans la tête du premier type qui vient nous enquiquiner aujourd’hui !

l'art de la guerre 2L’art de la guerre 2,
de Sophie-Marie Larrouy
Éditions : Flammarion (2017)

4ème de couverture :

« Dans la vie, on ne fait que s’occuper. Alors s’il nous arrive des trucs, bah tant mieux, ça laissera l’occasion de se rendre compte plus tard si on a Alzheimer. Et d’ailleurs, c’est les trucs les plus tristes qui font les meilleures histoires, une fois qu’on les a laissés vieillir en fûts de souvenirs. Les trucs moyens, on s’en fout : soit on ne les raconte pas, soit ils se rappellent plus de nous. »

2 500 ans après Sun Tzu, Sophie-Marie Larrouy écrit la suite du premier best-seller de l’histoire.
Parce que nos guerres ont changé.
Parce qu’on a plutôt en mémoire des galères de couples que des souvenirs de batailles en rase campagne.
Parce que l’odeur des sapinettes accrochées au rétro nous est plus familière que celle des bivouacs militaires.
Parce qu’il est beaucoup plus dur d’aimer les gens que d’être fâché tout le temps.

Mercredi, je vous parlais d’un livre qui m’a fait passer par tout un tas d’émotion (Si vous ne vous en souvenez pas, cliquez ICI). Et bien, c’est celui là.

Je l’ai acheté et j’ai commencé à le lire sans trop savoir ce qu’il pouvait bien y avoir dedans. Tout ce que je savais, c’est que j’adore l’auteur et que c’était présenté comme une suite de L’art de la guerre de Sun Tzu (et non pas le scénario écrit du film canadien chelou L’art de la guerre 2 avec Wesley Snipes) … Or j’ai adoré feuilleter les pages de Sun Tzu et je me souviens que certains passages ne sont pas dépourvu d’humour (en avait-il conscience ? Mystère!). Tout ça pour dire, que je m’attendais à une espèce de manuel guerrier de la vie à la fois drôle et tordu. (Alerte Spoilers en approche)

C’est presque ça ! En fait, c’est un roman écrit sur le mode oral à la première personne qui présente l’évolution d’une raz-moquette des années 80/90 jusqu’à l’âge adulte. C’est le moment où les voyants s’allument dans votre tête et où vous vous dites : OMG ! C’est l’autobiographie de la génération Y ! 

Oui et Non …

girls

Bref. Vous retrouverez dans ce livre des tranches de vies gourmandes, la nostalgie de mamie, la poésie du quotidien, la chaleur et la douceur d’un pain d’épices qui sort du four. Elle y parle de tout, de la maternelle, du collège, des rencontres, de Johnny, du premier concert,  des premiers déménagements, de l’amour, de la mort, de sexe, de bouffe, de planquer des cadavres, bref la vie. Sophie-Marie Larrouy retranscrit plutôt bien les états d’âme et les réflexions que l’on se fait aux différents moments de la vie. Vous vous retrouverez certainement dans les moments honteux comme dans les moments glorieux.

Ce qui me fait penser, qu’il existe un gros extrait du chapitre 6 « Ceinturer ses plans culs » en vidéo : Cliquez ICI.

Elle fait des analyses psycho-sociologiques originales et plutôt bien vues. Elle divise le monde en deux, d’un côte le monde sensible, de l’autre le monde matériel. Rien à voir avec Platon et sa métaphore de la grotte (qui peut faire fantasmer les fans de Freud), avec le monde sensible bercé d’illusions, celui des hommes et le monde intelligible, celui des idées. Non, là tout part des mains. D’un côté, il y a celles qui ont de grosses mains toujours prêtes à travailler, qui ont l’amour vrai, qui psychotent sans avoir le temps d’en parler dans le monde sensible. De l’autre côté, il y a les filles de l’Ile d’Yeu, qui sentent toujours bon, ont les cheveux soyeux, des mains de pianiste, un sens de l’organisation hors pair, des super fringues, une maison de vacances à l’Ile d’Yeu et qui appartiennent au monde matériel. Peu importe votre côté de la barrière vous êtes enviables et envieux. Jusqu’à ce que vous décidiez que ça ne sert à rien d’envier l’autre côté.

Il y a aussi un passage magnifique sur le 13 novembre, pas larmoyant, pas à vomir comme un certain bouquin mommy porn écrit par une contacte facebook sur l’amour impossible entre une victime d’attentat et un type du gign ou comme un gamin qui rape sur un ami imaginaire mort au Bataclan pour faire pleurer Hélène Ségara (et il n’y a rien de plus cruel au monde que de faire pleurer Hélène Ségara sur un mensonge!). Nan, mais ! C’est juste un moment beau, avec des petites touches d’humour bien placées et nécessaires.

 

Ce livre, c’est juste une grosse dose d’amour, qui vous entraîne parfois dans de grands débats internes, ceux que vous faites généralement devant votre miroir, après la bataille. C’est un peu comme suivre l’itinéraire d’une Bridget Jones moins cruche que l’originale et plus positive.

Notez, qu’il existe aussi en format audio :

 

TAG : Code de la route livresque

Sortez les civières, rangez grand-mère et allumez les sirènes avant qu’elles ne vous allument !
Nous avons été convoqué par le blog Nos lectures pour les enfants et les parents à passer le code de la route livresque !
Accrochez-vous, car voici nos réponses :

Parking : Combien de livres as-tu dans ta PAL ?

Cro : Combien de livre avait la bibliothèque d’Alexandrie ?
TeaTime : Ca c’est bien une réponse de mec !
Cro : Pourquoi ?
Teatime : « Na, na, na ! C’est moi qui ai la plus grosse! Na, na, na ! »
Cro : C’est malin !
TeaTime: Na, na, na, na, na, na, na ….

Limitation de vitesse : Quelle limitation donnes-tu à ta PAL ?

Cro : Pour l’instant, je cours plus vite que mes livres ! Mais, au pire, j’ai une bonne voiture !
TeaTime (avec un air profond) : Sky is the limit !

Route prioritaire : Quel livre est ta prochaine priorité ?

Cro : En ce moment, je lis Le Dalhia Noir
Tea Time : C’est ta façon de m’offrir des fleurs ? Moi, je lis Sweetbitter

Réservé aux camions : Quel pavé liras-tu prochainement ?

Tea Time : J’aime pas les pavés …
Cro : Pourtant tu en as lu !
TeaTime : Ouais, mais mes talons restent toujours planter dedans. Et, toi, t’as l’intention d’en lire un ?
Cro : Outre Harry Potter que nous lisons, toi et moi … hmmm …le seul pavé que j’aimerais vraiment me faire, c’est l’intégrale de Don Rosa !
TeaTime : Picsou !

scroodge

Réservé au bus : un livre que tu réserves pour une période spéciale ?

TeaTime : Si on était dans un TAG Simpson, ça pourrait être la question Ralf Wiggum : Ma maman dit tout le temps que je suis spécial !

ralfwiggum
Cro : Proust, pour quand je serais vieux ? On dit toujours qu’il faut être vieux pour lire Proust !
Tea Time : C’est plus des séries ou des films qu’on se réserve pour une période. En ce moment, c’est Meet Me in Saint Louis, Il était une fois et Krampus !

Stop : Un livre que tu as abandonné ?

TeaTime : Un seul ?
Cro : Le premier que j’ai dû abandonner (ça m’a traumatisé), c’était le premier tome d’une saga relatant l’histoire d’une jeune femme des cavernes orpheline qui a survécu à l’attaque d’un lion préhistorique et qui se fait adopter par une tribu qui n’avait PAS ENCORE l’usage de la parole ! Alors que elle, si ! L’auteur avait beau avoir été épaulée par des vrais anthropologues, je n’ai définitivement pas pu continuer. Impossible de me souvenir du nom de la saga, en revanche.

Theflinstones

Issue de secours : un livre que tu as arrêté mais que tu vas reprendre pendant une autre période ?

Teatime : Petit pays de Gaël Faye… parfois magnifique parfois supra naze … je l’ai abandonné à un moment où il m’ennuyait sévère … peut être que je le reprendrais … peut être pas.
Cro : Sa majesté des Mouches. Le premier chapitre m’avait un peu lourdé, mais il va bien falloir quand même que je le lise un jour.

Sens Interdit : quel genre de livre ne t’attire pas particulièrement ?

TeaTime : C’est pas vraiment un genre, c’est plus un style d’écriture, une personnalité. Je déteste quand le style est pompeux, pleurnichard, larmoyant, bourré de clichés, sexiste, raciste, prétentieux, trop ésotérique, trop masturbatoire …
Cro : Esotérique ! Ca me rappelle quand j’ai essayé bêtement de lire l’Herbe du Diable et la Petite fumée ! Oui, c’est ça, les livres ésotériques à vocation sérieuse…

L_herbe_du_diable_et_la_petite_fumee

Feu tricolore : Un livre qui t’a fait passer par plusieurs émotions ?

Teatime : L’art de la Guerre 2. Mais je vous en parle vendredi !
Cro : Je crois que ceux qui me secouent le plus sont les contes d’Andersen ! Qu’est-ce qui, dans une vie, peut amener quelqu’un à écrire de telles choses ?
Teatime : Putain, ouais.

l'art de la guerre 2

Route à double-sens : Un livre que tu as aimé et détesté à la fois ?

TeatimeDernière Sortie pour Wonderland, j’ai bien aimé l’histoire d’horreur contemporaine et j’ai détesté les passages parasites et la 4ème de couverture.
Cro : Je sais pas. Peut-être Les 120 journées de Sodome ? Style lourd et pompeux, mais l’absurdité des horreurs décrites évoquent un film d’horreur grotesque comme un Halloween. En fait, Sade n’est que le Rob Zombie de l’Ancien Régime…

Cliquez sur l’image pour accéder à sa chronique :

Dernière sortie pour Wonderland 6447

Hôtel : Quel livre t’a volé ton sommeil ?

Teatime : En règle générale, j’ai un panel de livres pour m’endormir. Mais les plus efficaces, ce sont les 50 nuances de Grey !
Cro : Les plus récents pour moi sont les Dumas. Je crois que je suis fan.

Monument historique : Le livre qui est pour toi un monument, une pépite de ta bibliothèque ?

Cro : Moi je sais que j’ai deux pépites : les secondes éditions de Donj’ et Don Rosa !
TeaTime : J’en ai des tas ! Mais je dirais, la jolie éditions d’Orgueil et Préjugé que tu m’as offerte, il y a longtemps ! ❤

DSC03379 (2)

Autoroute : qui tagues-tu ?

Vous n’êtes pas obligé de reprendre ce TAG, mais si vous en avez envie faites le !
Nous taguons (et vous invitons à aller les visiter):
Les petites bulles de papier
Lo’rizonChristallin
Virelire
TeaTime&Delicatessen

Et tous ceux et celles qui ont envie de le reprendre !
Bien sûr, rien ne vous y oblige.

Allez, bonne route !

Le crime de l’Orient-Express

“The impossible could not have happened, therefore the impossible must be possible in spite of appearances.”
Agatha Christie, Murder on the Orient Express

Le 29 novembre prochain sortira dans les salles obscures Le crime de l’Orient-Express, de Kenneth Brannagh avec un casting exceptionnel : Daisy Ridley, Johnny Depp, Josh Gad 😎 , Judi Dench, Michelle Pfeiffer …

C’est l’occasion idéale en ce #VendrediLecture pour nous replonger dans un classique de la Reine du Crime.

DSC_0026Le crime de l’Orient-Express, d’Agatha Christie
Traduit de l’anglais par Louis Postif
Éditions : Edito-Service S.A., 1975

C’est l’histoire d’un drôle de petit bonhomme, Hercule Poirot, qui de retour d’une expédition à Alep en Syrie se retrouve dans le Taurus Express en plein hiver, direction Londres. Bien évidement, le karma de notre détective belge oblige, un meurtre est commis dès la seconde nuit de son voyage. De plus, le train se retrouve coincé par la neige au milieu de nulle part !

13775894_10154596549931756_7886037816530687281_nAgatha Christie nous plonge dans un huis-clos haletant. La véritable force de cette nouvelle tient de la psychologie des personnages dévoilée lors des interrogatoires d’Hercule Poirot. Malgré quelques clichés, on note la justesse des portraits des personnages, que ce soit la lourdeur de Mr Bouc, directeur de la compagnie, le snobisme de la princesse russe Natalia Dragomiroff ou encore la franchise brute de l’homme d’affaire venu de Chicago, Antonio Foscarelli. Pour ce qui est de la narration, elle est suffisamment légère et dynamique pour accroitre votre curiosité.

Pour écrire ce roman noir, Agatha Christie s’est inspirée d’un fait divers survenu en février 1929, où le Simplon-Orient-Express a été coincé pendant six jours par un blizzard en Turquie, et de l’affaire du kidnapping de l’enfant Charles Lindbergh en 1932.

Il n’est pas étonnant que ce mystère ait donné lieu à de multiples adaptations en films, téléfilms, feuilleton radiophonique, bande-dessinée et jeux vidéos.

Si vous voulez en savoir plus sur L’Orient-Express : cliquez ICI.

Bonne lecture et bonne séance si vous filez le voir au cinéma!

 

Cocktails et Boissons Chaudes pour des instants Magiques

Les journées raccourcissent, votre job vous horripile, vous avez prévu de voir vos beaux-parents prochainement, le froid s’installe doucement dans la nuit, la neige est reine à son tour… Bref, peu importe vos raisons, vous avez besoin incessamment sous peu de magie !
Ça tombe bien ! Sur Tea Time in Bloomsbury, nous sommes un peu magiciens sur les bords !

pixie dust

Aujourd’hui, nous vous invitons à réveiller vos papilles avec quelques recettes secrètes et quelques notes  de bonheurs contenues dans des sachets de thé !
Voici 6 boissons chaudes et cocktails pour passer des instants magiques :

Un cocktail sans alcool comme à Disney !

C’est une vérité presque incontestable : Disney, c’est magique. Rien de plus normal, lorsque la vie s’acharne sur vous d’avoir envie d’y faire un tour !
Avec Cro, le Crockon maltais, nous avons découverts un jour un cocktail délicieux au restaurant King Ludwig’s Castle et aussi qu’un burger à base de pâte à bretzel peut être charmant. Si, si !
Ce cocktail se nomme le Pink Princess Colada. En partant des ingrédients indiqués et en nous inspirant de la recette classique de la pina colada, nous avons cherché à retrouver les dosages et voici le résultat (très proche de l’original) :

DSC03352Pink Princess Colada (pour 3/4 personnes)

Dans un shaker mélangez :
200 ml de crème de coco (ou de lait de coco)
500 ml nectar d’ananas
250 ml jus de pomme (nous avons remplacez le rhum de la Pina Colada par le jus de pomme!)
et une mesure de sirop de grenadine pour la couleur !
Secouez le tout comme Tom Cruise dans Cocktail et Tadam ! Rajoutez les glaçons et servez !
Pour le décor : un morceau d’ananas ou des fraises tagada tsoin tsoin, un glaçage du verre au sucre
Faites vous plaisir !

Un Mocha Blanc comme à L’étoile en avant/ L’étoile du dollar ou L’étoile mâle … bref … Starbuck !

Cette recette a été élaborée par Cro, le Crockon pour faire face au manque de Starbuck dans notre coin de banlieue parisienne.

23804552_10156313857531756_1454276205_nMocha Blanc pour deux :

Prenez 3 carrés de chocolat blanc, que vous découperez en tous petits morceaux ou raperez si vous êtes amateurs de ce genre de musique et mettez les de côté,
Préparez 2 expressos,
Faites chauffer du lait dans une casseroles (mais pas trop, on ne fait pas de la purée mousseline), y rajouter les morceaux de chocolat blanc
Émulsionnez (Chez nous, nous émulsifions avec une princesse … Mais nan, pas Kate ! Notre mousseur à lait s’appelle Princesse)
Trouvez que trop d’injonctions tue l’injonction … et écrivez un livre sur ce sujet (comme Charles Haquet et Bernard Lalanne avec leur Tyrannie du mot de passe et autres petits tracas de notre temps)
Servir le café dans deux tasses, puis le lait au chocolat blanc,
Enfin y déposer un nuage de chantilly et servez !

Une envie de fête foraine ?

Je connais une boisson qui vous donnera immédiatement la sensation d’être à la foire du trône et vous donnera aussi l’envie de manger des pommes d’amour ! Il s’agit d’une infusion à base de thé vert (mais pas n’importe quel thé vert!) : Caramel Circus de ky-drinks. Hé oui, il porte bien son nom !
Il est composé de thé vert genmaicha, de cacao et de caramel ! Et il a comme un gout de pop corn ! Le secret, c’est le thé vert genmaicha (玄米茶) qui se traduit par « thé au riz marron ». On mélange du riz sauvage soufflé à du thé vert japonais Sencha. Il est pauvre en caféine/théine et donc idéal pour vos soirées cocooning !

DSC03361

Retrouvez ce thé en cliquant Ici !

Le chocolat chaud de Sophie

Avec Cro, nous adorons regarder « Chéri, Qu’est ce qu’on mange ? » avec Sophie et Jacky Dudemaine, parce qu’ils sont drôles, cuisinent des trucs sympa et ont toujours de bonnes idées … Un peu comme nous! 😉
Voici sa recette de chocolat chaud gourmand (à préparer la veille) tirée de son livre Les Week-Ends gourmands de Sophie, 110 recettes généreuses aux éditions de La Martinière :

DSC03373Chocolat chaud à se damner pour 6 :
Dans une casserole, faites chauffer 20 cl d’eau.
Ajoutez 240g de chocolat de couverture amer (65%) ou extra amer (70%) et mélangez constamment au fouet jusqu’à ce que le chocolat soit fondu.
Ajoutez petit à petit 60 cl de lait entier (ça marche aussi avec le lait alléger si vous avez une allergie); 40cl de crème liquide entière et une gousse de vanille coupée en deux.
Chauffez lentement, en mélangeant régulièrement jusqu’à ébullition. Retirez du feu.
Laissez refroidir, couvrez et mettez au frigo pour la nuit.
Au moment de servir, réchauffer le chocolat au micro-ondes puis mixer le à l’aide d’un mixeur plongeant pendant 20 secondes.
Et servez vous ! Attention à la moustache, sauf si vous êtes fans de Philippe Katerine ! 😉

Envie d’un chocolat chaud ultra light ?

DSC03367Là encore, j’ai un thé pour vous ! Le coconing de ky-drinks !
Il est composé de thé blanc, de cacao et de noix de coco et est présenté comme un thé relaxant qui vous donnera l’impression d’avoir passer la journée au SPA. Je ne suis jamais allée dans un SPA, donc je ne pourrais pas affirmer ou nier cette comparaison. Tout ce que je peux vous dire, c’est que ça donne l’impression d’avoir dévorer un bounty et la sensation d’apaisement d’une bonne crème hydratante qui sent bon sur votre visage (oui, même ma crème hydratante contient du thé).

Retrouvez ce thé en cliquant Ici.

Envie de fleurs dans vos cheveux ?

Encore du thé ! Cette fois ci, j’ai envie de vous présenter une infusion à base de thé bleu (pour en savoir plus sur les couleurs du thé, Cliquez ICI) ! Elle se nomme Fleur d’Asie de Pomme d’Ambre et a un pouvoir réconfortant surtout si vous avez hâte de voir revenir le printemps. Elle est composé de thé Oolong 烏龍 (qui signifit dragon noir en chinois), d’arôme de fleur de lotus, de mangue, de fruit de la passion, de boutons de rose et de fleurs de camomilles. Vous fermez les yeux et vous vous retrouvez dans un magnifique jardin d’hiver.

Retrouvez ce thé en cliquant ICI.

DSC03326

Bonne dégustation à vous tous ! 😉

Robert Langdon, Volume 5 !

Pour ce #VendrediLecture, je vous emmène en Espagne en compagnie d’un Indiana Jones des temps modernes : Robert Langdon !
Ah nan mais c’est pas possible, je n’ai pas lu les 4 derniers tomes !
Ne vous inquiétez pas, ça n’entravera en rien votre compréhension de ce nouvel épisode. Attachez vos ceintures, c’est parti !

OrigineOrigine, de Dan Brown
Éditions : Broché
Traduit de l’anglais par Dominique Defert et Carole Delporte

4ème de couverture :

D’OÙ VENONS-NOUS  ?  OÙ ALLONS-NOUS  ?
Bilbao, Espagne.  Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie et iconographie religieuse, arrive au musée Guggenheim pour assister à une cérémonie historique avec l’annonce d’une découverte scientifique révolutionnaire.  L’organisateur de cette soirée n’est autre que le grand futurologue Edmond Kirsch, un milliardaire de quarante ans dont les inventions et les prédictions audacieuses ont fait de lui une célébrité mondiale. Kirsch, qui a été dans sa jeunesse l’étudiant de Langdon à Harvard, est sur le point d’annoncer le résultat de ses recherches… et d’apporter enfin une réponse aux deux questions fondamentales de l’humanité.
Dès le début de  la soirée, Langdon, comme les centaines d’autres invités, est fasciné par l’originalité de la cérémonie. Une évidence s’impose  : la découverte de Kirsch va susciter une controverse bien plus profonde qu’il ne l’avait imaginé. Mais la soirée parfaitement orchestrée  jusqu’alors va soudain virer au chaos. La découverte de Kirsch risque d’être perdue à jamais. Sous le choc, et en grand danger, Langdon est contraint de quitter précipitamment Bilbao. Dans sa fuite, il est accompagné de Ambra Vidal, la directrice du musée qui a préparé avec Kirsch cette soirée explosive. Tous deux s’envolent pour Barcelone, et se lancent dans une quête périlleuse pour retrouver un étrange mot de passe qui permettra de révéler au monde la découverte de Kirsch.
Plongeant dans les dédales  sombres de l’Histoire et des religions, Robert Langdon et Ambra Vidal doivent échapper à un ennemi puissant qui semble envoyé par le Palais royal et prêt à tout pour réduire au silence Edmond Kirsch. Sur une piste jalonnée d’oeuvres modernes et de symboles énigmatiques, Langdon et Ambra Vidal vont finir par découvrir les clés menant au secret de Kirsch… et à cette grande révélation qui, depuis des millénaires,  échappe  à la compréhension de l’homme.  
 
louvre-530058_640J’ai décidé de prendre un moment pour vous parler de ce livre pour deux raisons : je ne fais pas de snobisme littéraire et qu’il fallait bien que j’en lise un au complet un jour. Pour ne rien vous cacher, j’avais essayé le Da Vinci Code en format papier, il y a des années de ça … et je ne sais pas pourquoi mais entre le moine albinos qui passe ses soirées à se fouetter et tout le blabla ésotérique et les théories du complot, je me suis comme laissée choir dans cet entrelacs de câbles suintants et de cordes poussiéreuses qui tirent cette histoire. Par contre, j’ai trouvé les films plutôt divertissants.
Bref, en voyant le nouveau Dan Brown en tête de gondole partout de chez partout … je me suis dit … « Ok … donnons une nouvelle chance à ses écrits ».
.

Un Dan Brown, c’est comme une paella.

La recette de ce plat populaire est toujours la même : un périple fantastique dans des lieux qui aiguiseront votre curiosité (des tomates gorgées de soleil), saupoudré d’une théorie du complot (faites entrer le lapin), d’un soupçon d’histoire de l’art (le riz), d’une pincée d’actualité (le safran, c’est la clé), d’hypothèses (les haricots verts et blancs) et de faits mélangés à quelques théories fumeuses (le poulet!). Bref, un plat alléchant qui tourne au vinaigre si vous y ajoutez de la charcuterie !
Pour se renouveler, si j’en juge les films, il suffit de changer le lieu de l’action, d’objet du secret (la thématique) et de trouver une nouvelle accompagnatrice intello sexy à notre professeur émérite. Ok … let’s go !

La thématique : la science versus Dieu.

C’est un classique de la littérature et aussi la base d’un jeu de combat sympa (voire l’article Street fighter avec des politiques, des scientifiques ou des philosophes). Si vous cherchez de la profondeur dans ce livre, découvrir de nouveaux sujets de réflexions qui n’ont pas déjà été amenés par Isaac Asimov ou Philipp K. Dick, passez votre chemin ! Là, le blabla concerne les questions classiques : d’où venons nous ? et où allons nous ? Peut-on recréer l’origine de la vie en laboratoire? Un robot peut-il être considéré comme un artiste? peut-il avoir de l’humour? Disparaîtrons nous comme les dinosaures? Quelle est la place de l’Homme dans l’univers? Quand un pays machisme donne la citoyenneté à un robot à l’apparence féminine, ça lui ouvre des droits de citoyennes ou de citoyens ? (Ça me fait penser à une nouvelle d’Asimov, Intuition féminine.(1))

On y parle de Darwin, des créationnistes, de cosmologie, de physique (rangez vos abdos), de chimie, d’high tech, d’Intelligence Artificielle et du sperme d’E.T. Pour ceux et celles qui viennent de se réveiller en hurlant « Whaaaaaaaat !? C’est quoi cette affaire de trafic de sperme ? » #balancetonporc
L’hypothèse part du principe que : voyant la fin de son monde arriver, E.T. aurait balancé du génome dans une jolie boite à travers l’espace en espérant que ladite boite pleine de semence trouve une planète accueillante et fertile, où son génome pourrait se développer, évoluer. Accessoirement, son génome et toutes les mignonnes bactéries qui sont sur sa boite pourraient avoir un petit effet pervers, du genre anéantir le bio équilibre de la planète. Mais en même temps, on s’en fout nan ? C’est pas comme si on envoyait des lapins ou des cochons sur un nouveau continent sans se demander s’ils allaient dévaster l’écosystème. Comment ça on l’a déjà fait en Australie ? Bon, il faut dire que le concept de faire une faciale à l’univers doit avoir son charme quand on se prend pour un tripode.

Les personnages

Robert Langdon me fait penser à une série de jeux vidéos d’aventures, genre Point and Click (2) comme Broken Sword (avec un peu moins d’humour).

Pour ceux qui ne connaissent pas la série des Broken Sword connus sous le nom des Chevaliers de Baphomet en V.F. :

Vous dirigez un jeune touriste américain George Stobbart, victime secondaire d’un attentat sur Paris. Avec lui et une jeune journaliste photo française rencontrée sur place, Nicole Collard, vous menez une enquête qui vous fera découvrir les secrets des templiers tout en faisant face à une secte composée d’hommes et de femmes de pouvoirs qui portent des robes et leur tueur à gage :

Langdon comme Stobbart se balade dans des endroits magnifiques, des lieux cachés aux publics (un peu comme Stephane Bern), découvre des objets d’arts magnifiques. L’artiste mis en avant dans ce tome, et qui n’étonnera personne, c’est Gaudi. Le type de la Sagrada Familia.
Dans ses aventures, Langdon mène son enquête avec une Langdon Girl. Et oui, Robert Langdon, comme James Bond, est toujours accompagné dans ses aventures d’une acolyte pleine de ressources, brillante et sportive. Cette fois, il s’agit d’Ambra Vidal, une working girl, promise à un prince d’Espagne calquée sur le modèle de Letizia Ortiz.
Dans cette aventure, un nouveau personnage s’ajoute à ce duo Langdon + personnage féminin : Winston !
Oh my god ! Ils sont trois! C’est un signe ! #francmaçonnerie #complot #pyramide #E.T. #Handspinner
Winston est mon personnage préféré dans cette histoire. C’est une Intelligence Artificielle pleine d’humour, peintre à ses heures. Il a été créé par Edmond Kirsh, un entrepreneur de génie, champion de la comm’ à l’image de Steve Jobs.
C’est vrai, les personnages ne sont pas très creusés mais la fin est explosive et gay friendly. Et rien que pour ça, je ne regrette pas d’avoir lu ce livre !

L’ambiance est sympa, les décors soignés et le rythme est bon comme toujours. C’est un peu comme un film avec Nicolas Cage, quand on zappe dessus, on sait à quoi s’attendre. Et parfois, on regarde. Origine est un roman d’aventure correct, divertissant, qui vous aidera à bien passer le temps dans le métro, chez vos beaux-parents, à la campagne ou dans la salle d’attente du dentiste.

A Vendredi prochain ! 😉

ncage

(1) L’histoire : Des astrophysiciens galèrent à trouver une planète habitable. Ils décident alors de faire appel à l’intuition féminine (qu’ils distinguent de l’intelligence masculine, objective, mathématique, rationnelle). Ils créent un robot féminin pour les aider. Malheur, le robot disparaît dans un accident d’avion alors qu’elle venait tout juste de trouver les coordonnées d’une planète habitable.
(2) Tu cliques ou tu pointes ?
Click and Point : le joueur déplace le personnage, lui fait exécuter des actions en cliquant sur des éléments à l’écran

Talking as Fast as I Can

Pour ce #VendrediLecture, j’ai envie de vous emmener dans un endroit chaleureux, sympathique, cozy, réconfortant … chez vous !
Bah dis donc ! C’est fou ce qu’on voyage !

Je vous propose quelque chose qui ressemble plus à un recueil de pensées diverses et variées (sur l’entrée dans le monde du travail, hollywood, la vie …) d’une actrice que j’aime beaucoup : Lauren Graham !
Ahah ! Mais je le savais, je l’ai lu dans le dernier Sunshine Blogger Award !

Après vous avoir dévoilé la recette secrète des cookies de Gilmore Girls (retrouvez la recette en cliquant ICI), je ne pouvais que vous présenter cette petite lecture en V.O. :

Talking as fast I can, Lauren GrahamTalking as fast as I can,
from Gilmore Girls to Gilmore Girls (and everything between)
de Lauren Graham
Éditions : virago (2017)

4ème de couverture :
From the star of the much-loved television shows Gilmore Girls and Parenthood and the author of the New York Times bestselling novel Someday, Someday, Maybe comes a collection of candid and hilarious essays.

In Talking as Fast as I Can, Lauren Graham hits pause for a moment and looks back on her life, sharing stories about growing up, dating and starting out as an actress. Some things you’ll learn about Lauren : she once tried to go vegan just to bond with Ellen DeGeneres, she’s aware that being set up with guys at awards shows has its pitfalls (« if you’re meeting someone for the first time after three hours of hair, makeup and styling, you’ve already set the bar too high »), and she’s a card-carrying REI shopper (« My bungee cords now earn points! »).

Lauren also sits down for an epic Gilmore Girls marathon and reflects howit felt to pick up the role nine years after the first series conclueded. Complete with photos and excerpts from the diary Lauren kept during the filming of Gilmore Girls: A Year in the Life, this book is like a cozy nigth in, catching up with your best friend, laughing and swapping stories, and – of course – talking as fast as you can.

Le problème de cette quatrième de couverture, c’est que comme pour la plupart des bandes annonces actuelles, elle en dévoile trop. C’est pourquoi je ne vous traduirais pas cette quatrième de couverture ! Je vous dirais simplement ceci :

C’est une lecture qui ne plaira pas uniquement aux fans de Gilmore Girls. Toutefois, aux vues de certaines critiques que j’ai pu lire sur le net, je dois vous avertir. Lauren Graham est du genre très dynamique, fine, drôle, passionnée de cinéma et un poil geekette. Et si vous cherchez à l’écouter en audiobook, notez qu’elle parle vite et qu’elle adore chanter.
Personnellement, je me suis contentée de la version papier et  j’ai passé 3 jours avec cette chanson dans la tête :

J’ai passé de très bons moments avec ce livre. Il ne s’agit pas d’une autobiographie classique. Ça ressemble plus à une conversation que vous auriez avec une bonne copine en prenant le thé, ou à la lecture d’un blog drôle et plein de punch.

De quoi ça parle ? (attention spoilers)

Vous y retrouverez bien-sûr quelques anecdotes de tournage concernant Gilmore Girls et Parenthood. Ça doit représenter un peu moins d’un tiers du lire.
Mais ce qui fait tout l’intérêt de ce petit livre, ce sont les petits chapitres autour pleins d’humour. Ils sont remplis de ces petites choses importantes que l’on apprend en se confrontant à la vie, en grandissant :

  • La vie ne suit pas toujours vos plans :

« So don’t let your plan have the last laugh, but laugh last when your plan laughs, and when your plan has the last laugh, laugh back, laughing! »
Talking as Fast as I Can, Lauren Graham

Que l’on peut traduire comme ça : Alors ne laissez pas votre plan rire en dernier, mais riez en dernier quand votre plan rit, et quand votre plan est le dernier à rire, riez en retour, en riant!

Ou comme ceci :

  • Parfois quand on parle trop vite, on prononce mal certains mots et un instrument de musique peut devenir un poisson.

  • Un acteur ne peut pas tout jouer.
  • Régime : Vous pouvez épargner une fortune en programme de régime, en livres de diet, en magasine féminin, etc …. en suivant ce simple conseil.

 » I’m going to tell you some of the Top-Secret Hollywood Secret I’ve learned, and save you a ton of money instead!
Here’s one: diet books are worthless. Don’t spend one penny more on them. Not one more. I’m serious. They all tell you a version of the exact same thing: eat less, work out more. »
Talking as Fast as I Can, Lauren Graham

Elle revient sur toutes les névroses planétaires sur la nourriture saine et réalise un magnifique plan sur ce qu’il est bon de manger selon ces mêmes névroses. Je crois que c’est la Hollywood Food Chart la plus drôle que j’ai pu voir !

  • Hollywood est un monde plutôt sexiste

Elle réalise une typologie drôle et réaliste des rôles proposés aux femmes selon leurs âges à Holywood (la jeune fille qui débarque en ville, la mère et si vous avez de la chance, Betty White). Elle explique cette typologie avec une analogie magnifique (à base de papier toilette) mais je vous invite à lire son livre pour ça.

  • Avoir les pieds gelés quand il fait froid n’est pas une fatalité.
  • Ce n’est pas parce qu’on adore regarder une émission sur la mode qu’on est un bon critique de mode.
  • On pense souvent qu’il est plus facile pour un artiste d’avoir plusieurs casquettes aux États-Unis qu’en France : c’est faux.

C’est un des chapitres les plus passionnant et agaçant de ce livre. Lorsque Lauren Graham revient sur l’écriture et la publication de son premier roman, une fiction et sur les commentaires qui en ont résulté de la part de certains médias et de grands journalistes. Pour eux elle devait soit avoir un ghost writer soit avoir produit une autobiographie.

  • Le secret quand on a une panne d’écriture : le Kitchen Timer !

C’est un secret que Lauren tient de Don Roos, le réalisateur de Sexe et autres complications ou d’Un hiver à Central Park et le scénariste de Marley et moi. C’est un secret pas mal du tout, qui nécessite peu de moyen. Je vous invite à lire son livre pour le connaitre ! 😉

Retour à la normal, loin des spoilers !

J’espère vous avoir transmis un peu de l’énergie qu’il contient ainsi que l’envie de le lire. Je passe mon exemplaire à Cro et je vous dis :
A vendredi prochain pour découvrir un nouveau livre !
En attendant …